MaXoE > GAMES > Tests > PS4 > Arc of Alchemist : du gameplay nerveux agrémenté de Gestion pour le titre de C…

Arc of Alchemist : du gameplay nerveux agrémenté de Gestion pour le titre de Compile Heart
Yoshitaka Amano est présent dans le développement

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Comme chaque année, l’été est aussi l’occasion pour nous de vous parler de titres qui sont passés un peu inaperçus. Aujourd’hui, on s’intéresse donc à un ARPG, Gestion, disponible depuis fin janvier 2020, Arc of Alchemist.

Le soft a été développé par l’équipe japonaise de Compile Heart, bien connu des amateurs(trices) de RPG et de leurs variantes. On leur doit notamment le JRPG Fairy Fencer F, ainsi que son « remaster » incluant des nouveautés Fairy Fencer F – Advent Dark Force, le JRPG incorporant des enquêtes Dark Rose Valkyrie ou encore l’Action-RPG Cyberdimension Neptunia – 4 Goddesses Online nous faisant évoluer dans un univers MMORPG et dont les héroïnes proviennent de la série Hyperdimension Neptunia, franchise ayant évoluée en cross-média (anime, manga, jeux vidéo). On peut également citer Death end re;Quest ou plus récemment Dragon Star Varnir ou encore le codéveloppement de Super Neptunia RPG.

Sauver l’Humanité ou mourir

La trame d’Arc of Alchemist nous emmène dans un monde en pleine perdition et au bord de « l’implosion ». Il y a longtemps, l’Humanité se débarrassait des déchets sans se soucier de leur accumulation. Pour sauver cette planète bleue polluée, les alchimistes eurent l’idée d’effectuer un rituel. Mais au lieu de transformer cette planète en une vaste forêt, l’échec fut retentissant : le monde devint un désert à cause d’un scélérat ayant volé des ingrédients à l’alchimiste. Il voulait seulement la gloire de la réussite de ce rituel mais ce voleur a déclenché une vague de destruction sans précédent, et ce n’était là que le début du désastre.

Plusieurs centaines d’années après, les humains continuent de se faire la guerre à coups de canon, tandis que la mort et la famine sévissent dans ces lieux désertiques. Aujourd’hui, nous suivons Quinn Bravesford, leader d’une équipe d’expédition ayant été envoyée dans le Genesis Desert par son souverain, dirigeant de Strasschester Kingdom, afin de chercher la Grande Puissance décrite dans la légende, celle qui pourrait sauver le monde. Mais comme le dit si bien Quinn : « Ce monde est la preuve que nous avons besoin de nous questionner sur la façon dont nous voulons vivre ou mieux… comment nous souhaitons mourir ? » Cette lueur d’espoir qu’est la Grande Puissance pourra-t-elle réellement sauver l’Humanité ?

Avec ce récit, sérieux et pour le moins intriguant Compile Heart montre une facette plus sombre de l’Humanité afin de pousser à réfléchir sur les actions effectuées par la main de l’Homme, la pollution de la planète et le gaspillage ayant amené ici un univers post-apocalyptique. Pour amener un ton plus léger, les développeurs ont choisi d’implanter des cutscenes ainsi que des scènes optionnelles afin de nous faire découvrir les personnalités distinctes de chaque membre de cette expédition. De plus, avec les voix japonaises relativement expressives, ce petit groupe peut devenir attachant durant les sept heures que l’on passe en leur compagnie.

Une exploration agréable mais avec des environnements assez vides

Pour son gameplay, et contrairement à ce que son nom laisse supposer, Arc of Alchemist n’intègre pas de notion d’alchimie en dehors de son scénario, vous ne retrouverez donc pas cette touche de confection de mixtures comme avec la série Atelier de Gust/Koei Tecmo. À la place, on se retrouve face à un pur jeu d’Action-RPG combiné à une partie Gestion bien présente.

