A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > RAMA > Dossiers > Livres / BD > La BD du jour : Wake up America de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell
Livres / BD
La BD du jour : Wake up America de John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell

Peu d’entre nous connaissent John Lewis. Cet homme politique américain a pourtant traversé l’histoire de son pays depuis les années 60 soit plus d’un demi-siècle. Il a œuvré et renforcé de sa conviction le mouvement de contestation non-violent pour la reconnaissance des droits de la population afro-américaine. Au travers de son récit, c’est tout un pan de l’histoire d’un pays au passé meurtri qui nous est présenté. Efficace et passionnant !

 march.indd

Wake up AmericaJanvier 2009, Washington, bureaux du congrès à Cannon House. Une mère et ses deux enfants viennent visiter les locaux avant l’investiture. Dans ce labyrinthe de couloirs, la mère cherche le bureau de John Lewis, pour pénétrer dans l’antre d’un véritable héros américain, un congressman qui a œuvré sa vie durant pour la cause des afro-américains, aux côtés de Dr. Martin Luther King Jr, au sein des Big Six. Elle trouve enfin ce qu’elle était venue chercher, et comble de chance pour elle John Lewis en personne l’accueille. S’en suit le récit de l’histoire de la vie de ce personnage majeur de l’histoire récente des Etats-Unis, un de ceux qui ont fait avancer l’histoire.

John Lewis n’est pas né dans une famille aisée. Son père métayer arrive à acheter quelques hectares de terres qu’il essaye d’exploiter au mieux. Mais sur des terres arides, peu généreuses en rendement et forte consommatrices en eau et en travail, joindre les deux bouts nécessite un travail de chaque instant. Dans ce contexte le jeune fils John, de son surnom Bob, se doit d’aider son père pour le soulager dans ses efforts et améliorer des perspectives pas forcément folichonnes. Mais le jeune homme a d’autres idées en tête. Il veut étudier, apprendre et tenter de s’élever socialement. Caché sous la terrasse en bois de la petite ferme de ses parents, il attend patiemment d’entendre le son sourd du bus qui s’approche au loin pour se carapater en douce et rejoindre son école. Alors qu’il n’a pas encore 16 ans il entend le sermon d’un personnage qui aura une influence majeure sur son devenir d’homme et de citoyen américain, Dr. Martin Luther King Jr. Sa vie va prendre une tournure insoupçonnée lorsqu’il décide de prendre part aux mouvements non-violents de sit-in dans les boutiques des villes du sud, toujours marquées par un fort racisme et une aversion envers la population noire….

Wake up America livre le parcours atypique d’un homme, véritable archive vivante de la douloureuse et tragique histoire américaine, qui a risqué sa vie pour améliorer la cause de sa communauté. John Lewis est toujours en vie, et ce récit se veut non seulement une biographie du personnage, mais aussi une plongée dans les années 60 américaines avec leurs lots de mouvements contestataires, de tensions quasi permanentes et finalement d’espoirs. D’un point de vue formel, l’album se construit à trois têtes, John Lewis pour les souvenirs, Andrew Aydin pour le scénario et Nate Powell pour le dessin. L’osmose entre les trois fonctionne. Les moments décrits ne virent jamais au pathos mais savent présenter les évènements dans un sens historique, tandis que le dessin, se veut coller au plus près de événements pour en renforcer la portée dramatique. Cela donne un très bon récit graphique qui livre ici sa première des trois parties. Une lecture saine.

John Lewis, Andrew Aydin et Nate Powell – Wake up America – Rue de Sèvres – 2013 – 13 euros