MaXoE, média culturel multi-thématique (jeux vidéo, cinéma, musique, bande-dessinée, comics, manga, hi-tech, art, sciences...), indépendant et sans publicité. En ligne depuis 1995
PrésentationLigne éditorialeNos sitesNos Rendez-VousActualitéPartenariatsCharteRejoindre MaXoEFlux RSSInformations légalesContact
A ne pas manquer

TOP
25.01.17, 19:52
| Partager sur

Tests Xbox One



Dishonored 2 : Entre Emily et Corvo, mon coeur balance

Que faire... Tuer ou ne pas tuer ?



L'AVIS DU REDACTEUR :
Appréciation sur 10
10
L'AVIS DES LECTEURS :
Votez et Commentez !
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Je l’attendais avec impatience ce jeu et je n’ai pas été déçue, bien au contraire ! J’attendais ce jeu parce qu’il est lyonnais, comme moi. Et puis j’aimais beaucoup le design. Je sais, il ne m’en faut pas beaucoup et je suis assez superficielle en fait. Mais rassurez-vous, j’ai été séduite par le gameplay, la difficulté et surtout l’ambiance. Et puis le design. Et puis le doublage des personnages. Et puis zut voilà quoi ! J’ai tout aimé.


L’histoire débute 15 ans après le premier du nom. Emily est impératrice et son papounet Corvo est toujours protecteur royal. Le graphisme est stylisé BD et ça rend très bien. La bande son et le doublage sont géniaux. Emily traverse une crise dans son règne avec un certain nombre d’assassinats dont beaucoup soupçonnent son père d’en être l’auteur. Mais lors du jour de l’anniversaire de sa mort, tout bascule… Une certaine Delilah fait son apparition. Elle prétend être la soeur de Jessamine et prend le pouvoir. Il ne vous reste plus qu’à fuir, laissant derrière vous Corvo (si vous avez choisi d’incarner Emily). Et votre aventure commence.

Emily ou Corvo ?

Le jeu commence avec un didacticiel, absolument nécessaire pour quelqu’un comme moi qui n’a jamais joué au jeu. C’est hardu et en tant qu’Emilie, j’ai un peu de mal à prendre par surprise Corvo. Mais c’est le seul passage qui me prend un peu de temps et c’est très prometteur de la suite si les PNJ sont aussi vifs que Corvo.

Le début est un peu longuet. Enfin… Peut-être pas en fait, le début ne se joue pas, il se regarde et ça le rend un peu long (je ne suis pas réputée pour ma patience). Mais l’apparition de la « méchante » Delilah vaut le détour. Et là vous commencez vraiment le jeu en choisissant d’incarner Corvo ou Emily. J’ai commencé avec Corvo et puis par curiosité, le soir suivant j’ai recommencé pour avoir Emily. Et je suis restée avec elle au final. Et je ne regrette pas. J’adore ses pouvoirs… Mais j’ai hâte de finir le jeu pour recommencer avec Corvo. Ils ont des pouvoirs complètements différents, notamment pour se déplacer. Corvo a son Clignement qui lui permet de se téléporter et Emily a Longue portée qui est difficile à expliquer. Disons qu’elle vise un point et elle se déplace automatiquement sur ce point. Ce n’est pas de la téléportation, c’est plutôt comme un point d’encrage qui l’attire une fois qu’elle l’a posé.

La quête principale et le reste

Bien sûr, votre but est de détrôner Delilah, reprendre votre place d’impératrice et sauver votre père (si vous incarnez Emily). Mais pour atteindre Délilah, il vous faudra connaître son origine et ses parcours mais aussi affronter ses alliés. Vous aurez donc des quêtes secondaires dont certaines facultatives, que vous pourrez choisir ou non de faire, mais elles me semblent indispensables. Si elles ne vous permettent pas d’obtenir plus d’informations (et tout le monde sait que les informations permettent de survivre et faire les bons choix), ces quêtes peuvent vous permettre d’obtenir de l’aide (et donc des informations). Ou parfois des sous ou une réduction dans les comptoirs clandestins… Sinon vous avez aussi d’autres sortes de quêtes à faire, comme celle de réunir certains portraits. Je ne sais pas encore pourquoi mais de toutes façons, je n’ai réussi à en avoir que 3 pour l’instant donc c’est plutôt mal parti pour moi.

