A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Groenland Vertigo d’Hervé Tanquerelle
Livres / BD
La BD du jour : Groenland Vertigo d’Hervé Tanquerelle

L’aventure au loin au sein d’un microcosme de tempéraments réunis pour donner vie (et accompagner) la nouvelle installation d’un auteur reconnu mais un brin dérangé du ciboulot. C’est ce que nous propose Hervé Tanquerelle dans son nouvel opus Groenland Vertigo, un récit construit autour d’un voyage qu’il a lui-même effectué il y a de cela cinq ans. Un programme réjouissant, d’une rare maîtrise !

C’est parce qu’il n’avait selon lui pas assez de matière pour en faire un récit de voyage suffisamment dense qu’Hervé Tanquerelle décide de travailler Groenland Vertigo sous la forme d’une fiction. Une fiction qui repose sur un voyage qu’il a effectué dans le grand nord en 2011 et se nourrit des images et du ressenti de l’auteur. Sur sa table à dessin Georges, alter ego de l’auteur, peine à trouver un scénario qui tienne la route pour un nouveau projet. Près de lui, sur le bureau positionné juste à côté de sa table à dessin trône un livre auquel il a participé avec l’écrivain Jorn Freuchen, Vertigo en gelée et autres bobards (Hervé Tanquerelle est l’auteur avec Gwen de Bonneval de Un petit détour et autres racontars, une transposition de textes de Jorn Riel publiée chez Sarbacane en 2013), un album qui s’inspire d’histoires du grand nord, entre réalité, imaginaire et volonté de captiver son auditoire. Alors qu’il pense ne pas pouvoir décoller de cette spirale négative l’homme reçoit un message émanent d’un certain Magnus Kuller, capitaine d’un bateau qui lui fait une proposition inattendue. Une expédition se prépare au Groenland dont le but est de monter la nouvelle performance artistique d’un peintre et sculpteur allemand acariâtre, Ulrich Kloster. Une œuvre de grande ampleur qui doit dénoncer l’influence néfaste sur l’écosystème des lobbies pétrolier. John Freuchen, avec qui il a travaillé sur les « bobards », sera de la partie et a suggéré au capitaine de l’expédition que notre dessinateur sans inspiration participe à cette virée. Une aubaine pour notre auteur déprimé qui pense se servir de ce périple pour nourrir et stimuler sa création. Si l’esprit d’aventure et le dépaysement sont permanents, Georges ne va pourtant pas vivre les jours à venir dans une allégresse de tous les instants. Mal de mer, nécessité de donner de sa personne en participant aux quarts pour laisser quelques heures de repos aux marins plus « chevronnés » vont l’éloigner un peu de ses carnets. Mais c’est surtout, et contre toute attente, les confidences d’Ulrich Kloster, l’artiste paranoïaque qui fait passer de sales moments à Olaf Olsen, son assistant, qui vont placer notre dessinateur dans un rôle « inconfortable » et d’autant plus lorsque celui-ci lui confiera un mystérieux carnet…
Tout à la fois habilement construite narrativement avec ce qu’il faut de ton décalé pour nous happer, et très bien réalisée graphiquement avec un trait et des ambiances qui font des clins d’œil appuyés à Hergé, à qui ce récit n’aurait pas déplu, l’histoire qui se développe dans Groenland Vertigo met surtout en avant un auteur au sommet de son art. C’est bourré d’humour, d’esprit d’aventure, de questionnements sur la nature et la force d’expressivité de l’art, d’auto-dérision, dans la série de gaffes dépeintes et d’un esprit relativement frais qui dépasse le cadre du récit. Autant dire que cet album pour lequel l’auteur opère un tournant artistique marqué s’impose comme l’une des lectures les plus stimulantes de ce début d’année.
A noter que la librairie clermontoise Esprit BD vient d’éditer en parallèle à l’album publié chez Casterman, un tirage de luxe grand format de ce récit, augmenté d’un épais cahier graphique qui présente en partie la genèse du projet, et complète parfaitement le voyage dépaysant offert aux curieux lecteurs.
Tanquerelle – Groenland Vertigo – Casterman – 2017 – 19 euros
Tanquerelle – Groenland Vertigo (grand format luxe) – Esprit BD – 2017 – 77 euros.