MaXoE > GAMES > Tests > PC > Lost in Random : La belle surprise de Zoink!

Lost in Random : La belle surprise de Zoink!
Prendre la bonne Décisse(ion)

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Si les cartes et les dés sont généralement associés aux jeux de société, tout comme ceux de plateaux, en matière de jeux vidéo il aura fallu attendre quelques années avant de les voir se démocratiser, on pense notamment aux très connus Hearthstone, mais aussi à Warhammer, Risk, Mario Party ou le très récent Dice Legacy entre autres. Généralement dissocié l’un de l’autre, Zoink! a décidé de combiner les cartes et les dés pour nous offrir Lost in Random. Sous son ambiance et univers à la Tim Burton se cache un jeu original prônant l’aventure narrative, et des combats stratégiques dans un monde où le destin se joue sur le hasard d’un coup de dés. Alors la chance est-elle au rendez-vous ?

Soutenu par le programme EA Originals, tout comme Unravel, Fe et Unravel 2, Lost in Random nous vient tout droit de Zoink!. Si vous nous suivez, vous savez que les développeurs n’en sont pas à leur coup d’essai puisque nous leur devons Zombie Vikings, Fe, Flipping Death ou encore Ghost Giant. D’ailleurs, ces trois derniers leur ont servi d’inspiration pour Lost in Random, respectivement : l’ambiance mystérieuse, les dialogues et la narration émouvante. Et comme nous vous le disions en introduction, Lost in Random est une aventure narrative rappelant des œuvres à la Tim Burton avec une narration pleinement mise en avant, où la chance est primordiale dans ce monde d’Aléa.

le Voyage initiatique de paire

Autrefois, les lanceurs de dés et ces derniers -vivants- étaient en harmonie et en parfaite symbiose, certain(e)s profitaient d’un lancer de dés pour décider de quelle voie suivre, tandis que d’autres lanceur(euse)s participaient à des championnats entre eux(elles). Mais les choses ont bien changé, et les dés ont quasiment disparu…

Bien plus tard

Cette histoire prend place bien plus tard. À Unibourg vivent Paire et sa grande sœur Impaire. Cette dernière venant tout juste d’avoir douze ans, a désormais le devoir, le privilège et surtout la contrainte de lancer le dé noir de la Reine tyrannique. Comme de nombreux(euses) habitant(e)s d’Aléa avant elle, chaque lancer de dés est le fruit du hasard, et par conséquent détermine la vie future. Qu’il s’agisse d’une personne d’une classe sociale supérieure ou inférieure, ou de n’importe quel royaume de naissance, rien n’y change, le hasard du destin est d’ores et déjà tout tracé. Malheureusement pour Impaire, ce fruit du hasard la sépare de ses ami(e)s, ses parents et sa sœur Paire, et la contraint à partir en Sixtopie avec la Reine tyrannique…

Un an plus tard, convaincu que sa sœur est en danger, Paire décide de la retrouver en Sixtopie et commence son périple en voyageant à travers les différents Royaumes. En chemin, son destin -et le hasard- l’amène à faire connaissance avec Décisse, l’un des dés ancestraux d’autrefois…

Cette histoire agréable à suivre est l’occasion de découvrir un duo de choc vraiment attachant, qui comme nous, découvre les us et coutumes des différents royaumes à force de parcourir le monde. S’ils n’hésitent pas à y aller de leurs petits commentaires, un narrateur conte également leur aventure à sa manière avec une habile dose d’humour. Grâce à ces deux points, ainsi qu’à l’ambiance et à l’univers qui se dégagent du jeu, on se sent davantage en immersion, et ce d’autant plus que le studio a été au fond des choses en mettant le Lore et les termes associés aux dés/hasard en corrélation totale.

Des lieux avec des identités marquéEs

Lors de son voyage, Paire s’aventure donc aux confins de multiples royaumes et leurs thématiques associées, on a par exemple Doubleville et sa ville à l’envers, ou encore Quartebourg et son casino. Chaque lieu se révèle assez linéaire, mais heureusement quelques embranchements sont présents ici et là permettant de réaliser des quêtes annexes, de casser des jarres, de résoudre de très simplistes énigmes (interrupteur à activer,…) ou encore de récupérer de l’argent servant à acheter des cartes.

Un background riche

Prônant l’aventure narrative en dehors de ses combats, le soft mise avant tout sur son univers dépaysant et intéressant, tout comme la discussion avec les PNJs et donc la découverte de divers personnages secondaires. Lors de discussions, certains d’entre eux nous confient des quêtes annexes, ces dernières étant principalement centrées sur l’obtention d’objets, de transmissions de messages ou de choix à réaliser. Tandis que d’autres habitant(e)s nous en apprennent davantage sur la culture de leur royaume, leur propre passé et par extension le background tournant autour du jeu, un plus assez immersif donc, même si certain(e)s pourront regretter un aspect un peu trop bavard par moment.

On émettra toutefois un bémol sur certains points manquant de finitions. Effectivement, il nous est arrivé plus d’une fois que certaines actions de discussions ou d’accès à la suite de l’aventure soient tout simplement impossibles (icône « d’interdiction ») malgré les bonnes conditions réunies. Relancer la partie à partir du menu principal fut la seule solution pour résoudre nos problèmes.

