MaXoE > GAMES > Tests > PC > Gungrave G.O.R.E : Le défouloir qui tombe à pic ?

Gungrave G.O.R.E : Le défouloir qui tombe à pic ?
Pour les fans d’Arcade

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Faire revenir une licence sur le devant de la scène après plusieurs années voire décennies d’absence, n’est pas une mince affaire. Cela est d’autant plus difficile lorsque l’un des softs d’une licence change de main, nous l’avons d’ailleurs déjà vu lors de récents tests. Parfois, ce retour est aussi l’occasion de surfer sur le succès d’une adaptation en manga, en anime et même en film d’animation. Aujourd’hui, cette renaissance est celle de Brandon Heat alias Beyond the Grave aka Grave, au travers Gungrave G.O.R.E. Alors retour réussi avec une nouvelle formule ou bien garde-t-on les ficelles à l’ancienne ?

Développée par le studio Iggymob, la série Gungrave a vu le jour en 2002 sur Playstation 2, soit il y a deux décennies. Cependant c’est en compagnie de Red Entertainment que nous avons eu droit aux précédents opus, soit quatre épisodes avec ce volet 2022 (Gungrave G.O.R.E), Gungrave (2002 donc), Gungrave Overdose (2004) mais aussi Gungrave VR (2019). Chacun de ces softs a mis en scène Beyond the Grave alias Grave, un ancien tueur à gages pour l’Organisation Millenion, ayant été ressuscité après son assassinat.

Profitant à l’époque d’un gameplay en vue TPS (Third Person Shooter, ou jeu de tir à la troisième personne), la licence a vu l’arrivée d’un anime en 2003-2004, augmentant la popularité de cet « homme » charismatique. Cet anime relatait d’ailleurs le passé de Grave, ainsi que l’intrigue générale du premier soft (2002), du moins en partie avec une fin totalement inédite. Avant de voir ce que donne la réalisation du studio d’Iggymob d’un point de vue gameplay pour ce dernier opus, parlons du contexte scénaristique.

Eliminer les Raven

Premier point, il n’est pas obligatoire d’avoir connaissance des précédentes aventures pour comprendre l’histoire. D’ailleurs les développeurs ont bien fait les choses en intégrant un résumé. Bien sûr, si vous connaissez l’ensemble, cela reste forcément un plus car l’antagoniste véritable est révélé dans cet épisode Gungrave G.O.R.E.

Dans les grandes lignes, à l’époque, Brandon Heat et son meilleur ami Harry McDowell travaillaient pour une organisation criminelle, et comme indiqué tout à l’heure, après plusieurs événements une tragédie est survenue, celui qui deviendra « Grave » fut assassiné. Ressuscité, il acquiert un grand esprit de vengeance et cherche à se venger de l’homme qui l’a éliminé : son meilleur ami. Mais Grave ne pensait pas qu’à la vengeance, il souhaitait aussi et par dessous tout à protéger Mika, sa fille adoptive. Plus tard, il rejoindra le clan de cette dernière : El Archangel.

Leur but consistant à éradiquer une substance extraterrestre très nocive : SEED, cette dernière ayant contaminé le monde entier. Le groupe arrive à découvrir l’emplacement de production de SEED jusqu’à une île de l’océan indien, là où règne le Clan Raven. Vous vous doutez de la suite : de la castagne.

Comme d’autres avant lui et après lui, Grave fait partie de ces personnages charismatiques qui ont du style, et ce même en étant mutique. Forcément, on aurait aimé le voir plus bavard, d’autant que la mise en scène démontre un anti-héros assez « badass » dans ses actions.

De ce point de vue, s’il ne profite pas de doublages, on peut quand même compter sur quelques portions d’écriture (entre chaque mission) pour comprendre un peu son ressenti, tout comme celui de ses allié(e)s. Pour l’anecdote, c’est le mangaka japonais Yasuhiro Nightow (auteur de Blood Blockade ou encore Trigun) qui a écrit l’histoire du premier Gungrave, mais aussi créé le personnage de Grave. S’il a collaboré sur les autres titres, pour Gungrave G.O.R.E il en est le directeur d’image.

L’aventure se laisse donc suivre avec quelques personnages plutôt intéressants, une certaine variété de thèmes (trahison, vengeance,…) mais elle ne reste finalement qu’un prétexte à éliminer des opposants à la pelle ! Un peu comme les titres à l’ancienne en somme.

De l’action, de l’action et encore de l’action !

Pour son gameplay, Gungrave G.O.R.E s’appuie sur des éléments d’anciens épisodes : une formule old-school très orientée sur l’Action-TPS provenant de l’Arcade. Et c’est justement sur ce point précis que les avis vont diverger, avec d’un côté le fait de retrouver un bon quota défouloir sans prise de tête, à l’instar de jeux de la belle époque (du même genre et Beat’em All compris). Et de l’autre, l’axe pénalisant de ces mêmes types de jeux, avec ici de la lourdeur en plus,… du moins c’était le cas durant la majeure partie de notre test avant le déploiement d’un correctif, on s’explique.

L’aventure présente dans Gungrave G.O.R.E prend la forme de divers stages et missions. On peut ainsi parcourir des lieux en Asie du Sud-est en canardant de nombreux ennemis. Seulement en reprenant la structure « d’époque », on enchaîne les combats et pétoires, mais malheureusement sans collectibles à dénicher, alternant donc des couloirs pour faire parler la force brute. Et de l’action, franchement, il y en a, Grave n’étant pas là pour faire office de décoration, malgré un lourd handicap.