Pour sa partie ARPG, l’évolution de notre groupe de héros s’effectue dans de vastes zones désertiques, étant rappelons-le, lié au contexte scénaristique, il ne faut donc pas s’attendre à beaucoup de variétés ni à des lieux extrêmement bien garnis. Durant ces escapades, on retrouve tout ce que l’on connaît des RPGs avec de la récolte de ressources, des coffres disséminés çà et là, des pièges pour nous barrer la route et d’autres pouvant blesser nos alliés comme nos ennemis. Et comme vous l’aurez déjà deviné, il y a également des monstres visibles sur le terrain. Mais ce n’est pas tout, le soft de Compile Heart recèle des énigmes/puzzles simples à réaliser, utilisant ici ce que l’on appelle les Lunagears.

Concrètement les Lunagears sont en quelque sorte des « anneaux » ayant généralement des bienfaits élémentaires comme le pouvoir du feu ou encore celui de la terre. Disponible en utilisation limitée avant une recharge obligatoire dans une base ou un camp (on y reviendra), chaque élément a son utilité et ce, aussi bien durant les énigmes que pour l’exploration, amenant de ce fait une traversée des lieux plus agréables.

Par exemple, un coffre entouré de glace nécessite l’utilisation du feu afin de faire monter la température de la glace mais aussi allumer des lampadaires. L’élément terre, quant à lui, permet la création de blocs aussi bien pour accéder à des lieux inaccessibles (le saut étant très léger) que pour se défendre face aux frappes ennemies.

Des combats dynamiques parfois très proches d’un Musô

Parlant d’adversaires, il est temps d’aborder la facette combats de ce Arc of Alchemist. Les affrontements, rapides à prendre en main, sont jouables en temps réel et ce, qu’il s’agisse de Quinn ou de ses compagnons. Il est possible d’utiliser différentes actions comme une attaque rapide, une violente, une roulade servant d’esquive. Mais aussi utiliser les pouvoirs élémentaires des Lunagears comme décrits plus haut, ainsi qu’une frappe spéciale liée à une jauge spécifique.

Néanmoins malgré la réactivité et la nervosité des attaques de base, on trouve dommage que la mécanique de combos n’ait pas été plus élaborée comme dans d’autres productions de l’équipe. Là on peut se contenter aisément de matraquer la même touche à plusieurs reprises façon Musô, sauf pour quelques ennemis particuliers. On vous conseille d’ailleurs fortement d’utiliser la fonction du lock-on, parce que sinon, vous risquez tout bêtement de faire énormément de frappes dans le vide, aussi bien aériennes que terrestres. De même avec les pouvoirs des Lunagears « plus difficiles à manipuler », le feu ayant seulement une ligne de mire droite sans une possibilité de déviation si un adversaire se déplace dans une autre direction.

Autre reproche que l’on peut faire à ce système de combat, c’est qu’il n’est pas possible d’incarner directement d’autres héros à la volée, comme dans divers jeux du genre (Trials of Mana par exemple). Car oui, on tient à le préciser mais seul un personnage est jouable à la fois sans possibilité de switcher. Il faut donc bien choisir sa formation (trois personnages dans l’équipe incluant deux coéquipiers) avant de partir à l’assaut afin d’établir une bonne stratégie. Si vous souhaitez un très bon attaquant, il faut privilégier par exemple Axel ou choisir Sharon qui préfère la magie et donc les attaques à distance. Chacun de ces protagonistes a donc ses propres forces et faiblesses, caractéristiques (attaque, vitesse, etc…) mais aussi différentes armes de prédilection (épée, hache, lance, arme magique entre autres) tout comme Quinn, l’héroïne principale.

S’il n’est pas possible de switcher entre les personnages sur la zone de terrain, Compile Heart a intégré une nouvelle feature pour la sortie européenne du jeu. Il est en effet désormais possible d’incarner d’autres protagonistes que Quinn. Pour effectuer un changement, il faut se rendre régulièrement à la base afin de modifier la formation, personnage leader inclus, ce qui permet plusieurs approches bienvenues ainsi qu’une variation de gameplay.

Une phase de gestion intéressante mais dispensable

Parlons à présent de la deuxième phase du soft, la Gestion. C’est un élément primordial et indispensable afin de faire progresser notre équipe, elle est donc complémentaire à la traditionnelle fonctionnalité des RPGs : la montée en Level. Concrètement, tout se passe dans une base ayant plusieurs fonctionnalités. On peut y faire reposer nos personnages, effectuer des emplettes sachant que la monnaie du jeu s’acquiert uniquement par la vente d’armes/objets, de changer sa formation, d’équiper nos personnages, mais aussi de prévoir les différentes tactiques et de gérer les entraînements.

