MaXoE Focus Game of Thrones
MaXoE > GAMES > Tests > PS3 > Call of Duty 4, la nouvelle référence
PS3 / Xbox360
Call of Duty 4, la nouvelle référence

Appréciation de MaXoE
5 / 5Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
L'épisode qui marque le renouveau de la série et un excellent FPS.
Call of Duty 4, la nouvelle référence

Après bientôt deux ans de développement, Infinity Ward propose enfin aux joueurs le très attendu Call of Duty 4 : Modern Warfare. Le nouvel épisode de cette série à succès est une expérience à la fois intense et captivante qui place les joueurs au centre d’une guerre d’un nouvel âge. Exit les grandes batailles de la seconde guerre mondiale, et place maintenant à la guerre moderne. Les ennemis sont plus intelligents, les armes plus puissantes et plus sophistiquées, les grenades et les roquettes sont devenues monnaie courante dans ce titre qui promet beaucoup d’émotions et qui risque d’attirer tous les amateurs du genre. Les concurrents (Ghost Recon, Rainbow Six…) sont maintenant prévenus, la nouvelle référence du genre est là et elle s’appelle Call of Duty 4.

Un conflit d’un nouveau genre

Comme dans les précédents épisodes de la série, Modern Warfare place le joueur aux commandes de différents personnages qui prennent part à une seule et même série d’évènements. Le titre d’Infinity Ward permet d’incarner alternativement un soldat des forces spéciales britanniques (S.A.S) ou un Marine de l’armée américaine. Même si le scénario n’est pas forcément hyper original (des terroristes du Moyen Orient souhaitent détruire l’occupant occidental grâce à des têtes nucléaires volées en Russie), l’expérience de jeu reste intéressante et particulièrement prenante. Les combats sont en effet très spectaculaires et quelques rebondissements permettent de garder le joueur en haleine. La manière dont est mise en scène l’action se révèle très rythmée, quasiment digne des plus grands films du genre, alternant des phases de batailles grandioses et des séquences plus tendues où le temps semble comme ralenti. Du beau travail.

La campagne solo est constituée d’une quinzaine de niveaux, relativement courts et linéaires. Quelques unes des missions constituent à défendre une base et permettent aux joueurs de choisir la stratégie à adopter. Au contraire, la majorité du temps, les missions sont des opérations d’assaut ou d’attaque assez classiques pour un Call of Duty. Mais les développeurs d’Infinity Ward ont su trouver une formule qui ne rend pas les choses répétitives. Certaines phases permettent de faire varier le gameplay en mettant par exemple le joueur aux commandes d’un AC-130 ou à bord d’un hélicoptère survolant une ville du Moyen Orient en train de tirer sur des cibles situées au sol. Une mission de camouflage permet également de se prendre pour un sniper d’élite, tirant à presque 900m de distance, une cible mouvante. Cette phase particulière est extrêmement bien rendue, avec un tir de sniper qui prend en compte la direction du vent et la rotation de la Terre (effet Coriolis), pour donner une trajectoire courbe à la balle. Un moment assez mémorable.

Le soin tout particulier apporté par les développeurs d’Infinity Ward dans la création des armes de la seconde guerre mondiale a cette fois-ci été utilisé pour recréer tous les éléments de l’armement moderne. En effet, beaucoup d’armes assez incroyables qui sont utilisées dans les guerres actuelles entrent en jeu dans COD4. Les joueurs pourront par exemple se servir des canons d’un avion de combat, l’AC-130, et ainsi envoyer des cartouches de 105mm qui déciment littéralement les positions ennemies. Ils pourront également envoyer des missiles Javelin, qui descendent en piquet sur leur cible, perçant ainsi la partie la plus exposée d’un tank. De nombreux fusils et pistolets, légers ou plus lourds sont mis à disposition des joueurs, et permettront à ces derniers de tenter de survivre face à un nombre d’ennemis assez impressionnant.