Revenons à Delilah et ses alliés. Vous aurez la possibilité de tuer ou de faire subir un autre sort à ses alliés. Jusqu’à Breanna, je leur avais fait subir un autre sort, dans l’espoir que ça compense quelque part tous ces malheureux soldats que j’ai tué… Mais cet autre sort n’est pas forcément meilleur que la mort. Jindosh s’est fait lobotomiser (mais il l’avait bien cherché). Quand à Breanna, elle se serait laissée étrangler, je ne l’aurais pas tué. Je sais, je ne suis pas très saine dans ma tête…

Mais pourquoi nous laisser ce choix ? Parce que vos choix influent sur la fin que vous aurez. Ils n’arrêtent pas de le dire dans le jeu, notamment dans les conseils pendant les temps de chargement. Alors je fais de mon mieux pour étrangler au lieu de tuer ou faire subir un autre sort aux alliés de Delilah. Mais je suis mal partie, je l’avoue…

Les runes, charmes d’os et armes

Les runes vous permettent d’acquérir et d’améliorer vos pouvoirs et parfois de rencontrer l’Outsider. Certains de ces pouvoirs sont liés au chaos : ils ne sont utiles que si vous choisissez de tuer. Quoiqu’il en soit, il vous faut des runes, encore plus de runes et choisir quel pouvoir vous allez améliorer/acquérir. Et ça, c’est parfois dur de choisir. Je veux plus de runes…

Les charmes d’os portent bien leur nom. Ce sont des charmes qui vous facilitent un peu la vie. Ils peuvent vous permettre de respirer un peu plus longtemps sous l’eau ou d’augmenter les chances que vos adversaires vous ratent en vous tirant dessus par exemple. Ils sont utiles mais attention, certains sont corrompus.

Vous pouvez crafter des charmes d’os, c’est-à-dire cumuler plusieurs traits. Mais pour cela il vous faudra acquérir le pouvoir. Et il y a un risque qu’en ajoutant des traits, vous corrompiez votre charme. Une augmentation de ce même pouvoir peut améliorer les choses encore une fois.  Vous pouvez aussi utiliser les charmes d’os pour créer des runes, mais il en faut un paquet. De même, il semblerait qu’on puisse démonter des runes pour avoir des charmes d’os surpuissants.

Pour ce qui est des armes, Emily a son épée dans la main droite et ce que vous voulez dans sa gauche. Cela peut être un pouvoir, le cœur qui vous permet de tracer les runes et charmes d’os ou de lire dans les pensées, ou des mines, grenades, arbalètes… Vous pouvez choisir 4 raccourcis pour cette main gauche sur la croix directionnelle, sinon il vous faudra passer par la gâchette LB pour avoir accès à toutes les possibilités. Et vous pouvez améliorer ces armes dans les comptoirs clandestins. Quant aux munitions, vous pouvez les acheter dans ces mêmes comptoirs ou en dénicher en désamorçant les pièces ou en explorant le monde.

Les graphismes, l’ambiance, le monde…

Les décors sont beaux, colorés parfois, mais toujours malsains et /ou remplis de désespoir. Chaque chapitre nous montre un nouveau décor, de nouveaux « méchants » comme par exemple le manoir de Jindosh et ses robots, puis le conservateur et ses sorcières pour passer ensuite à Poussièreville avec d’un côté sa bande de racaille et de l’autre ses « soldats ». On va de découverte en découverte. Et on a toujours les mouches de sang qui prolifèrent avec les cadavres, notamment ceux qu’on laisse derrière nous. Donc si vous choisissez de tuer, vous serez responsable de la prolifération de ces mouches de sang…

