MaXoE > GAMES > Tests > PC > Jitsu Squad : Jouabilité et défouloir immédiat pour ce Beat’em All s’insp…

Jitsu Squad : Jouabilité et défouloir immédiat pour ce Beat’em All s’inspirant des années 90 !
Coop local pour une bonne soirée entre ami(e)s

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après le retour des Beat’em All 2D sur le devant de la scène avec Streets of Rage 4 ou encore TMNT, nous vous proposons aujourd’hui la critique de Jitsu Squad. Un premier jeu pour l’équipe de Tanuki Creative Studio s’inspirant de l’Arcade des années 90, avec à la fois le feeling Streets of Rage, Final Fight, Marvel vs Capcom II Super Smash Bros ou encore Guilty Gear. Pad en main, on peut vous dire que les sensations et les visuels cartoons sont excellents ! Un premier jet très encourageant.

Jitsu Squad est la toute première création des développeurs de Tanuki Creative Studio. Basé à Rotterdam aux Pays-Bas, ce petit studio indépendant a été fondé par Dave Baljon (appréciant des jeux comme Super Castlevania 4, Ninja Gaiden II, Thunderforce 4,…), auteur du concept, de l’histoire et des personnages du soft. L’équipe est aussi composée de Sebastien Romero, compositeur adepte de Cuphead, Metal Slug ou encore Street Fighter II ; Pieter Visser, ayant travaillé sur Shattered Realms (jeux favoris : Devil May Cry, Fight n’Rage ou encore Marvel vs Capcom 2,….).

Mais aussi Laurent Romero (aficionados de The Last Blade, King of Fighter’98 ou encore Street Fighter II), illustrateur et artiste sur le titre, et également le créateur du webcomic « Tobudasai », Akli Lounes Touati, ses jeux préférés étant Super Metroid, Guilty Gear XX Accent Core Plus R ou encore Devil May Cry. Et enfin Lex Van Boheemen, ce dernier étant responsable du design graphique, à l’exportation et l’animation pour mettre « les éléments » en vie, il est également adepte de Soul Calibur, Samurai Shodown 2 ou encore The Last Blade 2.

Le développement de l’aventure (Jitsu Squad) a démarré en 2016, conjointement avec leur vie professionnelle. En 2018, grâce au soutien d’un investisseur, ils purent tous quitter leur job et devenir développeurs à plein temps sur Jitsu Squad. Après trois ans supplémentaires, c’est-à-dire en 2021, l’équipe de développement passe par une campagne Kickstarter. Sur les 15 000 € demandés, ils en récoltent sept fois plus : 109 758 € par le biais de 1 819 contributeur(trice)s. Pour l’anecdote, la somme initiale a été récoltée en à peine 24 heures !

La castagne !!

L’aventure du soft commence alors qu’une légendaire pierre : Kusanagi, contient l’âme d’un très puissant démon, ce dernier pouvant garantir une force équivalente à celles des Dieux qui le libère.

Un sorcier du nom d’Origami intéressé par ce pouvoir, invoque d’anciens guerriers pour retrouver la pierre et leur promet un pouvoir infini. Pendant ce temps, un mystérieux moine nommé Ramen (un hibou), utilise ses propres facultés mystiques afin de sauver quatre âmes de cette calamité : Hero, Jazz, Baby et Aros. Les quatre héros forment l’équipe de la Jitsu Squad. Bien entendu, ils vont tout faire pour arrêter le mal.

A la lecture de cette histoire, vous l’aurez déjà compris, le soft prône l’héroïsme, la bataille du Bien contre le Mal mais surtout la castagne. Les protagonistes sont des êtres anthropomorphes ayant un look vraiment différent. D’ailleurs, leurs animations et visuels sont très bien réalisés et cette patte très cartoonesque fait écho à des animes et même des dessins animés (Looney Tunes par exemple).

En outre, les développeurs nous assaillent de clins d’œil, références, hommages et autres « invités surprises » de taille. On pense par exemple à la présence de Yooka et Laylee du jeu éponyme, en tant que soutien. Si les développeurs voulaient montrer leur culture et faire jouer la nostalgie, voire découvrir de nouvelles œuvres, c’est réussi !

Gameplay accessible, prise en main rapide, feeling BTA, tout y est

Juste avant de commencer l’épopée de la Jitsu Squad, c’est-à-dire plusieurs stages en vue latérale avec une progression en 2,5D, nous pouvons sélectionner le membre de l’équipe que l’on souhaite incarner, chacun(e)s ayant ses propres subtilités.

Le Héros, un raton laveur ou tanuki, est par exemple adepte des lames, des frappes en boules (dans les airs) à la Sonic et n’a pas son pareil lors des frappes avec son épée fétiche. Seconde protagoniste, Baby est une lapine aficionados des kunaïs, mais pas seulement ! En changeant de style vestimentaire à chaque attaque, elle envoie même des boulets de canon ; en bref, c’est une combattante hors pair à distance.

Jazz, la grenouille du groupe, apprécie davantage les enchaînements plus aériens, et enfin Aros est purement la force brute, l’approche est donc différente offrant de multiples jouabilités/variations bienvenues. En plus, le titre prône la coopération locale jusqu’à quatre, et forcément il serait tort de s’en priver, le multijoueur sur ce genre de jeu étant un atout considérable. Néanmoins, faites attention aux multiples techniques prenant tout l’écran ou une bonne partie, comme les frappes dévastatrices par exemple, l’action étant moins lisible pour nos équipier(ière)s.

