MaXoE > GAMES > Tests > PS4 > Deus Ex : Mankind Divided : de Tom Clancy au Cyberpunk

Deus Ex : Mankind Divided : de Tom Clancy au Cyberpunk
Et si Dieu était une machine...

NOTE DE MaXoE
9
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Vous avez sans doute déjà ressenti cette douce sensation de découvrir dès les premières minutes que vous aviez affaire à un grand jeu. D’être « accroché » au paddle de manière inexplicable par la première cinématique ou une courte mission d’introduction. C’est un peu cet effet, proche de la prescience, que suscite la découverte de Deus Ex : Mankind Divided. Très rapidement, on sent que l’on tient là un jeu à part, loin de la routine ou du manque d’inspiration des sempiternelles licences à rallonge qui vivent paresseusement sur leurs acquis. Reste à savoir si ce petit frisson se transformera au final en orgasme ludique. On y croit très fort !
deus-ex-mankind-divided-official-box-art-revealed_3gx8-1920

cover_largeUne petite Augmentation et ça repart !

Pour les vieux briscards disposant déjà d’un sérieux vécu en matière ludique, Deus Ex évoque forcément une expérience hors-norme. Déboulant en 2000 sous la houlette de Warren Spector, le premier Deus Ex dépassa largement le statut de simple hit pour se hisser au rang de jeu culte. Il faut dire que Deus Ex était particulièrement novateur sur de nombreux points. Favorisant l’infiltration plutôt que l’action bien avant les Splinter Cell et s’articulant autour d’un univers futuriste cyberpunk désabusé que n’aurait pas renié Philip K. Dick, Deus Ex s’est presque naturellement imposé dans le cœur et les esprits des adeptes d’un background fouillé et d’un gameplay exigeant.

Pourtant, dans l’absolu, il n’ y a rien de fondamentalement nouveau dans l’univers proposé par la licence. Le contexte futuriste mais hautement vraisemblable s’articulant autour de l’évolution technologique et de l’optimisation des performances humaines via des implants cybernétiques a déjà fait l’objet de moult romans de SF, de films ou de jeux de rôles traditionnels. Mais la maturité et la cohérence avec lesquelles est traité ce thème témoignent d’un véritable effort d’écriture scénaristique et de design. On peut sans problème aboutir au même constat avec cette dernière mouture, si attendue. Dès la première heure de jeu, nous sommes emportés dans une intrigue tentaculaire qui n’oublie jamais de poser de véritables questions sur la trajectoire prise par nos sociétés modernes ou sur l’essence de l’humanité. Vous pourriez penser que je suis un peu pompeux mais il faut bien reconnaître que Deus Ex : Mankind Divided en impose en termes d’écriture et surpasse ainsi une bonne flopée de long–métrages hollywoodiens bien plus prétentieux.

08081008-photo-deus-ex-mankind-divided

La fracture cybernétique

Dans cet ultime épisode, vous incarnez de nouveau Adam Jensen. Celui-ci affiche la classe arrogante d’un Neo dans Matrix et l’indépendance d’esprit d’un Snake Plissken dans New Tork 1997. Un héros pour le moins « cinégénique » ! Deux années sont passées depuis les événements se déroulant dans l’épisode Human Revolution. Une cinématique de 15 minutes, magnifiquement ficelée vous propose d’ailleurs une petite piqûre de rappel afin de vous immerger dans ce nouvel opus le plus rapidement possible. Human Revolution évoquait le schisme entre les humains lambda et les Augmentés, l’opposition entre l’ordre naturel et le fruit du progrès scientifique. Nous découvrons ici que le soufflé est loin d’être retombé et autour de cette lutte quasi planétaire se greffent désormais des enjeux politiques et économiques mettant aux prises consortiums internationaux, groupements terroristes et agences gouvernementales opaques. Sans compter une organisation secrète tirant les ficelles du conflit entre partisans d’une humanité « naturelle » et les adeptes de l’Augmentation. Certes, le joueur peut parfois se perdre dans les méandres et les entrelacs d’une histoire aux multiples intervenants et aux rebondissements incessants. Mais à l’inverse du galimatias indigeste de certains jeux (je ne citerai aucun titre), on y croit !

deus-ex-mankind-divided_2015_08-05-15_003-jpg_600

Un design visionnaire

D’autant que le background de Deus Ex est magnifiquement travaillé. Le jeu regorge de petites idées de design qui donnent une véritable profondeur à cet univers si éloigné (nous sommes en 2022) et pourtant si proche (l’architecture mêle subtilement des bâtiments anciens et des éléments plus tech). Les graphistes ont véritablement eu le souci de rester assez sobres et de ne pas céder à la tentation d’en mettre plein les yeux de manière artificielle. Par exemple, la cité de Prague telle qu’elle nous est présentée est parfaitement cohérente et correspond à une projection vraisemblable de ce que peuvent devenir nos actuelles grandes cités. Il aurait été bien plus facile d’accentuer le caractère futuriste de l’univers en créant un enchevêtrement de tours gigantesques et de passerelles aériennes comme dans Mirror’s Edge. Trop facile et trop grossier… Au final, l’atmosphère qui se dégage de Deus Ex : Mankind divided constitue l’un des atouts majeurs du jeu. A ce titre, les sensations d’oppression policière et de tension entre communautés sont particulièrement palpables et vous maintiennent dans une situation d’inconfort permanent. Un jeu profond donc et qui propose une copieuse galerie de personnages bénéficiant d’une vraie personnalité, dotés d’un caractère et de motivations toujours au service de l’intrigue.

deus_ex_mankind_divided_infiltration

Infiltration ou action, il faut choisir… ou pas !