Ces entraînements sont d’ailleurs relativement simples, car en échange de deniers, on améliore la caractéristique du personnage que l’on souhaite. Il faut donc choisir si l’on privilégie la défense, ou encore l’attaque tout en sachant que cela ne s’effectue pas pour le groupe mais pour un protagoniste unique. C’est également la même chose afin d’obtenir des capacités passives.

De la même manière pour certains achats, il est nécessaire de posséder des matériaux, c’est-à-dire les ressources obtenues sur le terrain. Si l’on peut les vendre pour acquérir de l’argent indispensable aux achats, il ne faut pas occulter une autre faculté de la base : aménager des structures supplémentaires. En effet, avec les matériaux nécessaires, il est possible de « construire » différents bâtiments, et en effectuant un bon placement de ces derniers, on fait croître les possibilités. En d’autres termes, on peut disposer d’une boutique d’armes mais aussi d’un stockage d’objets accru, entre autres.

Cet aspect gestion est un élément bien pensé et agréable pour quelqu’un qui s’investit un minimum en souhaitant une équipe relativement forte, cependant plusieurs facteurs risquent de jouer en sa défaveur. On peut par exemple citer le fait que la base n’ait pas d’explications approfondies, dans ce cas, on tâtonne soi-même en effectuant diverses manipulations. Mais aussi le fait que l’aventure est relativement courte, il est donc logique que certain(e)s ne s’attarderont pas sur cette feature, d’autant que l’on peut largement s’occuper du trio de base pour finir l’aventure et ce, sans se soucier des autres personnages de l’équipe.

Une OST agréable / Yoshitaka Amano-san est de nouveau présent

L’univers désertique dépeint est plutôt coloré avec une ambiance assez chaleureuse malgré ce monde en perdition. N’attendez toutefois pas des graphismes dignes de la génération actuelle, le studio ayant toujours eu un retard technique de ce côté-là. Et comme on aime à le dire, les graphismes ne font pas un jeu, même si pour le coup, ils peuvent contribuer à davantage d’immersion. Pour accompagner ce monde, l’équipe a choisi de s’aider du grand Yoshitaka Amano, ayant œuvré sur la célèbre saga Final Fantasy et sur Fairy Fencer F, pour les concepts arts et les personnages.

Pour sa partie sonore, AoA s’appuie sur une bande-son alliant électronique, exotisme, moments calmes et plus nerveux, avec une prédominance pour la flûte de pan qui est souvent utilisée. Le résultat est plutôt agréable. Enfin, terminons en signalant que les voix sont japonaises et expressives, tandis que les sous-titres sont exclusivement en anglais, ce qui freinera les allergiques à la langue de Shakespeare.

Testé sur PS4 Pro

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Si vous aimez les ARPG accessibles et que vous n’avez pas peur de la langue de Shakespeare, Arc of Alchemist arrivera à vous convaincre. Son gameplay nerveux, même s’il ressemble plus à du Musô, la possibilité d’expérimenter d’autres personnages, son exploration agréable avec quelques énigmes et son aspect Gestion assez poussé, sont plusieurs atouts non négligeables. En revanche, on regrette la courte durée de vie du soft mais aussi le fait que l’on ne retrouve pas les notions plus élaborées que l’on avait l’habitude de voir sur certains jeux réalisés par les développeurs.
ON A AIMÉ !
- Combats nerveux et dynamiques…
- Personnalisation des personnages
- Gestion de la base…
- Feature Européenne
- L’exploration
- Chara-Design/Voix
- OST
ON A MOINS AIMÉ...
- …mais le système de combos n’est pas aussi élaboré que dans d’autres softs du studio
- …mais certains facteurs font que des joueur(euse)s ne s’y intéresseront pas, car le trio de base est largement suffisant
- Aventure relativement courte
- Environnements assez vides
Arc of Alchemist : du gameplay nerveux agrémenté de Gestion pour le titre de Compile Heart
Arc of Alchemist
Editeur : Idea Factory
Développeur : Compile Heart
Genre : ARPG, Gestion
Support(s) : PS4, Switch
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 31/01/2020

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...