La 6ème édition du MaXoE Festival s’est déroulée du 17 au 30 juin 2019 et cette année encore vous avez été très nombreux à suivre les événements que nous vous avions préparés pour ce rendez-vous annuel de l’aventure MaXoE, entièrement dédié à ceux qui nous lisent sur le site et nous suivent sur les réseaux sociaux. Retour sur les événements de cette édition ! Grand Prix des Lecteurs (GPL) Commençons par les votes pour les Sélections dans le cadre du ... En savoir plus !
MaXoE > ZOOM > Dossiers > Animaux > Quand Lamarck et Darwin parlaient fixisme et transformisme…
Animaux / Histoire / Sciences /
Quand Lamarck et Darwin parlaient fixisme et transformisme…

darwinVous vous êtes déjà demandé d’où les plantes, les animaux, et nous-mêmes venions. La réponse est évidente, diront les partisans du fixisme, théorie dominante à l’époque Victorienne, expliquant que Dieu a créé le monde tel qu’il est maintenant. Mais à l’époque, de récentes théories viennent bousculer ce modèle pourtant bien établi.

S’appuyant sur la théorie du transformisme et sur des données récentes, le scientifique anglais C. Darwin a rédigé un ouvrage dont il a déjà exposé l’essentiel l’année dernière (1858) dans une série de conférences. « C’est un grand pas dans la compréhension de l’évolution », nous dit Jean-Baptiste Lamarck, un des pères de la récente biologie et lui même scientifique en France.

Alors que les travaux de Lamarck portaient sur la notion de transformation graduelle d’une espèce (le transformisme), ceux du jeune Darwin ont surtout détaillé et expliqué pourquoi les caractères se transmettent. Darwin a supposé que les individus les plus forts, les plus efficaces, bref ceux avec un avantage, allaient pouvoir se reproduire plus facilement que les autres. Ils vont ainsi transmettre leur avantage à leur descendance, qui sera plus apte à survivre et à se reproduire.

Graduellement, c’est toute l’espèce qui change en développant de plus en plus de spécificités et d’avantages compétitifs. Contrairement à Lamarck, Darwin voit ces avantages comme apparaissant au grès du hasard, sans aucune raison particulière. Par exemple, une girafe ne fera pas grandir son cou pour manger les feuilles les plus hautes. C’est plus subtil : certains individus vont par hasard développer un cou plus long. Par chance, cela permettra de manger les feuilles les plus hautes et donc de se nourrir. Cet avantage se transmettra et se renforcera (peut-être) avec les générations.

« Monsieur Darwin a quelque peu écorné un pan de ma théorie, certes. Mais je dois admettre que c’était pour le mieux », commente Lamarck, « Qui plus est, il s’est abondamment référé à mes travaux. Il a fait évoluer une discipline que j’ai développée, et ça ce n’est pas dû au hasard… »

Qu’est ce que cela va changer pour nous ? Si vous êtes un évolutionniste, alors vous allez probablement avoir du pain sur la planche durant les années à venir ! Il reste bon nombre de questions irrésolues, notamment comment se transmettent ces caractères. D’autres cercles scientifiques parlent d’un certain Mendel, autre naturaliste qui aurait une idée à base de petits pois.

À suivre…