Mais attention, si le bougre déploie une paire de pistolets Cerberus pour combattre, il a également le loisir de mettre à profit son cercueil en balançant des coups. Oui, vous avez bien lu, c’est son cercueil qui l’empêchait de se mouvoir correctement, apportant de ce fait une certaine lourdeur, mais pouvant aussi servir de moyen d’attaque et de défense.

Pour aller plus loin, l’action est dense, on affronte de multiples opposants en faisant pleuvoir les balles. D’ailleurs à la base (en manuel), seule une salve de quatre balles par quatre s’utilisent, et ce avec une intervention manuelle de notre part. Par contre, il est possible de charger ces mêmes tirs pour décupler les dégâts. En outre, le cercueil de Grave peut faire office de parade et retour à l’envoyeur, notamment face à des missiles. A cela s’ajoutent des pétoires lors de roulades, d’ennemis servant de boucliers humains, sans oublier des capacités spéciales « stylées » utilisant d’autres balles. Rassurez-vous, ces dernières sont illimitées !

Au passage, si vous avez peur d’avoir des crampes rapidement à cause de ce mode manuel, il existe un tir automatique permettant d’envoyer des salves de balles en continu, en restant appuyé sur la touche associée (gâchette) bien entendu. Mais par contre si vous utilisez la roulade avec ce procédé, n’oubliez pas de réenclencher la gâchette après coup. Ben oui, Grave ne peut pas tout faire en même temps non plus.

On tient tout de même à préciser que l’esquive disponible sert davantage pour les effets de combos, qu’en tant que telle à proprement parler. Car l’homme mutique et ses allié(e)s possèdent une jauge spéciale (un bouclier) bloquant temporairement les dégâts occasionnés. Une fois vide, on s’en prend littéralement plein la tronche.

Scoring, personnages et patch !

Information importante, Gungrave G.O.R.E a récemement bénéficié d’un correctif, avec ce dernier Grave nous a paru moins lourd, se déplaçant plus vite, en d’autres mots il a plus de vivacité. Les enchaînements sont donc plus fluides et agréables sur plusieurs points. Néanmoins, on note quelques bugs comme parfois l’incapacité du tir multiple (pluie de projectiles), une touche dédiée qui ne s’enclenche pas, et ce même avec le prérequis. Rien de neuf par contre du côté de l’esquive initiale, cette dernière servant toujours de prétexte à réaliser d’autres mouvements.

Cela ne vous aura sans doute pas échappé, deux allié(e)s de Grave sont également jouables dans des stages spécifiques. Sans vous spoiler les noms, sachez que le style diffère de notre protagoniste principal, c’est-à-dire qu’ils ne portent pas de cercueil et tabassent avec des flingues et arts martiaux pour une variété bienvenue.

Que dire de plus ? Eh bien qu’il est possible de se procurer des améliorations au laboratoire. Et qu’en outre, comme pas mal d’autres softs (Bayonetta, Devil May Cry, etc…), un système de scoring basé notamment sur le style, est également présent. Autant dire que les aficionados d’un rang élevé apprécieront, car en plus selon le score réalisé les récompenses augmentent.

Rythmé

Passons maintenant à la palette artistique. Nul besoin de le dire, in-game le soft n’est pas ce que l’on peut appeler New-Gen, rappelons qu’il est aussi disponible sur l’ancienne génération. En fait, ce que l’on trouve vraiment dommage, c’est que le rendu ne soit pas le même que durant les cinématiques avec leur belle mise en scène tout en ayant une certaine classe et style, alors qu’en jeu c’est moins flatteur. Attention, on n’a pas dit que c’était laid non plus ! Heureusement, la variété des environnements et les passages dans des décors du Vietnam sont un atout, mais certaines modélisations auraient mérité mieux même si la D.A reste toutefois très intéressante. Au passage, sachez que Ikumi Nakamura, directrice artistique et artiste 2D ayant œuvré sur feu Scalebound, Bayonetta, Okami ou encore les deux opus The Evil Within, a notamment participé au soft en faisant un nouveau design des personnages.

Musicalement, les thèmes sonores puisent beaucoup dans le rock, métal et rythmes endiablés, comme souvent pour le genre. Enfin pour finir, précisons que si les textes affichés à l’écran sont en français, le soft profite de doublages anglais ou japonais, idéal pour les puristes qui peuvent aussi apprécier les voix coréennes !

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Si avant la parution de la dernière mise à jour, le gameplay de Grave était assez lourd, aujourd’hui après ce patch, ce n’est plus le même son de cloche. Grave arrive à se mouvoir plus facilement, surtout lors des phases de gunfight. Alors oui, nous ne sommes pas en face du meilleur qui soit dans le style typique des Beat'em All (Bayonnetta, DMC, Chaos Legion, et consorts) ou même des jeux d’Action-TPS (Vanquish,…), mais plutôt dans un véritable titre d’Action Arcade. Et ce avec tout le contenu des jeux « d’antan » : un grand défouloir sans prise de tête qui arrive à faire passer de bons moments grâce à sa rapide prise en main. En somme, si vous avez envie de vous défouler sans -quasiment- vous soucier du reste, Gungrave G.O.R.E devrait vous plaire.
ON A AIMÉ !
- Facile à prendre en main
- Bon défouloir
- Mise en scène
- Grave charismatique
ON A MOINS AIMÉ...
- Quelques bugs de commandes
- Des environnements qui manquent d’animations
- Certain(e)s le trouveront rapidement répétitif
Gungrave G.O.R.E : Le défouloir qui tombe à pic ?
Gungrave G.O.R.E
Editeur : Prime Matter
Développeur : Studio Iggymob
Genre : Action, TPS (Jeu de tir à la troisième personne)
Support(s) : PC, PS4, PS5, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 22/11/2022

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...