Au final, je passe énormément de temps à découvrir chaque nouveau lieu. C’est génial, c’est beau, il y a plein de choses à découvrir et plein d’informations cachées (pleines de pensées secrètes à écouter grâce au cœur). J’adore Poussièreville et ses tempêtes de poussière qui non seulement aident à mettre en place l’ambiance de désespoir, mais m’ont apporté une aide providentielle pour avancer…

Les personnages sont forts, on les aime ou on les déteste. Comme Hypatia, cette doctoresse qui met sa vie en danger pour sauver ses patients. Punaise ! Son mauvais côté m’a donné des sueurs froides. Malsain et terrifiant à souhait ! Ou comme Jindosh, scientifique fou et orgueilleux que j’ai pris beaucoup de plaisir à lobotomiser. D’ailleurs, j’ai eu de ses nouvelles dans le chapitre suivant. Très amusant de découvrir qu’ils sont même allés jusque là ! L’histoire continue tout autour de vous, les personnages que vous avez croisés continuent leur vie et vous découvrez ce qu’il se passe grâce aux journaux que vous lisez ou aux commérages que vous surprenez.

Une aide providentielle

Il est très utile de lire les petites astuces données pendant les temps de chargement. C’est comme ça que j’ai appris que je pouvais combiner les pouvoirs Ombre mouvante et Domino. Le premier me permet de créer un clone qui peut détourner l’attention de mes adversaires (ou si je le fais évoluer se battre ou me permettre de fuir si je prends sa place). Domino me permet de lier plusieurs adversaires et il me suffit d’en attaquer un pour que ceux qui lui sont liés subissent le même sort. Donc après avoir usé de mon pouvoir, il me suffit d’en endormir un pour que les autres fassent de même, et ça ne m’aura coûté qu’une seule fléchette !
Mais pour en revenir aux astuces, en les lisant, j’ai donc découvert que je pouvais combiner ces deux pouvoirs. Il me suffit de lier mes ennemis avec mon ombre et de me débarrasser d’elle, éliminant automatiquement mes ennemis. C’est très pratique.

La difficulté

La difficulté se situe à bien des niveaux. Savoir où sont les runes et charmes d’os ou le(s) objectif(s) n’est pas difficile vu qu’ils sont indiqués sur la carte. La difficulté, c’est de les atteindre. Le manoir de Jindosh par exemple m’a donné beaucoup de fil à retordre. Foutus ascenseur, leviers, pièces cachées… Et pourtant c’est resté mon passage préféré. J’ai toujours aimé les casse-têtes. Mais attention, le jeu est difficile mais pas impossible. Je ne suis jamais restée coincée à un endroit au point d’aller chercher de l’aide sur le net.

L’autre difficulté, c’est le mode furtif bien-sûr. Eviter de se faire détecter est très dur, même si certains passages sont plus faciles que d’autres. Et trouver son chemin, même dans les hauteurs, n’est pas toujours facile. Pourtant, choisir d’être un peu plus bourrin n’est pas plus facile. Si vous éliminez un garde en vous faisant repérer, ils rappliquent tous ! Et même la fuite ne vous sauvera pas. Cela n’a marché qu’une fois pour moi de fuir, toutes les autres fois j’ai fini morte. Il vous faut aussi cacher les corps des vivants ET des morts. Bien que dans ce dernier cas, il y a un pouvoir qui vous permet de les faire tomber en cendre…
A savoir que si vous choisissez de tuer, vous aurez droit à des finish moves superbes…

A la fin de chaque chapitre, vous avez vos stats qui s’affichent : le nombre de victimes, le nombre de corps découverts, le nombre de fois que vous avez été découvert… Et vous avez accès à vos stats générales dans les options. Et à l’exception de Poussièreville, je peux vous affirmer que je suis bien contre mon gré sur le bon chemin vers le chaos… :’(

Une fois que je l’aurai fini, je recommencerai avec Corvo, par contre je ne sais pas si j’essaierai d’être meilleure dans la furtivité ou si je choisirais d’embrasser le chaos, de tuer et de choisir les pouvoirs destructeurs… Mais j’ai encore un peu de temps avant d’avoir ce choix à faire !