Besoin de renforts… Restez à couvert

Ceux (et ils sont nombreux) qui ont déjà essayé les précédents Call of Duty ne seront pas dépaysés par le gameplay de Call of Duty 4. Les contrôles sont en effet globalement les mêmes mais pourquoi changer quand la recette fonctionne si bien. Les joueurs pourront donc utiliser les gâchettes pour viser et tirer (ce qui est quasiment indispensable sous peine de se retrouver rapidement à court de munitions), il est aussi possible de courir pour passer d’une planque à une autre (une nécessité pour survivre dans certaines missions), de s’accroupir ou de s’allonger, et bien entendu de réaliser une attaque au corps à corps (coup de couteaux). Certaines actions nécessiteront d’appuyer sur un des boutons (comme poser des explosifs sur un blindé), et il est toujours possible de renvoyer les grenades lancées par les ennemis.

Le vrai changement vient ici du combat à proprement parler. Call of Duty 4 se révèle être un FPS intense notamment parce que les ennemis sont très nombreux mais aussi et surtout parce qu’ils sont plus intelligents grâce à une IA améliorée. Bien entendu, il arrivera parfois d’en voir certains coincés dans des scripts pas forcément avantageux, mais globalement, les ennemis se révèlent être plein de ressources et plutôt sans merci. Même si la progression est assez linéaire (dans de grands corridors), le jeu dispose d’un nombre impressionnant de chemins détournés qui permettent de prendre l’adversaire à revers. Et si le joueur reste statique, pas de doute, les ennemis en profiteront pour le contourner et arriver dans son dos. Les ennemis savent ici rester à couvert, font parfois des tirs de couverture à l’aveugle, et savent très bien que les joueurs ne vont pas sauter en plein milieu de la zone de combat. Pour les faire sortir de leur trou, ils vont donc envoyer de grosses quantités de grenades et autres roquettes assez dévastatrices. Le secret de la survie se situe donc dans un déplacement constant.

Autre nouveauté, l’apparition d’une arme insoupçonnée mais pourtant très efficace dans un contexte de guerre moderne, les chiens. En effet, Il arrivera parfois que les ennemis lâchent quelques chiens méchants à vos trousses, et il est assez difficile de s’en débarrasser. Rapides et agiles, ils se faufilent, parfois sans être vus, en aboyant sauvagement jusqu’à sauter à la gorge des soldats qui se débattent tant bien que mal pour les repousser. Si un des chiens attaque, il faudra alors effectuer une attaque au corps à corps pour briser le coup du molosse, mais le timing est très important et si le coup est raté, c’est la mort assurée. Heureusement, il est aussi possible de compter sur ses partenaires, qui n’ont pas besoin d’ordres et qui réagissent pourtant comme de véritables militaires grâce à une IA plutôt bluffante. Ils savent observer, agir et réagir en fonction de l’adversaire, et bien entendu, protéger le joueur et les autres soldats alliés.

Tu te croyais bien planqué

Le jeu affiche également une gestion de la physique des balles grandement améliorée. Quand une balle atterrit sur un mur, elle ne s’arrête pas nécessairement au point d’impact. Le calibre, la distance de tir et le matériau que constitue le mur déterminent maintenant le ralentissement du projectile. Le bois ou le placo ne permettront pas nécessairement d’arrêter les tirs adverses. Il faudra donc apprendre à tirer à travers les murs pour atteindre les ennemis, mais également, à se mettre à couvert de manière efficace derrière des murs ou des barricades qui tiennent la route et qui ne risquent pas de devenir de véritables gruyères sous le feu adverse. Cet élément est vraiment mis en avant dans la campagne solo car les ennemis peuvent parfois rester très longtemps à couvert, attirant ainsi l’attention des joueurs pendant qu’un autre lance une grenade ou tente de contourner sa cible. Pour pouvoir régler rapidement les choses, il faudra donc tirer à travers les différents obstacles et ne pas rester figé à attendre qu’un ennemi montre son visage.

