MaXoE > GAMES > Tests > Xbox360 > GTA IV : The Ballad of Gay Tony, ça swingue dans les boîtes
Xbox360
GTA IV : The Ballad of Gay Tony, ça swingue dans les boîtes

Appréciation de MaXoE
4 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Explosions, Hélicoptères, Tank, tout va plus haut, plus vite, plus fort avec cette nouvelle extension de GTA IV.
GTA IV : The Ballad of Gay Tony, ça swingue dans les boîtes

L‘aventure GTA IV s’achève en cette fin d’année 2009 avec l’arrivée de « The Ballad of Gay Tony« , une extension explosive du fameux titre de Rockstar. Comme pour la première extension sortie l’année dernière et intitulée « The Lost and Damned« , une copie de GTA IV sera nécessaire pour profiter de la version téléchargeable de cette dernière. Pour ceux qui n’auraient malheureusement pas accès au XBox Live ou qui ne possèdent pas de copie de GTA IV, il est toujours possible de se rattraper avec GTA IV : Episodes from Liberty City, un disque vendu 40 € qui contient les deux extensions, et qui permet de se passer du titre original.

My name is Luis

« The Ballad of Gay Tony » met le joueur dans la peau de Luis Lopez, l’homme de main de Gay Tony. Alors que les principaux personnages des précédentes volets Niko Belic l’immigré et Johnny Klebitz l’anti-héros étaient des petites frappes souhaitant gravir les échelons, Luis a pour sa part déjà passé le cap. Tony Prince, propriétaire des plus gros night-clubs hétéro et gay de Liberty City a en effet pris Luis sous son aile et fait de lui une figure du monde de la nuit. Le héros joui donc d’une situation confortable et travaille pour l’homme le plus riche de la ville. Un changement de perspective plutôt bien vu pour cette extension.

Certains pourraient alors se demander pourquoi l’extension n’est pas intitulée « The Ballad of Luis ». Premièrement, parce que Rockstar sait choisir les noms de ses extensions, ensuite parce qu’il s’agit de l’histoire de Tony vue par Luis. La situation de Luis est liée de très prêt à celle de Tony, et l’aventure se concentre donc plus sur les personnages secondaires particulièrement déjantés que sur Luis. Cela donne lieu à des cinématiques intéressantes, mais le scénario en lui-même (qui suit la piste des diamants volés de GTA IV) n’est pas forcément des plus immersifs, Luis étant un peu écrasé par les personnalités qui l’entourent.

Comme mentionné plus haut, « The Ballad of Gay Tony » est une extension explosive, et qui dit explosive dit arsenal d’armes en tous genres. Les hélicoptères jouent ici un rôle assez important, ce qui est à la fois intéressant et parfois un peu déroutant. En effet, les hélicoptères (cette fois-ci armés) permettent de se déplacer beaucoup plus rapidement et facilement, mais les combats aériens représentent toujours un véritable challenge, notamment par l’absence de verrouillage des cibles. Etant placés au centre des missions de Gay Tony, les contrôles aériens auraient pu bénéficié d’une amélioration.

Contrôle des airs

Heureusement, la majorité des missions ne se concentrent pas sur les combats aériens à proprement parlé. Luis possède de très nombreuses armes pour accomplir ses missions, notamment le fusil d’assaut P90, qui permet de descendre n’importe quelle cible d’un simple appui sur la gâchette. Autre arme très sympathique, le fusil à pompe à cartouche explosives, assez puissant pour faire exploser une voiture ou même un hélicoptère avec une série de tirs bien placés. Luis peut également utiliser des explosifs à déclenchement manuel, mais le clou du spectacle reste sûrement le tank APC NOOSE à la puissance de feu véritablement destructrice.

Au delà du plus haut, plus vite, plus fort, « The Ballad of Gay Tony » propose quelques nouveautés intéressantes. A la fin de chaque mission, un score sera attribué à la performance du joueur. Une fois l’aventure terminée, le joueur pourra alors tenter de nouveau les missions pour obtenir un meilleur score, une manière intelligente de pousser un peu plus loin la durée de vie du jeu. Le titre propose aussi 15 missions de base jump, pour ceux qui veulent aussi s’amuser un peu dans Liberty City. Ces derniers pourront d’ailleurs profiter des boîtes de nuit pour danser un peu. Enfin, 25 missions supplémentaires à la difficulté progressive permettent à Luis d’aider ses anciens amis dealers de drogue.

Comme précédemment, le titre propose également un mode multi permettant à 16 joueurs de participer. Les modes de jeu ont été réduits à l’essentiel, à savoir Match à Mort (en solo ou en équipe), Course, Course GTA et mode Libre, mais les joueurs pourront profiter des nouvelles armes, des sauts en parachute, et de la nitro qui équipe les véhicules lors des courses. Avec peu de changements, le mode multi reste donc dans la lignée de ses prédécesseurs mais pourquoi s’en plaindre, le fun étant toujours au rendez-vous.

The End…

Au final, « The Ballad of Gay Tony » se révèle être la meilleure manière de clôturer la saga GTA IV (les accros sauront enfin ce que sont devenus les diamants volés dans l’histoire principale). Même si Luis n’a pas véritablement de charisme, les personnages secondaires sont très intelligemment mis en avant, et tous plus déjantés les uns que les autres. Avec un ensemble de missions très explosives, il s’agit de la cerise sur le gâteau et d’une extension que tous les fans se doivent de posséder, pour seulement 20 € en version téléchargeable.


Initialement publié le 23.11.09

Appréciation de MaXoE
4 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Avec une aventure riche en adrénaline, The Ballad of Gay Tony clotûre parfaitement la saga GTA IV. Un must-have pour les fans du genre, surtout à ce prix là.
ON A AIMÉ !
- Missions à haut spectacle
- Personnages bien déjantés
- Quelques activités secondaires sympathiques
ON A MOINS AIMÉ...
- Combats aériens frustrants
- Pas énormément de nouveautés
GTA IV : The Ballad of Gay Tony
Editeur : Take Two Interactive
Développeur : Rockstar
Genre : Action
Support(s) : Xbox360
Nombre de Joueur(s) : 1 à 16 joueurs
Sortie France : 29/10/2009
Sortie USA : 29/10/2009
Sortie Japon : 29/10/2009