Des combats stratégiques avec des cartes et des dés

Passons maintenant à la partie combat. Les affrontements se déroulent en temps réel face à des ennemis robotiques de toutes sortes. Comme pour le reste de l’aventure, là encore les jets de dés, les cartes et le hasard sont au centre des affrontements, ces derniers étant aussi très stratégiques.

Une fois le combat lancé, et avant de pouvoir faire quoi que ce soit pour se défendre ou attaquer, il faut récupérer de petits cristaux sur les ennemis (épaules, « visages »,…) à l’aide de sa fronde, afin de pouvoir « charger » petit à petit le pouvoir de Décisse : l’accès aux cartes d’un deck.

Puis il suffit de lancer Décisse (dé), en sachant que plus on récupère de petits cristaux, plus les cartes provenant de notre Deck Building (préparé en amont) sont accessibles rapidement, chacune demandant toutefois un certain nombre de jetons de cartes ou points (représentés par la face de Décisse) afin d’être « invoqués » et utilisables.

La bonne idée apportant une touche d’originalité, c’est qu’à chaque lancement de dé, le temps se fige provisoirement pour nos ennemis, cela permet d’avoir le temps de planifier chacune de nos actions, qu’elles soient méticuleusement préparées ou simplement effectuées rapidement afin de récupérer des PVs par exemple. Une stratégie efficace donc d’autant plus que chaque lancer requiert aussi une partie de chance sur la retombée du dé : « 1 », « 3 », etc… Mais attention, Décisse ayant été endommagé il y a fort longtemps, un grand nombre de ses points noirs sont absents de ses faces. Au début du jeu, on commence donc avec à peine la faculté du « 1 » (correspondant à un jeton) et « 2 » jusqu’à en augmenter le nombre au fil du scénario. Mais il est aussi possible de contourner ce souci de Décisse en combat grâce à des cartes « triches » spécifiques.

Parlant justement de cartes, il est possible d’invoquer des cartes de type « défense », « arme » ou encore de « triche ». Pour vous donner des exemples de pouvoir, nous avons une fonction de ralentissement temporaire des ennemis, un bouclier pouvant encaisser des dégâts en lieu et place d’attaquer les PVs de l’héroïne, ou même la possibilité d’attaquer avec une lance très rapide, ou encore avec un arc et des flèches. Chaque élément possède aussi sa propre période de durabilité : un laps de temps, ou un nombre de coups particuliers, et même un accès à un renforcement, si l’on réactive la même carte lors d’un lancer de dé, à condition toutefois de retomber sur celle-ci.

Dommage cependant que sous cette facette de chance, de hasard et stratégie, se cachent aussi quelques petits désagréments comme les rallongements artificiels des combats. Si cela amène un brin de réflexion supplémentaire sur l’approche à adopter, certains regretteront justement le fait de devoir attendre l’obtention d’une « arme » ou carte plus spécifique pour vaincre un type d’ennemi en particulier en comptant sur la chance. On ne vous cache pas que l’on aurait aimé découvrir davantage de cartes que les « trente quatre » disponibles, certaines étant juste un Power-Up d’anciennes…

Un univers à la Tim Burton qui fait mouche

Comme nous le disions en amont, le soft a un charme tout particulier sous le moteur Unity. Une fois de plus, Zoink! a réussi à transposer son univers (ici à la Tim Burton) et à nous accrocher avec son ambiance et son enrobage, souvent dans des tons sombres mais avec de très jolis moments de clarté (soleil couchant,…) et des environnements avec leur thématique spécifique.

Cette jolie vision s’accompagne de sous-titres en français et de voix anglaises, les différents doublages ayant été réalisés avec soin pour chaque race de personnages. Du point de vue sonore, les thèmes de Blake Robinson (The Blake Robinson Symphonic Orchestra) se font parfois discrets, mais accompagnent parfaitement l’univers et l’ambiance retranscrits.

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Avec Lost in Random, Zoink! nous propose un voyage dans un univers prenant, dont l’ambiance sombre à la Tim Burton apporte un certain cachet. Si tout n’est pas parfait, à l’image de quelques petits soucis de finitions, et d'autres points plus ou moins pénalisants selon son appréciation, le périple de Paire et Décisse en vaut largement la peine, d’autant que le mélange entre le récit, et les combats stratégiques mêlant dés, deck building et hasard sont vraiment excellents. Une belle surprise en somme !
ON A AIMÉ !
- L’univers
- L’ambiance
- Des affrontements stratégiques…
- La D.A
- Le récit / Background
- Un duo très attachant
- Doublages de qualité
ON A MOINS AIMÉ...
- Certain(e)s trouvent le soft parfois trop bavard
- Quelques petits soucis de finition
- … mais certain(e)s trouveront peut-être les combats trop longs par moment
Lost in Random : La belle surprise de Zoink!
Lost in Random
Editeur : Electronic Arts (EA Originals)
Développeur : Zoink! (Thunderful)
Genre : Action, Aventure
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 10/09/2021

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...