MaXoE > GAMES > Tests > PC > Fury Unleashed : La bonne surprise d’Awesome Games Studio !

Fury Unleashed : La bonne surprise d’Awesome Games Studio !
Un Roguelike dans un univers Comics

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après cinq années de développement, dont trois ans de disponibilité en Early Access sur Steam, Fury Unleashed est enfin sorti officiellement en mai dernier (2020) sur Steam et GoG ainsi que sur consoles (PS4, Xbox One, Nintendo Switch). Décrit comme un Roguelike ayant une combinaison de Plateformer Action Shooter old-school par son studio de développement, le titre se révèle être une bonne surprise dans sa catégorie.

Fury Unleashed a été développé par Awesome Games Studio. Cette petite équipe polonaise basée à Cracovie et composée de cinq personnes, a été fondée en 2009 et elle n’en est pas à son premier essai vidéoludique. Outre Duel The Art of Combat qu’ils considèrent comme un flop, l’équipe a l’air d’aimer les histoires/ambiances de zombie semble-t-il puisqu’ils ont développé I, Zombie à la base sur Steam ainsi que Yet Another Zombie Defense HD, deux titres différents mais qui ont connu un certain succès. Mais ils ont aussi réalisé Oozi – Earth Adventure, un plateformer sans prétention scindé en quatre parties vendues à quelques dizaines de centimes d’euros sur le Xbox Live Arcade.

Pour Fury Unleashed, l’équipe change encore une fois d’orientation en y installant un univers BD/Comics se déroulant de case en case rappelant un certain Comix Zone, jeu sorti sur Megadrive. Mais Fury dispose aussi de très bonnes inspirations : Rogue Legacy et Dead Cells pour sa partie Roguelike, et Contra ainsi que Metal Slug pour son côté Plateformer Action Shooter old-school. Des influences et des combinaisons que le studio mentionne et qui se ressentent plutôt bien en jeu. Mais pour l’heure, intéressons-nous à la trame et à ses enjeux.

Deux ambiances réussies : comics et meta

Pour son aventure, le soft s’appuie sur une double histoire : d’un côté nous avons Fury, un héros de BD/Comics aimant en découdre avec ses ennemis au travers de ses différentes épopées, et de l’autre une partie Meta avec son créateur : John Kowalsky. Cet auteur œuvrant depuis plusieurs décennies sur Fury Unleashed devenu une célèbre série de BD Comics, évoque ses doutes sur sa carrière, ses conversations avec autrui (interface de tablette, téléphone) et par conséquent ses différents états d’âme. Grâce à ces deux mélanges, les développeurs d’Awesome Games Studio ont su forger une identité propre à leur jeu, ce qui ravira les fans d’ambiance Comics.

Un Roguelike, Plateformer Action Shooter bien ficelé et aux multiples inspirations 

Fury Unleashed est donc décrit par ses développeurs comme un Roguelike, Plateformer Action Shooter aux multiples inspirations. Le titre est aussi bien jouable seul qu’en coop à deux en local uniquement pour le moment, une très bonne nouvelle pour les amateurs(trices) de coop, mais il a également la faculté d’être accessible aux néophytes grâce à deux choix de difficultés initiales : celle de base et une facile.

Vous commencez à le savoir depuis un moment si vous nous suivez, les Roguelike ont plusieurs codes à respecter comme la mort définitive et la génération procédurale des niveaux.

Ici, cette génération aléatoire prend place dans les différentes bulles du Comics que l’on parcourt et servant d’environnement général comme une Jungle aztèque ou encore une invasion d’Aliens. Ces BDs sont à lire dans le sens traditionnel Occidental, et comme pour Comix Zone, il n’est pas nécessaire de visiter toutes les cases pour pouvoir progresser vers la suite de l’aventure.

Mais à l’instar du titre de Sega, ne pas visiter toutes les vignettes reviendrait à rater une partie des éléments du jeu, et du coup à passer à côté d’événements spéciaux comprenant des défis. Parmi ces derniers, on doit par exemple atteindre un certain palier de combos ou encore tuer plusieurs adversaires avec une arme spécifique, voilà qui a de quoi « casser la routine » et instaurer un peu de surprises bienvenues.

Si les autres salles sont plus « classiques », elles respectent toujours le cadre Roguelike avec des objets à amasser, de multiples pièges comme des lance-flammes, scies circulaires, piques et autres joyeusetés à éviter, ainsi que des monstres.

Un gameplay nerveux et dynamique à souhait

D’ailleurs pour vaincre les ennemis, il ne faut pas rester immobile, nos opposants, présents dans chaque vignette, n’hésitent pas à user de bullets. Pour ne pas trépasser vite fait, il est alors nécessaire d’effectuer des dashs combinés ou non à des sauts pour esquiver bullets et pièges à la fois mais aussi utiliser tout l’arsenal à notre disposition. Celui-ci est bien fourni entre lance-scies, lasers, fusil d’assaut, flingue à impulsion et autres lance-roquettes, il y a de quoi s’en donner à cœur joie, surtout qu’en plus chaque arme à sa propre portée, effet et cadence de tirs.

