MaXoE > GAMES > Tests > PC > FIFA 22 : L’Appel croisé

FIFA 22 : L’Appel croisé
Faute de réelle concurrence, FIFA a un boulevard devant lui

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Comme chaque année, l’œuvre footballistique d’Electronic Arts débarque avec son lot de nouveautés. Alors que son concurrent direct a misé sur le free-to-play, et qu’un nouveau soft footballistique a récemment été annoncé, et qui sait si ce dernier ne deviendra pas l’incontournable des joueur(euse)s de foot virtuel(le)s dans les années à venir, nous étions en droit de nous demander si EA allait encore continuer dans la même lignée que ses précédents volets, ou apporter quelque chose de réellement révolutionnaire au niveau gameplay. Eh bien en finalité le résultat est plutôt mitigé.

Nous n’allons vous pas faire l’affront de vous présenter une nouvelle fois cette licence reconnue chez les joueur(euse)s aficionados du ballon rond et même chez les amateur(trice)s plus casuals. On se contentera juste de dire que le géant américain est en passe d’un changement de nom pour son jeu FIFA, la FIFA (Fédération Internationale de Football Association) ne voulant plus se limiter uniquement à Electronic Arts concernant l’exploitation des droits et du contrôle. FIFA 22 devrait donc être le dernier de sa lignée avant de se faire remplacer, peut-être simplement par « EA Sports » ou « EA Sports Football », l’avenir nous le dira. Place maintenant aux modes de jeu de cette version « FIFA 22 » et les changements apportés.

Modes et changements

Autant être clair directement, toutes les compétitions et modes que nous connaissions précédemment (2021) à l’image des Coups d’Envoi et Compétitions par exemple, n’ont pas subi d’ajustements, n’attendez donc rien de révolutionnaire de ce côté-là. Par contre, si vous appréciez plutôt les modes FUT, Carrière ou encore Volta, quelques améliorations font leur apparition.

Volta perd son mode scénarisé

D’entrée de jeu le mode Volta subit la perte de son mode scénarisé au profit d’activités centrées sur le online. S’il y a bien la présence de mini-jeux dans un « sous-mode » Arcade Volta, et ce jouable jusqu’à quatre joueur(euse)s (ruée vers les points, élimination mur,…), malheureusement cela ne suffit pas à remplacer le contenu de la précédente édition.

En dehors de cela, ce mode permet désormais à notre avatar d’avoir son propre style de jeu sous forme d’une aptitude signature à sélectionner (tacles rageurs, accélération prodigieuse,…), cette compétence apportant tout de même un petit plus. Pour le reste du mode Volta, rien de nouveau à signaler sur les matchs Volta et Clashs restant à l’identique de 2021.

Carrière et Club Pro

Pour le mode Carrière, nous notons principalement une nouveauté qui fera plaisir aux fans, à savoir la possibilité de créer son propre club de football avec écusson, nom, stade, ou encore maillots.

Il ne s’agit pas là de la seule nouveauté présente dans ce mode Carrière, d’ailleurs ce dernier partage une fonctionnalité de manière similaire avec le mode Club Pro : l’accès à des atouts dans plusieurs archétypes, ou même à des arbres de compétences.

Pour faire simple, selon le niveau d’expérience gagné au fil des matchs, le joueur évolue et on peut alors dépenser des points de compétences selon nos critères de sélection comme être bien meilleur en coups de pied arrêtés, ou encore à la récupération.

Dernier point à souligner pour cette partie Carrière, la possibilité d’entrer en tant que remplaçant, certes cela peut apporter un avantage mais aussi un inconvénient de taille. En effet, lors de chaque match, trois objectifs sont à accomplir, si on les réussit tous aucun problème, dans le cas contraire votre manager vous fera forcément moins confiance. Vous risquez alors de rester sur le banc de nombreuses fois, voire d’être transféré dans un autre club, et ce même si vous avez réussi à marquer un grand nombre de buts aux précédents matchs. Frustrant !

FUT

Finissons cette présentation des modes de jeu avec les très légères modifications du mode FUT. Pour commencer, un système de checkpoints a été intégré pour permettre de rester dans la division en cours dès lors que l’on a atteint le seuil de matchs requis. De même, FUT Champions a reçu une retouche pour que les récompenses soient plus équitables. En fait, côté réelle nouveauté ce sera tout, la base habituelle FUT reconnue depuis des années reste de mise avec la création de son équipe de rêve, mais aussi le système de microtransactions incitant beaucoup trop à mettre la main au portefeuille. Dommage, mais on espère comme chaque année qu’EA arrivera à trouver un système plus innovant et gratifiant pour les joueur(euse)s voulant juste se détendre sans forcément devoir jouer contre des équipes ayant été monétisées un maximum.

En progrès

Passons maintenant à la partie centrale du jeu : le gameplay. Tout d’abord, la physique de balle a été revue, elle est désormais plus crédible que sur les anciennes éditions, notamment sur les transversales, même si l’on peste encore sur le côté « passes assistées » toujours présent sur cette mouture « 22 ».

Ensuite on note quelques ajustements, comme le fait de demander à un joueur de nous faire un appel en profondeur, ou au contraire de le faire venir à soi pour nous épauler, qu’il s’agisse de faire un une-deux ou un double pressing en défense. Une bonne idée que l’on a un peu de mal à appliquer lors des premiers matchs, un temps d’adaptation au niveau des commandes étant nécessaire.