Mais quid du gameplay ? Nous retrouvons ce qui a toujours constitué l’essence de cette licence à savoir une volonté de privilégier l’infiltration à l’éradication violente de vos ennemis. Adam brille par sa discrétion et n’a pas son égal pour se mettre à couvert et approcher sa proie tel un fantôme pour la neutraliser. Un nouveau système de couverture vous permet d’ailleurs de visualiser votre éventuel cheminement grâce à une trajectoire vectorielle. L’analyse des lieux et du pattern des ennemis est alors absolument indispensable pour ne pas relever un niveau d’alerte qui vous obligerait à sortir l’artillerie lourde. Mais le constat est clair : il est encore possible de terminer cette aventure en tuant un minimum de personnes voire aucune pour les plus patients d’entre vous. Le level design propose d’ailleurs de nombreuses possibilités pour évoluer discrètement. Regardez attentivement autour de vous car les voies alternatives et les passages dissimulés sont nombreux et la verticalité des niveaux est bien plus exploitée que dans les opus précédents. Maintenant si vous préférez les lignes droites et que le désir de transformer Deux Ex en simple FPS vous démange, il est également possible de privilégier l’action pure et dure et de vous en remettre à un arsenal plus létal et plus conventionnel. Mais ce serait tout de même dommage tant Deux Ex : Mankind Divided fait des efforts pour vous inciter à une approche « cérébrale » des niveaux. Seul bémol qui fait malgré tout un peu tâche dans cette présentation élogieuse, l’IA des gardes est parfois très limitée et il est assez facile de « nettoyer » une pièce  sans provoquer la moindre alerte. Vos proies, sans être sourdes ou aveugles, semblent tout de même assez déficientes sur le plan sensoriel.

deus_ex_mankind_divided_gamescom_1

Un jeu hyper connecté.

Univers cyberpunk oblige, la technologie et l’informatique sont également très présents. En effet, Adam bénéficie de multiples Augmentations qui améliorent ses performances dans de nombreux domaines. Les possibilités sont alléchantes  même s’il faudra évidemment effectuer des choix drastiques, le coût des différents implants étant de plus en plus onéreux. Les apports les plus simples et évidents améliorent les performances physiques comme la vitesse, la vision ou la capacité de sauter. Mais d’autres dont certains inédits sont plus « spectaculaires » et peuvent davantage impacter votre façon de jouer. Le « bullet time » peut vous orienter logiquement vers une approche plus frontale de vos ennemis à l’inverse d’un camouflage actif faisant de vous un caméléon insaisissable. L’utilisation de ces pouvoirs reste soumise à des contraintes énergétiques : on ne peut utiliser ses atouts indéfiniment et la mise en service des implants doit être raisonnable afin de ne pas être mis hors-circuit.

deus-ex-mankind-divided-575833a94d22f

Toujours au rayon technologique, le gameplay permet de pirater de nombreux terminaux, des ordinateurs portables et bien évidemment des systèmes de sécurité. Chaque infiltration numérique se matérialise autour d’un petit jeu récurrent qui vous permet de diriger votre programme intrusif dans les mailles d’un mini réseau. Il faudra alors atteindre le répertoire convoité tout en brisant les firewalls et en esquivant les antivirus. Un jeu dans le jeu autour duquel est articulé un module additionnel baptisé Breach. Un bonus pas indispensable mais très appréciable faisant largement penser aux missions VR d’un Metal Gear Solid.

 

Testé sur PS4, version commerciale.

NOTE MaXoE
9
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Deus Ex : Mankind Divided est plus qu’une excellente suite : c’est un grand jeu malgré quelques points perfectibles. Mais ceux-ci s’avèrent presque anecdotiques au regard de la profondeur d’un univers remarquablement construit. Deus Ex : Mankind Divided parvient souvent à faire oublier que l’on est face à un divertissement purement ludique. Se lancer dans cette aventure, c'est un peu comme plonger dans un roman de William Gibson ou de K. Dick. Évitant avec élégance l'outrance ou la caricature, l'intrigue et le background sont toujours au service d’un gameplay aux multiples facettes. Classe !
ON A AIMÉ !
- Un univers cohérent et peaufiné à l'extrême.
- Un vrai scénario qui tient la route.
- Un gameplay proposant de multiples facettes.
- Très joli mais...
ON A MOINS AIMÉ...
... des spécifications graphiques un poil décevantes.
- Une IA parfois trop permissive.
Deus Ex : Mankind Divided : de Tom Clancy au Cyberpunk
Deus Ex : Mankind Divided
Editeur : Square Enix
Développeur : Eidos Montréal
Genre : Action-infiltration-RPG
Support(s) : PS4
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 23/08/2016

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ. Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...