MaXoE > ZOOM > Dossiers > Santé > Florence Nightingale, pionnière dans le monde médical Victorien
Santé / Sciences / Société /
Florence Nightingale, pionnière dans le monde médical Victorien

Florence Nightingale, pionnière dans le monde médical Victorien

Florence Nightingale, issue d’une famille riche de la haute société britannique, était une pionnière des soins infirmiers modernes et de l’utilisation des statistiques dans le domaine de la santé. Je ne raconte son histoire que succinctement et j’ai choisi arbitrairement de ne pas parler de certains détails de sa vie. Je vous invite à faire un tour sur Google pour en savoir plus. 😉

La famille

Florence_NightingaleFlorence avait la chance d’avoir des parents membres de l’Eglise unitarienne, des chrétiens libéraux qui croient au progrès social et à l’importance de se mettre au service de la communauté.

Elle sera sensibilisée très jeune aux conditions de vie des pauvres et elle recevra une éducation poussée. Elle apprendra donc la philosophie, l’histoire, ainsi que le français, le latin, le grec, l’allemand et l’italien.

En 1837, une épidémie de grippe lui permettra pendant 4 semaines d’assister les malades. Puis elle partira pour un voyage en Europe avec sa famille avant de faire ses débuts à la cour. Un membre de sa famille (sa tante Mai Smith) lui permettra par la suite d’étudier les mathématiques.

En 1845, elle assiste à la mort d’un patient suite à ce qu’elle estime être l’incompétence d’une soignante. Elle prend donc la décision de suivre une formation de 3 mois à l’Hôpital de Salisbury puis de fonder un établissement de soins. Mais ses parents s’opposent à son projet. A l’époque, les malades sont soignés chez eux. Seuls les pauvres vont à l’hôpital.

La vocation

Lors d’un voyage à l‘étranger, elle visite un hôpital géré par un ordre de diaconesse à Kaiserswerth. Elle sera impressionnée par le dévouement et la pratique des sœurs. Suite à une profonde dépression, ses parents cèderont à sa demande par inquiétude pour elle et lui donneront l’autorisation de suivre une formation de 3 mois en tant que sœur de Kaiserswerth.

Elle partira l’année suivante faire des stages hospitaliers à Paris et dirigera un centre de soins à Londres, l’Institute for the Care of Sick Gentlewomen. Cet établissement cible les femmes de bonne famille mais démunies, comme les gouvernantes. Elle ne sera pas rémunérée pour ce poste important, mais son père lui versera une rente confortable qui lui permettra de ne pas se soucier des questions financières. Les changements qu’elle instaure lui attirent une certaine renommée.

La guerre de Crimée

guerre de criméeLors de la guerre de Crimée, les soins sanitaires de l’armée britannique font scandales. Avec l’appui de politiciens et contre l’avis de certains pour qui les femmes ne seront pas capables de faire face aux dures réalités de la guerre, Florence organise une intervention humanitaire composée de 38 infirmières, dont sa tante Mai Smith.

L’expérience a en effet été très dure, mais pas pour ces raisons. C’est là-bas qu’elle a réalisé que les conditions de vie sont des éléments très importants. Les changements qu’elle apportera contribueront à réduire le nombre de morts au sein de l’armée et changeront les conditions sanitaires des hôpitaux de retour en Angleterre. Florence Nightingale prouvera que 90% des patients des hôpitaux de Londres trouvaient la mort contre seulement 60% pour les malades ne se rendant pas à l’hôpital.

Formations et écoles

Son travail sera reconnu et conduira à la création du Nightingale Funds en 1855 pour la formation des infirmières. Ce fonds lui accordera le financement de la Nightingale Training School en 1859 qui deviendra le Florence Nightingale School of Nursing and Midwifery au King’s College de Londres. Dans les années 1870, son travail s’étendra aux Etats-Unis.

Récompenses

En 1883, Nightingale est décorée de la Royal Red Cross par la reine Victoria. En 1907, elle devient la première femme à être décorée de l’Ordre du mérite. En 1908, on lui décerna l’Honorary Freedom of the City of London.

En 1858, elle fut la première femme à être élue membre de la Royal Statistical Society, et devient par la suite membre honoraire de l’American Statistical Association.

Pionnière

Nightingale a été une pionnière du concept de tourisme médical. Elle dirigeait ses patients vers des stations thermales turques bien moins chères que celles en Suisse, en donnant des indications à suivre au personnel pour chaque patient.

Elle a aussi élargie l’utilisation des mathématiques dans le domaine médical en ayant souvent recours aux analyses statistiques dans ses compilations, analyses et présentations de données sur les soins médicaux et la santé publique, et elle a été une des premières à utiliser la présentation visuelle en utilisant des diagrammes circulaires.

De nos jours…

Depuis 1907, le Comité International de la Croix-Rouge décerne la médaille Florence Nightingale aux personnes se distinguant par leurs actions dans le domaine des soins infirmiers. La médaille est remise, dans chaque pays, soit par le chef de l’État, soit par le président du comité central de la Société nationale.

Les lauréats sont proclamés le 12 mai, date anniversaire de naissance de Florence Nightingale et journée internationale des Infirmières. En 2010, exceptionnellement, trois citoyens Haïtiens ont reçu la médaille :

• Germaine Pierre-Louis, infirmière, présidente de la section sud-est de la Croix-Rouge haïtienne ;

• Michaëlle Colin, infirmière en chef au sanatorium de Port-au-Prince ;

• Jude Célorge, chef de l’équipe de sauveteurs de la Croix-Rouge à Martissant (quartier de Port-au-Prince).