Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Tests > PS4 > The Heavy Rain / Beyond : Two Souls Collection : La tentation hollywoodienne
PS4
The Heavy Rain / Beyond : Two Souls Collection : La tentation hollywoodienne
Quantic Dream voit double

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Difficile de dissocier les productions du studio Quantic Dream de son chef d’orchestre, David Cage. Avec ses annonces tonitruantes et son désir de produire des jeux hors norme, le bonhomme fascine autant qu’il peut agacer. Il faut avouer que Heavy Rain et Beyond two souls qui ressortent aujourd’hui dans un bundle remasterisé pour PS4 ne sont pas des jeux comme les autres. D’ailleurs, il faudrait davantage parler de films interactifs tant la tentation hollywoodienne transpire par tous leurs pixels. Souvent décriés lors de leur sortie respective, ces deux titres aux aspirations ludiques somme toute similaires méritent d’être réévalués aujourd’hui avec le recul nécessaire.
quantic-dream-remastered

514B+iOesvL._AA160_Thriller ludique

Dès les premiers instants, on devine que Heavy Rain a l’ambition de proposer une expérience de jeu bien différente, de s’immerger dans une atmosphère et surtout une intrigue comme on se plonge dans un bon livre ou un bon film. On commence donc pas découvrir le personnage principal dont la psychologie se construit petit à petit devant nos yeux. Ethan Mars est un architecte prospère menant une vie tout ce qu’il y a d’enviable avec une belle demeure, une jolie femme et deux jeunes garçons plein de vie. Il ne manque plus que le clébard et les barbecues de voisinage et l’on tient là le bon vieux schéma de la famille modèle si caractéristique de l’american way of life. Du genre  de celui que nous vendent naïvement les sitcoms ou les comédies pondues au kilomètre. Mais voilà, les jolies histoires ne durent jamais bien longtemps et le décès accidentel de l’un des garçons fait voler ce petit monde en éclat. Une séparation et une descente aux enfers plus tard, nous retrouvons Ethan un brin dégoûté de la vie et plongé malgré lui dans une sordide histoire de serial killer, le fameux tueur à l’origami. Et notre dépressif de service de se demander jusqu’à quel point il est impliqué dans cette spirale sanglante. 

Heavy-Rain-

Nous n’irons pas plus loin car vous l’aurez bien deviné, l’un des intérêts du jeu réside dans son caractère narratif et dans la lente progression d’une intrigue au final assez prenante : le  moindre spoil et vous pouvez convertir le Blu Ray en sous-verre ultra tendance. A la sortie du jeu, certains ont haussé les épaules, arguant que Heavy Rain tirait de bien grosses ficelles et sombrait trop facilement dans des clichés revus maintes et maintes fois. Ceci relève à mon sens d’une mauvaise foi assez coupable. Evidemment, Heavy Rain est un jeu référentiel s’appuyant sur une trame qui reprend tous les stéréotypes du thriller… Et alors ? Même constat pour la psychologie du personnage principal souvent taxée de peu subtile. Certes, tout cela est un peu cliché. Culpabilité face à l’accident du fils préféré, sentiment d’effondrement et perte de repères : on évolue clairement sur des sentiers bien balisés. Mais à titre personnel, je ne vois pas en quoi les rapports entretenus entre Joël et Ellie , le duo d’un titre comme The Last of Us, sont beaucoup plus fins et approfondis. Et ce dernier titre est souvent présenté comme une référence en la matière. Passons…

heavy-rain-videos-523bfc9dba02c

Split screen

L’autre particularité du jeu est de proposer un récit éclaté puisque l’aventure nous propose de suivre non pas un mais quatre personnages, du détective un rien blasé jusqu’à la journaliste d’investigation particulièrement pugnace. De chapitres en chapitres, nous passons de l’un à l’autre des protagonistes, chaque point de vue apportant un éclairage différent sur l’enquête et la traque du tueur. Et bien évidemment, ces chemins croisés finissent inévitablement par se rejoindre. L’ensemble tourne bien et si le début de l’aventure piétine un peu, l’action finit par aller crescendo pour devenir très prenante dans les ultimes chapitres. Il est à noter que si le jeu s’avère assez dirigiste dans sa première moitié et que vos choix n’auront un vrai impact que dans la seconde. D’ailleurs, plusieurs fins alternatives sont prévues pour répondre aux multiples initiatives que vous prendrez…  Pas de game over ou de mort subite : tout l’art de Heavy Rain est de vous accompagner jusqu’au générique final avec une vraie sensation de fluidité.

Interactif mais pour quoi faire ?

Quant au gameplay, il ne faut pas s’attendre à des gunfights étourdissants ou de folles embardées à la Fast and Furious. Il s’agit surtout d’un jeu de dialogue à réponses multiples et doté également de QTE à répétition. Ces QTE débloquent logiquement des cinématiques faisant progresser l’intrigue mais peuvent aussi déstabiliser le joueur. En effet, si certains d’entre eux ont un réel impact sur le  jeu et son déroulement, d’autres paraissent totalement anodins et cadreraient davantage avec une simulation de vie à la Sims. Vous avez toujours rêvé de porter les sacs de courses, de vous laver les dents ou de préparer un bon café ? Préparez votre paddle car vous allez être servis : R2 pour mettre la dosette dans la machine à expresso, X pour mettre en route et R3 pour boire le tout. Et attention, pas trop vite au risque de renverser une goutte sur le tapis ! Il faut reconnaître que ces séquences parasitent un peu l’expérience par leur futilité. Disons que tout ceci amusera le spectateur qui passe dans le coin !