Mais l’expérience de jeu ne serait pas aussi intéressante si la réalisation n’était pas d’aussi bonne qualité. Les graphismes et la bande son sont en effet de toute beauté, et ce, du début à la fin. Avec seulement quelques baisses dans le framerate à peine notables, Call of Duty 4 offre un très grand niveau de détail, des textures magnifiques et des animations excellentes. Mention particulière pour les effets de lumière, la fumée et les particules qui volent suite à un impact de balle. La bande son du jeu n’est également pas en reste. Les combats sont intenses, avec des tirs dans tous les sens, des cris à la fois chez les alliés et les ennemis, des bruits de grenades et de roquettes, des explosions, le tout appuyé par des thèmes de guerre qui entretiennent la tension et qui plongent le joueur au coeur de l’action. Un effort de réalisation grandement appréciable.

Les défauts de la campagne solo sont peu nombreux mais il faut tout de même les souligner. Le premier d’entre eux, et sûrement le plus important, se situe au niveau de la durée de vie du jeu en solo. En difficulté normale, il ne faudra en effet qu’une demi-douzaine d’heures aux amateurs du genre pour terminer l’ensemble des missions proposées. Les niveaux de difficulté supérieure permettent de rajouter quelques heures de jeu, mais l’expérience reste assez courte. Elle a au moins le mérite d’être excellente. Un regret également réside dans l’absence de mode coopération, pourtant de plus en plus présent dans les titres du genre. Enfin, dernier défaut qui n’en est pas vraiment un, la gestion des tirs amis (friendly fire). Si les joueurs tirent un peu trop sur les soldats alliés, ils seront pénalisés par un game over. Malheureusement, dans le feu de l’action, il est parfois difficile de distinguer les amis des ennemis, ce qui peut donner lieu à des tirs involontaires parfois un peu frustrant. Mais la guerre c’est aussi ça.

A un c’est bien, à 18 c’est mieux

Pour palier au manque de longueur de la campagne solo, Call of Duty 4 propose un mode multijoueur plutôt intéressant et qui risque d’occuper les adeptes du genre pendant un bon moment. Comme beaucoup d’autres titres, COD4 : Modern Warfare utilise un système de classes assez flexible et bien pensé qui se base sur l’expérience acquise par le joueur. Ce système, qui s’avère parfois rigide, permet ici de ne pas cantonner les participants à un rôle bien spécifique. Il permet au contraire de profiter pleinement des 16 maps mises à disposition des amateurs de guerre virtuelle. Chaque classe détermine l’arme de base et l’arme secondaire utilisées au départ, le type de grenade, ainsi que les trois capacités spéciales dont dispose le joueur. Celui-ci peut donc choisir parmi une grande quantité de classes pré-existantes qui se débloquent au fur et à mesure.

Mais tout devient plus intéressant lorsque le joueur atteint le niveau 4. Il peut alors créer ses propres classes, et avec l’expérience acquise, utiliser de nouvelles armes, de nouveaux accessoires (lunette de fusil…) et bien-sûr de nouvelles capacités spéciales. Pour chaque type d’arme, le jeu propose plus d’une dizaine de challenges permettant de débloquer des améliorations. Il a même des épreuves plus standard comme comptabiliser un certain nombre de tirs dans la tête ou tuer plusieurs ennemis dans des conditions particulières. Ce système encourage les joueurs à utiliser toutes les armes lorsqu’ils souhaitent être polyvalents ou à se focaliser sur une arme en particulier et à l’augmenter au maximum pour devenir par exemple, un sniper d’élite.