Chacun peut donc trouver chaussure à son pied pour utiliser ce qu’il préfère et faire un maximum de combos, enfin si le facteur chance vous laisse de bons flingues, sinon il faudra se faire une raison en essayant autre chose. Eh oui, même le facteur chance du Roguelike est présent ce qui fait que chaque Run devient différent avec une génération aléatoire des salles, armes, pièges, etc… ainsi qu’un bestiaire vraiment varié. Les combats de boss ne sont pas en reste et c’est vraiment jouissif de les dérouiller. On est donc en face d’un gameplay habilement maîtrisé et nerveux.

Un système d’amélioration double évitant la frustration

Mais Roguelike oblige, fatalement au bout d’un moment vous allez mourir encore et encore, et recommencer le même chapitre en cours. Si bien sûr cela peut devenir frustrant, les développeurs ont fait en sorte que la mort ne soit pas aussi punitive que dans certains jeux du genre, et ce grâce à un système d’amélioration du personnage scindé en deux parties distinctes.

D’un côté nous avons l’option des améliorations temporaires que l’on peut acquérir avec de l’encre dorée (obtenue sur les ennemis) servant notamment à acheter des armes et de l’équipement entre autres, mais attention, une fois mort ces deniers dorés et les éléments acquis disparaissent. De l’autre, de l’encre noire (de l’XP) dont les attraits via Level Up permettent une amélioration permanente du héros grâce à des points de compétences comme un temps de rechargement plus court, des PVs maximum supplémentaires, etc… C’est une partie à ne surtout pas délaisser d’autant plus que l’on en devient plus puissant et donc que l’on se facilite les prochains Runs avec des améliorations visibles.

Vous aimez les jeux ? Vous aimez les Comics ? Les deux sont vraiment bien réunis

La direction artistique plaira sans nul doute aux amateurs(trices) de BD/Comics, qui comme nous l’avons dit, rappelle un certain jeu : Comix Zone. Pour Fury Unleashed, les développeurs d’Awesome Games Studio ont repris tous les éléments connus de la bande dessinée avec le découpage des scènes en case, les cadres blancs, les passages crayonnés, les phylactères, entre autres. Le tout avec des couleurs colorées mais non agressives pour la rétine et une fluidité sans reproche.

On remarque notamment que les Boss ont subi davantage de soin mais on trouve vraiment dommage que la map ouverte représentant les lieux découverts et non découverts ne soit pas plus mise en valeur. Là en l’occurrence il n’y a que deux couleurs pour faire la distinction et non des miniatures, ce qui aurait poussé le concept encore plus loin.

L’ambiance musicale a été réalisée par le duo Adam Skorupa et Krzysztof Wierzynkiewicz, déjà à l’œuvre sur The Witcher, Bulletstorm ou encore Shadow Warrior 2. Pour Fury Unleashed, les compositeurs respectent les différents univers du jeu en y apportant toujours une touche hardrock avec leurs riffs de guitare, vous ne serez donc pas déçus si vous appréciez ce style sonore.

Testé sur Xbox One X

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Très bonne surprise que ce Fury Unleashed, son mélange Roguelike, Plateformer Action Shooter aux multiples inspirations a véritablement été soigné par ses développeurs. Nerveux, dynamique, accessible mais aussi difficile, son univers BD/Comics ravira les fans, de même que les nombreux boss et ennemis à dépecer grâce à un arsenal varié. Pour compléter le tout, son axe d’amélioration très sympathique fait que la mort définitive n’est pas aussi punitive qu’elle en a l’air. Si l’on devait émettre quelques réserves, nous dirions que la map pour se repérer est trop minimaliste, qu’il n’y a que très peu de BD/Comics à explorer et donc d'autant moins d’environnements, et que le coop online n’est pour le moment pas encore accessible pour celles et ceux qui attendaient cette option.
ON A AIMÉ !
- Gameplay nerveux, dynamique
- Accessible aux néophytes avec une difficulté adaptée
- Le style graphique BD/Comics utilisé
- Les améliorations
- Deux points de vue
ON A MOINS AIMÉ...
- Map pour se repérer très minimaliste
- Pas de coop online (les développeurs travaillent dessus)
- Finalement très peu de BD/Comics et d'autant moins d’environnements
Fury Unleashed : La bonne surprise d’Awesome Games Studio !
Fury Unleashed
Editeur : Awesome Games Studio
Développeur : Awesome Games Studio
Genre : Roguelike, Plateformer Action Shooter
Support(s) : PC, PS4, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 2 (local)
Sortie France : 08/05/2020

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...