Un jeu absolument génial qui m’a occupé pendant de longues soirées. Ce n’est pas compliqué, à chaque fois que je me connectais pour faire des captures d’écran pour mon test, je me suis retrouvée à jouer encore et encore au lieu d’écrire mon test… Il est très difficile en mode furtif (ou plutôt je ne suis pas très douée pour le mode furtif) mais le faire en « bourrin » ne rend pas les choses plus faciles pour autant. Et ça, c’est franchement génial. Chaque chapitre nous montre un décor et une atmosphère différent. Toujours plus immersif, toujours plus beau. J’ai hâte de le finir pour le recommencer avec Corvo. Et j’essaierai encore d’être furtive, on ne sait jamais…

ON A AIMÉ !

Le design, la bande-son, le doublage, l'ambiance, la jouabilité, tout est bon !
Les pouvoirs sont jouissifs
On prend plaisir au jeu, que ce soit en bourrinage ou en furtif
Le bourrinage n’est pas plus facile que le furtif
C’est un jeu lyonnais…
ON A MOINS AIMÉ...

Les mains des personnages sont disproportionnées (fallait que je trouve quelque chose de négatif)

L'AVIS DU REDACTEUR :
Appréciation sur 10
10
L'AVIS DES LECTEURS :
Votez et Commentez !
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5




Dishonored 2 : Entre Emily et Corvo, mon coeur balance
Dishonored 2

Editeur : Bethesda Softworks
Développeur : Arkane Studios
Genre : action/aventure
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 11/11/2016











Droopy36
Message(s) : 1Statut : Maxôme en herbe

03.02.17 à 11:13



*




- N'oubliez pas de saisir les caractères du code 'Captcha' avant d'envoyer votre commentaire.
- Cliquez ici si vous voulez un avatar qui s'affiche à chaque fois que vous enverrez un commentaire.
- Faites en sorte que votre commentaire soit constructif et en relation avec le sujet évoqué.

- La modération a priori s'applique lorsque vous envoyez un commentaire pour la première fois, il n'apparaîtra qu'après avoir été validé par un modérateur. Soyez donc patient, votre commentaire ne s'affichera pas immédiatement, il est par conséquent inutile de le renvoyer aussitôt, il sera publié dans les plus bref délais. Malgré tout, les modérateurs se réservent le droit d'effacer tout commentaire qui ne serait pas en accord avec notre Charte.

Bonne discussion sur MaXoE !








MaXoE

Média culturel multi-thématique :

Jeux vidéo et jeux de société, cinéma, séries télé, musique, théâtre, presse, littérature, bande-dessinée, comics, manga, Japon et Asie, hi-tech, multimédia, téléphonie, informatique, art, design, photographie, graffiti, geek, mode, expositions, sciences, espace, robotique, société, environnement, santé, sports, associations, gastronomie, histoire, animaux...

Indépendant et sans publicité.
En ligne depuis 1995.
A PROPOS

Présentation
Ligne éditoriale
Nos sites
Nos Rendez-Vous
Actualité
Partenariats
Charte
Rejoindre MaXoE
Tous les Flux RSS
Informations légales
Contact
SITES MAXOE

MaXoEHome / Accueil
GamesGAMES JEUX VIDÉO
RamaRAMA CINÉ / MUSIQUE
BullesBULLES BD / COMICS
KissaKISSA JAPON / ANIME
TechTECH HI-TECH / WEB
ZoomZOOM SOCIÉTÉ / ONG
StyleSTYLE DESIGN / TOYS
TVTV EMISSIONS
SUIVEZ-VOUS !

Twitter

Facebook

Youtube

Soundcloud

Twitch

Flux RSS


©1995-2017 MaXoE. Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation préalable. Les marques citées sur MaXoE appartiennent à leur propriétaire respectif.