Pour se mesurer aux joutes du soft, les développeurs ont donc misé sur des stages en 2,5D, variés et très colorés de surcroît. Proposant une vue latérale, on peut combattre en allant de l’avant vers l’arrière-plan, comme dans tout bon jeu Beat’em All qui se respecte. De base, chacun des protagonistes dispose de sa frappe initiale à combiner pour réaliser des combos, des attaques aériennes, des « lancers », des parades et contre-attaques, ces dernières étant bien utiles contre les boss. Sans oublier des variations d’enchaînements, réalisables en faisant des pauses lors des frappes de base. Très facile à assimiler et tout simple, une prise en main hyper intuitive et rapide.

Evidemment ce n’est pas tout, nos héros peuvent aussi, à l’aide d’un certain nombre de parchemins acquis sur leurs adversaires, déverrouiller davantage de mouvements supplémentaires, à l’instar d’une frappe envoyant leurs ennemis dans les airs, pouvant être combinés aux enchaînements habituels.

En outre, en éliminant des ennemis ou en détruisant certains éléments du décor, il est possible de récupérer de la santé (en ramassant des pommes,…), de débloquer des frappes de soutiens utiles et hyper douloureuses pour nos adversaires, avec notamment le duo Yooka-Laylee ou encore d’accéder à des armes secondaires. Ces dernières devant être rechargées avec une option, et également à ramasser, sont vraiment puissantes, on pense par exemple à l’épée de feu du héros possédant deux variations, la seconde étant bien plus dévastatrice. Et ce, même si elle l’est logiquement moins que sa « frappe ultime ».

On alterne donc les multiples types de frappes face aux assaillants, on assène des combos, on se protège et ainsi de suite, et ce seul(e) ou à plusieurs comme dit tout à l’heure. Le bestiaire avec des ennemis variés, est également bien trouvé à la fois rigolo et bien réalisé.

Sinon à la fin de chaque stage, le score final est représenté, l’axe de rejouabilité et de scoring est ainsi bien présent. Mais on ne comprend pas pourquoi les développeurs n’ont inclus qu’une seule sauvegarde, obligeant à écraser les anciennes données pour relancer une partie. Assez embêtant si l’on souhaite jouer des parties avec des ami(e)s et que tou(te)s ne sont pas là, ou alors que quelqu’un s’invite à la fête ! Reprendre la partie en cours (via « continuer ») n’autorisant pas non plus à augmenter le nombre de joueur(euse)s ou l’abaisser…

Esthétique cartoon très bien réaliséE

Après la castagne et les bourre-pif, place au style visuel. Hyper coloré, archi chatoyant, multipliant les traits, les détails, les moments « comiques » mais aussi les clins d’œil et références, notamment au jeu vidéo, les développeurs de Jitsu Squad réussissent à nous offrir une palette et un univers varié : village, plaines, ville à la Streets of Rage, entre autres. L’ensemble s’anime avec brio et une certaine fluidité, et n’oublions pas de mentionner les effets pyrotechniques qui en mettent vraiment plein les yeux avec également leurs teintes très colorées.

Musicalement, les différentes mélodies ont été composées par Sebastien Romero. Pour Jitsu Squad, c’est du tout bon, on a des thèmes chantés, rock avec le chanteur Johnny Gioeli de Crush 40 (déjà à l’œuvre sur les précédents Sonic, hors Frontiers) et bien rythmés. Par contre, un tout petit bémol, l’utilisation du caisson de basse est un peu trop mise à contribution à notre goût, les graves se faisant vraiment très/trop sentir à chaque coup/bruitage. Enfin, précisons que les textes sont écrits en français, même si l’on trouve dommage que certaines parties ne soient pas traduites et restent en anglais (mots comme phrases).

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Avec leur première production, Tanuki Creative Studio nous offre un grand et bel hommage aux Beat'em All dont le studio s’inspire. On retrouve bien ce feeling des jeux Arcade, l’amusement immédiat et des parties à plusieurs « comme au bon vieux temps » comme diraient les amoureux(euses) des salles d’Arcade et de retrogaming. Seuls petits bémols vraiment notables à notre goût : une sauvegarde unique et un nombre de modes de jeu restreint. Mais franchement, si vous avez envie de vous défouler dans un univers cartoon tout à fait réussi et rempli de clins d’œil, Jitsu Squad est un candidat idéal !
ON A AIMÉ !
- Jouable à quatre en local
- Très accessible
- Références et autres clins d’œil multiples
- Bel hommage aux productions du genre
- Graphismes cartoons très bien réalisés
- Le feeling
ON A MOINS AIMÉ...
- La traduction française n’est pas réalisée à 100%
- Soucis de lisibilité à plusieurs (avec les frappes remplissant tout l’écran)
- Une save unique entravant de nouvelles parties avec un nombre de joueur(euse)s différent(e)s (obligation donc de tout recommencer)
Jitsu Squad : Jouabilité et défouloir immédiat pour ce Beat’em All s’inspirant des années 90 !
Jitsu Squad
Editeur : Inin Games
Développeur : Tanuki Creative Studio
Genre : Action, Beat’em All, Arcade
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 4
Sortie France : 09/12/2022

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...