La 6ème édition du MaXoE Festival s’est déroulée du 17 au 30 juin 2019 et cette année encore vous avez été très nombreux à suivre les événements que nous vous avions préparés pour ce rendez-vous annuel de l’aventure MaXoE, entièrement dédié à ceux qui nous lisent sur le site et nous suivent sur les réseaux sociaux. Retour sur les événements de cette édition ! Grand Prix des Lecteurs (GPL) Commençons par les votes pour les Sélections dans le cadre du ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Tests > DS > Rooms : chambres à part
DS
Rooms : chambres à part

Appréciation de MaXoE
4 / 5Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Qu’il est parfois bon de se sentir prisonnier… Capable du meilleur, mais plus souvent du pire, Hudson Soft cadenasse votre santé mentale dans un casse-tête prenant, doté d’une atmosphère envoutante. Un parfait plaisir coupable pour une DS en mal de grands titres d’éditeurs tiers.

Un hôtel lugubre, du pavé, encore du pavé sous la semelle, la lune et son œil rond tapis dans l’ombre, un livre comme seul interlocuteur. Dès les premières minutes, Rooms interpelle. Rarement un jeu vidéo aura inscrit son thème dans une époque si clairement définie. On pense au Londres des bas-fonds, le brouillard plein les yeux, aux feuillets d’Agatha Christie, à une intrigue bien retorse. Rooms, c’est ça. Tout ça à la fois. Dans une aventure qui avance ligne par ligne, vous incarnez un héros sans nom, Mister X. Pas de patronyme, l’identification devient dès lors, naturelle. La suite, moins. Deux plans, trois monologues, moins de temps qu’il n’en faut pour vous téléporter dans un monde parallèle, aussi étrange qu’exigu. Espérer en sortir, c’est d’abord songer à y pénétrer, en remuant dans tous les sens la centaine d’énigmes qu’il renferme. Autant de verrous à votre liberté.

Pendant ce temps, à Verrou Cruz…

Empruntant sa mécanique au plus classique des jeux de réflexion, le puzzle, Rooms fait avancer la joueur dans des tableaux composés de cases, avec en arrière plan un élément de décor à reconstituer. Le but est archi simple : sortir de ce casse-tête en remisant chaque pièce à sa place, pour dégager ainsi un chemin qui vous mènera vers la sortie. Deux stratégies s’entrechoquent : soit vous optez pour le cadrage esthétique, en tentant de reconstituer le puzzle que constitue chaque tableau, là une corniche, là un bout de toit. Soit vous privilégiez la logique pure du gamer, en faisant avancer le héros au pousse-pousse, le déplaçant case après case en tentant vainement d’atteindre les tableaux suivants (une centaine au total). La difficulté étant peu corsée, et ce même une fois arrivé aux chapitres de fin, vous aurez tout le loisir de vous frotter aux différentes techniques de jeu. Après, Rooms noircit un peu le challenge en disposant pièges et grigris aux travers des énigmes (mois fouillés que dans Professeur Layton cependant), vous obligeant à vous servir d’items pour assurer votre progression. Téléportez-vous d’un coup de téléphone (avec à l’écran, un effet à la Matrix), changez le décor d’une case en passant à travers une armoire, faites sauter un muret à l’aide d’une bougie et d’un peu de poudre… Les ressorts de l’action, aussi marqués que la mise en scène théâtrale, participent au combien, au grandiose du jeu. Classique mais juste.

Une trame nommée désir

A côté de son archaïsme débonnaire, ce qui fait de Rooms une œuvre à part, c’est son penchant filou pour l’aventure. Vous vous doutez bien que sauter de case en case ne suffit pas à dérouler la trame générale. Se faisant désirer, le titre accorde une large faveur aux dialogues (parfois interminables, avouons-le..) et surtout à l’investigation. Entre plusieurs plateaux, vous devrez donc déambuler à l’aide du stylet (ce qui n’est pas sans rappeler ces bons vieux point and click) dans des décors qui s’y prêtent volontiers (station de métro, couloirs crasseux), afin de dénicher des objets, qui débloqueront des situations et par là-même, l’intrigue. Action, réflexion : deux versants au combien complémentaires qui font de Rooms une quête accomplie. Qui souffre cependant de menus défauts. D’abord une réalisation pauvre et terne, marquée par des tableaux souvent très sombres, d’où une sensation mêlée d’égarement et de déjà-vu, qui prend rapidement à la gorge. Autre bémol, l’ambiance sonore en deçà, répétitive à souhait (malgré le magnifique thème principal). Avare techniquement, Rooms l’est aussi dans ses modes de jeu. Un éditeur de niveaux mal fichu, des défis chronométrés redondants et l’absence coupable de multi condamnent au final, votre plaisir à s’exprimer uniquement en solo. A dire vrai, il n’en devient que meilleur.


Initialement publié le 14.06.2010

Appréciation de MaXoE
4 / 5Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Ne restez pas au pas de la porte. Entrez à corps perdu dans Rooms, un puzzle-game timide, assez lent, au concept vu et revu, d'accord, mais qui charme, envoute jusqu’au dernier tableau. Impossible de résister tant la jubilation est grande, l'intrigue captivante, à mesure que cette petite mécanique, austère au premier abord, s’affirme, et se dévoile. Accrochez-vous, et vous ne décrocherez plus.
ON A AIMÉ !
- Simple et ingénieux à la fois
- L'ambiance vieux Londres, digne d'Agatha Christie
- Le thème musical
- Taillé pour la DS
- L'éditeur de niveaux
- 15 heures de jeu effectif
ON A MOINS AIMÉ...
- Décors ternes
- Pas de voix, que du texte
- Trop dirigiste
Rooms : The Main Building
Editeur : Nintendo
Développeur : HandMade Games
Genre : Action / Réflexion
Support(s) : DS
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 04/06/2010
Sortie USA : 23/03/2010
Sortie Japon : 29/04/2010
Informations complémentaires / A noter : Disponible également sur Wii