Les capacités spéciales sont également très importantes et très intéressantes. Certaines permettent par exemple d’utiliser des explosifs (C4, Claymores…). D’autres améliorent les tirs (comme les balles perforantes qui ont davantage tendance à traverser les obstacles) ou rendent les joueurs invisibles sur le radar ennemi. La capacité martyre permet par exemple d’envoyer une grenade au moment de mourir, ce qui permet quelques fois de piéger son assassin. Ces capacités spéciales permettent parfois de prendre l’avantage, mais elles sont plutôt bien équilibrées et il existe toujours une parade pour contrer quelqu’un qui abuse du système. Grâce à la possibilité de créer sa propre classe, les joueurs peuvent vraiment s’identifier au personnage qu’ils créent et lui attribuent donc différentes armes et capacités en fonction des situations. Un réel plus par rapport à d’autres titres.

Demande soutien aérien

Si un joueur réussi à enchainer les frags, il se verra récompensé par des supports aériens. Trois frags consécutifs sans mourir permettent d’obtenir l’aide d’un UAV, une sorte de drône qui montre la position des ennemis sur le radar. Au bout de cinq frags, le joueur peut appeler une attaque aérienne en un point donné. Avec sept frags, il est possible de faire appel à un hélicoptère qui survole de manière circulaire la map et qui descend tous les ennemis qui sont à portée de tir. Ces supports aériens se révèlent donc intéressants et poussent les joueurs à ne pas foncer bêtement dans le tas. Ils encouragent également le travail de groupe (une frappe aérienne est plus efficace si l’endroit est désigné en fonction de la position des ennemis sur le radar) lors des matchs à mort en équipe. Le mode multi de COD4, qui n’affiche quasiment aucun lag, permet à 18 participants de s’affronter sur l’une des 16 maps disponibles. Ces maps se révèlent d’ailleurs toutes très bien conçues, avec de multiples recoins, mais jamais de cachette sûre, ce qui oblige, comme dans la campagne solo, à rester toujours en mouvement.

De nombreux modes de jeu sont disponibles comme les classiques matches à mort (seul ou en équipe) mais il existe également des modes de jeu à objectif comme le sabotage. Ce mode consiste en effet à récupérer une bombe située au milieu de la map, et à la placer dans la base adverse pour tout faire sauter. Les ennemis réapparaissent donc près de la bombe et il est alors très dur de défendre l’explosif. De vraies batailles pleines d’adrénaline. Enfin, quelques options permettent d’affiner encore l’expérience de jeu avec le mode Old School, qui oblige les joueurs à trouver les armes ou les capacités spéciales sur la map, et le mode Hardcore, qui comme son nom l’indique, rend les blessures plus réalistes (une balle, un mort). En somme, de quoi s’amuser pendant des heures.

Au final, Call of Duty 4 : Modern Warfare s’avère donc être un excellent titre, et sûrement le meilleur de la série d’Infinity Ward. La campagne solo est certes courte mais particulièrement intense, avec une IA de très bonne facture et un renouveau (passage de la seconde guerre mondiale à la guerre moderne) qui vaut vraiment le détour. A côté de cela, le jeu dispose d’un mode multijoueur à la fois complet et équilibré qui propose tout ce que les amateurs du genre attendent, et qui devrait permettre de s’occuper longuement pendant les nuits d’hiver. Le pari fait par Infinity Ward est réussi, Call of Duty 4 est un indispensable, et sûrement la nouvelle référence en la matière.


Initialement publié le 14.11.07

Appréciation de MaXoE
5 / 5Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Un must-have pour tous les fans de FPS qui risquent de passer la saison hivernale sur ce titre.
ON A AIMÉ !
- Renouveau de la série
- Gameplay intense et spectaculaire
- Très bonne IA
- Excellent mode multijoueur
ON A MOINS AIMÉ...
- Campagne solo un poil courte
Call of Duty 4 : Modern Warfare
Editeur : Activision
Développeur : Infinity Ward
Genre : FPS
Support(s) : PS3, Xbox360
Nombre de Joueur(s) : 1 à 24 joueurs
Sortie France : 09/11/2007
Sortie USA : 05/11/2007
Sortie Japon : 17/11/2007