Autre petite nouveauté très appréciable, la possibilité de choisir l’acteur du terrain que l’on souhaite incarner parmi une liste disponible. Eh oui, il n’y a plus besoin de sélectionner chaque joueur un par un, on peut directement en sélectionner un par une combinaison de touches, de quoi apporter quelques retournements de situation supplémentaires.

L’un des reproches principaux que nous faisions l’année dernière, c’est que nous trouvions une nouvelle fois que les ailiers et les attaquants étaient largement favorisés tandis que la défense et les gardiens étaient à revoir, leur comportement laissant entrevoir de sacrées lacunes.

Aujourd’hui pour cette mouture FIFA 22, les portiers ont été améliorés de belle manière même s’ils gardent encore quelques lacunes. Car malgré le fait par exemple de les voir réaliser des arrêts assez spectaculaires accentués par l’ajout de l’HyperMotion, cette technique ayant permis d’apporter plus de 4 000 animations supplémentaires pour les vingt-deux acteurs du terrain, cela n’empêche pas pour autant de retrouver certains scores-fleuves. La faute à quelques boulettes des portiers sortant de leur cage trop précipitamment ou aux frappes enroulées qui fonctionnent toujours aussi bien par exemple.

De leur côté, bien qu’ils soient moins rapides que les attaquants adverses, les défenseurs arrivent mieux à se positionner, et à tenir leur ligne défensive, c’est donc très agréable de les voir intercepter et capter de plus nombreux ballons que par le passé.

Si l’on a donc des défenseurs moins rapides, c’est aussi dû au rythme général du jeu qui a été ralenti (par défaut) dans les différents modes de jeu, hors FUT, ce dernier nécessitant toujours cette grande rapidité face à certains adversaires. Grâce à ce nouveau tempo, on réussit à construire un jeu plus posé en prenant notre temps, à chercher la faille dans le camp adverse, ou même à casser la défense.

Pour les plus téméraires, comme souvent vu sur FUT, le rythme est à l’opposé, la rapidité se fait vivement sentir et comme d’habitude en quelques passes on se retrouve déjà dans la surface adverse. À vous donc de voir si vous préférez jouer la prudence et constructif, ou totalement au feeling en sortant des choses plus farfelues et rapidement.

Si tel est le cas, ou pas d’ailleurs, soyez assuré que l’arbitre sanctionnera davantage vos écarts de conduite. En ce sens ils sont performants, avec des décisions plus justes même si l’on regrettera que certaines fautes lourdes ne soient pas sanctionnées.

L’HyperMotion en action

Parlons visuel maintenant. On vous l’a dit en amont, les équipes d’EA Vancouver ont utilisé le système HyperMotion pour cette version de FIFA 22. Concrètement, cette technologie a permis de capturer plus de 8 000 nouvelles images sur les vingt-deux acteurs en action pendant un match. Combiné avec une machine d’intelligence artificielle, il en ressort ainsi 4 000 animations supplémentaires sur le terrain avec par exemple -sans tous les citer- des joueur(euse)s effectuant de petites foulées, des déplacements plus naturels et donc moins robotiques, des appels de balle, etc…

Nous avons été très agréablement surpris lors du lancement de ce nouveau FIFA avec la mise en place d’une petite intro interactive se déroulant à Paris. Le visuel et le rendu sont tout simplement superbes, très réalistes, et les guests-stars sont bien reconnaissables : Beckam, Cantona, Henry et Mbappé, même si certaines modélisations sont un peu en dessous. Par contre, carton rouge à EA concernant les voix des (ex)joueurs que nous venons de citer, le studio ayant eu recours à des doubleurs, en lieu et place de leur voix officielle.

Parlant justement de voix, si vous étiez passé à côté, sachez que suite à l’affaire Ménès -pour ne pas aller plus loin-, Hervé Mathoux est désormais seul aux commentaires, quelques nouveaux dialogues ont été ajoutés en conséquence. Finissons par un petit mot sur l’ambiance des stades qui est toujours aussi immersive !

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Pour ce cru 22, FIFA joue les prolongations avec une version à deux lectures : celle où la vitesse prime en mode FUT avec cet accent toujours porté sur le spectacle, et celle où les autres modes privilégient un tempo plus lent et davantage centré sur une possible construction de jeu. Si l’on apprécie forcément les quelques retouches et améliorations apportées par-ci par-là comme des gardiens en net progrès ou encore une défense mieux maîtrisée, on ne peut s’empêcher de pointer du doigt les éternels défauts récurrents de la série, à l’image des scores-fleuves ou d’ailiers encore trop favorisés. Nous sommes donc dans une version à la fois en continuité et en progrès, maintenant on attend de voir ce que EA nous proposera pour un épisode qui sera peut-être entièrement full New-Gen.
ON A AIMÉ !
- Des gardiens en progrès
- Des petites améliorations/retouches appréciables
- L’HyperMotion apporte un plus
- L’ambiance
- Toujours aussi accessible
ON A MOINS AIMÉ...
- FUT incite encore beaucoup plus aux transactions réelles
- Volta « amaigri »
- Des défauts récurrents encore présents
FIFA 22 : L’Appel croisé
FIFA 22
Editeur : Electronic Arts
Développeur : EA Canada - Vancouver
Genre : Sport (Football)
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 4 / 1 à 22
Sortie France : 01/10/2021

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...