MaXoE > GAMES > Tests > PS3 > Supercar Challenge ne roule pas au super
PS3
Supercar Challenge ne roule pas au super

Appréciation de MaXoE
2 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après un premier épisode sorti discrètement sur PS3 l'année dernière, les développeurs d'Eutechnyx tentent une nouvelle fois de s'imposer dans l'univers des jeux de course. Résultat à l'arrivée.
Supercar Challenge ne roule pas au super

Les développeurs du studio Eutechnyx ont fait tourner de nombreuses têtes l’année dernière avec la sortie de Ferrari Challenge Trofeo Pirelli. Construit comme la rencontre prestigieuse entre le plus grand constructeur automobile sur Terre et la plus puissante console du moment, le titre publié par System 3 ne pouvait, aux dires de certains, n’être développé que sur la console de salon de Sony. Bien entendu, le marketing a voulu que le titre atterrisse aussi sur DS et Wii, ne parvenant malheureusement pas à enflammer véritablement les amateurs de jeux de course. En effet, les Ferraris n’ont su attirer qu’une petite partie du public qui attend avec impatience un Gran Turismo 5 et ses centaines de véhicules et de circuits. Un an plus tard, Supercar Challenge tente de prouver que la leçon a été retenue. Mais est-ce vraiment le cas ?

Deuxième tentative, mêmes problèmes

Malheureusement, force est de constater que Supercar Challenge répète certaines des erreurs de son prédécesseur. Avec seulement 44 véhicules, dont 35 Ferraris, il est assez difficile d’attirer l’attention des amateurs de course, même si les autres véhicules sont également de marques prestigieuses comme McLaren, Aston Martin ou Chevrolet. Le constat est le même du côté des circuits. Avec seulement 16 pistes (plus 6 variations), les joueurs risquent de se lasser assez vite et d’aller voir ailleurs en quête de plus de variété. Malheureusement, le plus gros défaut du jeu se situe ailleurs, dans le design du mode carrière dont la durée de vie est artificiellement rallongée par un procédé extrêmement répétitif.

Le mode carrière est en effet composé de quatre championnats nationaux, suivi d’une finale internationale reprenant différents circuits déjà parcourus. Pour débloquer chaque championnat, le joueur devra récolter un certain nombre de points de course attribués en fonction de ses performances sur le circuit. Malheureusement, ces fameux points de course sont distribués au compte-goutte. Le premier championnat se situe au Canada et est composé de deux courses. A moins d’être le fils spirituel de Schumacher, il est nécessaire de participer trois ou quatre fois à ces courses pour pouvoir passer au championnat suivant (la France), lui-même composé de trois courses durant lesquelles le scénario se répète.

Malheureusement, force est de constater que Supercar Challenge répète certaines des erreurs de son prédécesseur.
La grande répétition

Il s’agit là d’un design vraiment peu inventif de la part des développeurs qui tentent de masquer tant bien que mal le manque de variété du jeu. Pour ajouter au calvaire, il n’est même pas possible d’améliorer les performances de ses véhicules en achetant de nouveaux équipements, seule l’esthétique pouvant être retouchée. Le jeu propose évidemment d’autres modes tels que le mode Arcade ou le mode Tournament, mais il s’agit plus ou moins de la même chose, les courses étant simplement agrémentées de conditions particulières de conduite ou de victoire. De quoi rapidement venir à bout des plus joueurs les plus patients.

Malgré ces limitations et à l’instar de son prédécesseur, Supercar Challenge bénéficie d’un moteur physique efficace qui rend la conduite très réaliste même si le jeu se révèle parfois un peu dur à prendre en main. Les joueurs apprendront vite que les freinages brusques ou les accélérations trop violentes seront souvent la cause d’une sortie de route, et qu’il faut véritablement engager tout le poids de la voiture dans un virage pour garder la meilleure trajectoire. Peu de jeux de course sont d’ailleurs aussi dépendants de la trajectoire et des transitions entre virages. Comme sur un vrai circuit, tout n’est pas qu’une succession d’accélérations et de freinages violents, mais plutôt une utilisation réfléchie de tout le panel situé entre les deux.

En conséquence, le fait de réaliser un tour parfait se révèle assez satisfaisant et gratifiant pour le joueur, notamment en mode simulation (sans les aides au pilotage) ou sous la pluie. Une mention spéciale doit également être décernée aux développeurs pour le design des circuits qui tirent parfaitement parti du comportement des véhicules en offrant un véritable challenge. Même si le titre de System 3 n’en affiche que 16, les tracés proposés se révèlent donc particulièrement funs, et ce malgré leur difficulté, qui conclu toute sortie de route par un dérapage non contrôlé ou une pénalité parfois un peu sévère.

Malgré ces limitations et à l’instar de son prédécesseur, Supercar Challenge bénéficie d’un moteur physique efficace qui rend la conduite très réaliste même si le jeu se révèle parfois un peu dur à prendre en main.
Mi-figue, mi-raisin

L’intelligence artificielle des autres pilotes est assez particulière et mélange sans raison apparente le bon et le moins bon. Si à certains moments les concurrents peuvent se révéler particulièrement accrocheurs, il arrive parfois qu’ils terminent leur course dans le décor sans qu’un évènement spécifique ne survienne. Le vrai challenge vient donc de la prise en main de la conduite et non des adversaires qui apparaissent comme très irréguliers. Le constat est d’ailleurs le même du côté de la réalisation, tantôt de grande qualité (effets de lumière sur les véhicules, particules en suspension), tantôt beaucoup moins (bordures de piste, vue intérieure). Dommage également que le titre n’affiche pas une gestion des dégâts un peu plus poussée, ce qui aurait contribué à l’aspect réaliste de la conduite que le jeu semble mettre en avant.

Au final, Supercar Challenge s’avère donc être un jeu de course assez particulier. Avec un contenu très limité et très répétitif, il risque de décourager la plupart des joueurs, d’autant plus que la conduite proposée s’oriente davantage vers la simulation qu’autre chose. Le seul et véritable atout du titre de System 3 réside donc dans son moteur physique et dans le réalisme offert par la conduite, un élément que seuls les fans hardcores de jeux de course apprécieront à sa juste valeur. Au delà de ça, Supercar Challenge ne propose qu’une sélection assez médiocre de véhicules et de circuits, à peine de quoi patienter jusqu’au prochain Gran Turismo 5, que tous les fans espèrent voir avant la fin de l’année.


Initialement publié le 30.09.09

Appréciation de MaXoE
2 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Destinés aux vrais puristes de la marque au cheval cabré, Supercar Challenge répète les erreurs de son prédécesseur et propose un contenu trop limité pour s'imposer. Dommage.
ON A AIMÉ !
- Sensations de conduite
- Quelques bolides sympathiques
ON A MOINS AIMÉ...
- Contenu très limité et beaucoup trop répétitif
- Réalisation en demi-teinte
Supercar Challenge
Editeur : System 3
Développeur : Eutechnyx
Genre : Course
Support(s) : PS3
Nombre de Joueur(s) : 1 à 16 joueurs
Sortie France : 11/09/2009
Sortie USA : 11/09/2009
Sortie Japon : 17/09/2009