Au final, Heavy Rain n’est pas exempt de défauts, loin de là. Mais ce titre offre aussi d’excellents moments par sa construction narrative et sa réalisation. En effet, si les animations sont assez raides, les modélisations et les expressions faciales restent toujours aussi bluffantes même si le portage sur PS4 n’apporte pas grand-chose en termes qualitatifs.

257808-dafoetwosouls

Tu l’as vu mon Blockbuster ?

Trois ans plus tard, David Cage remet le couvert avec Beyond : Two Souls. Et le bonhomme a de la suite dans les idées puisque ce nouveau titre s’inscrit exactement dans la même démarche ludique. On reste donc dans le trip cinématographique et le moins que l’on puisse dire, c’est que Quantic Dream a clairement sorti le carnet de chèques pour s’offrir un casting qui ne dépareillerait pas avec celui de n’importe quelle grosse production. Exit les acteurs anonymes et place à Ellen Page, une des actrices les plus hype de la nouvelle génération et Willem Dafoe en guest star de luxe. Tous deux se sont ainsi prêtés à l’exercice de la motion capture et se mettent au service d’une aventure qui délaisse le thriller poisseux pour une aventure mêlant fantastique, action et quête existentielle.

Beyond : Two Souls narre l’étrange destin de Jodie Holmes, jeune fille en apparence normale mais qui s’avère liée sans réelles explications à une entité invisible prénommée Aiden. Cette « créature » reste attachée à Jodie et la protège à tous les instants. Il n’en faut pas plus pour que des scientifiques à la solde du gouvernement américain entrevoient le potentiel de cet étrange lien et transforme ainsi cette pauvre Jodie en cobaye de laboratoire, totalement coupée de l’extérieur et ce depuis son plus jeune âge.

2237405-673021_20130905_002

Puzzle game

Adepte d’une narration ambitieuse, David Cage abandonne la logique des destins croisés pour celle d’une chronologie déstructurée. En effet, on devine aisément que Jodie finit par accepter difficilement cette situation d’asservissement à la fois aux services de renseignements américains mais également à son alter ego tantôt protecteur tantôt oppressant par son omniprésence. Comment se construire et devenir une jeune fille puis une jeune femme dans ces conditions ? Le jeu vous propose donc de découvrir différentes phases de la vie de Jodie à grand renforts de flashbacks. Parfois nous la suivons lors d’opérations commando commanditées par la CIA mais d’autres séquences nous invitent à l’accompagner dans sa fuite et sa difficile quête d’indépendance. Régulièrement, nous remontons plus loin encore lorsque celle-ci n’est qu’une fillette chaperonnée par le Professeur Dawkins alias Willem Dafoe. Ce qui pouvait sembler être une bonne idée au départ a néanmoins l’inconvénient de désorienter inutilement le joueur dans les méandres d’une intrigue qui mixe des épisodes marquants et dotés de réels enjeux dramatiques avec des séquences plus accessoires, presque gadgets. Il est à noter que l’un des bonus de ce remastering est la possibilité de jouer ces chapitres dans l’ordre chronologique ce qui s’assimile plus ou moins à un aveu de faiblesse. Le portage sur PS4 n’apporte là encore qu’un léger gain en termes graphiques. Mais il faut dire que le bond qualitatif entre les deux jeux était déjà remarquable. Les expressions faciales sont toujours criantes de réalisme et les animations sont enfin d’une souplesse fort appréciable. Rien à dire, Beyond : Two Souls est très très beau. Quant au gameplay, il s’agit en fait d’un copier-coller de celui d’Heavy Rain quoique plus fluide at affiné, le nombre de QTE ayant été particulièrement élagué. La gestion d’Aiden apporte également un peu de variété tout en restant anecdotique. Il est possible de l’envoyer explorer les alentours ou de bénéficier de son aide lors de quelques combats. Là encore, le jeu n’est clairement pas orienté vers l’action et ceci n’a donc rien d’étonnant.

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Voici donc deux titres faisant figure d’Ovni dans le paysage vidéoludique. Et la véritable question sera donc de savoir à quelle catégorie de joueurs vous appartenez. Si vous êtes de ces purs gamers qui souhaitent avant tout garder le contrôle de leurs actions et qui recherchent le challenge, vous regarderez forcément ces productions d’un œil condescendant. Mais si vous avez passé de nombreuses heures à lire des « livres dont vous êtes le héros », si vous aimez être porté par des histoires plutôt bien ficelées et ne servant pas uniquement de prétexte à des séquences de shoots cataclysmiques, ce bundle au prix avantageux pourrait clairement vous aider à passer d’excellents moments en famille. Car effectivement, ces jeux calmes, posés (lents diront certains) peuvent être partagés à plusieurs et en particulier par un public habituellement rétif à ce loisir. Reste à savoir si Quantic Dream compte un peu changer son fusil d’épaule ou développer plus avant ces expériences que l’on pourrait barbarement qualifier de cinéludiques. Pour cela, il faudra attendre leur prochain jeu… euh film. Become Human devrait ainsi faire bientôt parler de lui. Et probablement couler pas mal d'encre.
ON A AIMÉ !
- un bundle au prix très sympathique.
- une expérience atypique.
- le chaînon manquant entre jeu et film.
- peut séduire un public profane.
ON A MOINS AIMÉ...
- pas de challenge.
- un rythme très inégal.
- des QTE qui s'imposent parfois lourdement.
- une histoire moins cohérente pour Two Souls.
The Heavy Rain / Beyond : Two Souls Collection : La tentation hollywoodienne
Heavy Rain /Beyond : Two Souls
Editeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : Quantic Dream
Genre : aventure narrative
Support(s) : PS4
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 02/03/2016