MaXoE > GAMES > Tests > PC > Sonic Colors Ultimate : Un retour sans détour

Sonic Colors Ultimate : Un retour sans détour
60FPS, encore plus accessible avec Tails,… des nouveautés bienvenues

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Pour fêter son trentième anniversaire, Sonic ne nous gratifie pas d’un nouvel épisode. Eh non, il faudra attendre l’année prochaine pour célébrer dignement les 30 ans du hérisson le plus rapide de la planète avec un opus inédit et très ambitieux. En attendant de voir ce que nous proposera ce futur titre de la mascotte de Sega, intéressons-nous au retour de Sonic Colors, l’épisode de 2010 (Wii/DS) revient en effet avec un remaster/remake « Ultimate ». Alors que vaut cette version remaniée avec quelques ajouts ? Efface-t-elle les défauts de l’original ? Garde-t-on le fun d’un Sonic ?

En trois décennies, le hérisson n’a eu de cesse de multiplier ses aventures. Nous n’allons évidemment pas retracer son parcours de 1991 (avec le premier opus 2D Sonic The Hedgehog sur Megadrive) à aujourd’hui (2021/2022 donc), ni revenir sur le très bon Sonic Mania développé par des fans, ni les épisodes 3D avec Sonic Forces, Sonic Unleashed ou même les Sonic Adventure, ces derniers ayant séduit de nombreux joueurs.

Nous n’allons pas non plus revenir sur les dérivés et autres spin-off : volet RPG avec Sonic Chronicles, courses avec les Sonic Transformed, des opus avec Tails en vedette, Shadow, la team Chaotix, Knuckles,… Le hérisson s’est aussi essayé à beaucoup de styles : RPG, Plateformer, Courses, Pinball, dérivé de Match 3, Aventure, Sport,… Il y aurait nettement beaucoup trop à dire !

Aujourd’hui nous revenons simplement sur Sonic Colors, un épisode mettant en scène des personnages spéciaux possédant des pouvoirs uniques, utiles au hérisson : les Wisps. Un concept qui n’est pas sans rappeler les Metroidvania dans une très moindre mesure.

Un parc d’attractions géré par le vilain Dr. Robotnik

L’histoire débute avec le duo iconique Sonic et Tails qui se rend dans un parc d’attractions géré par le Dr. Robotnik. Bien sûr pour Sonic, ça sent le coup fourré à plein nez et il se doute que son ennemi juré prépare un sale coup. Vagabondant dans le parc, il rencontre les sbires du docteur et des Wisps, des créatures prêtant leurs pouvoirs spéciaux au hérisson. Qui sont-ils et que se passe-t-il ici ? Pourquoi le Dr. Eggman a-t-il besoin de ces créatures ? C’est ce que le duo découvrira au fil de son périple…

Déjouer le plan maléfique du Dr. Robotnik, une aventure somme toute classique pour la mascotte de Sega qui n’en est évidemment pas à son coup d’essai. Bien entendu et comme d’habitude, l’histoire se laisse suivre tout en y apportant sa petite touche d’humour habituelle. Un épisode qui voit également l’apparition des Wisps, ces petites créatures aliens que l’on peut retrouver dans Team Sonic Racing par exemple.

Dommage cependant que les cinématiques scénaristiques de ce remaster/remake n’aient pas subi de retouches et restent dans leur jus avec une résolution plus basse, de l’aliasing et des textures datées. Même constat pour les doublages, s’ils sont encore dans la langue de Molière, ils sont très peu audibles dans ces mêmes cinématiques malgré le réglage du volume au maximum dans les options par défaut.

Des soucis encore présents mais une aventure restant pourtant fun 

Avant de parler des nouveautés inédites faisant leur apparition dans cette mouture « Ultimate », revenons brièvement sur le gameplay général des jeux de la mascotte de Sega. Pour les non-connaisseur(euse)s, rappelons que la base est un jeu de plateforme, en 2D, 2,5D ou 3D selon les différents opus, et que pour progresser dans l’aventure, il suffit d’aller d’un point A, le départ d’un Act (niveau), à un point B correspondant généralement à un Ring géant et/ou une capsule de créatures à sauver.

Entre les deux points, il y a de nombreux pièges à éviter tels que des piques, des précipices, des monstres à vaincre (différentes sortes de robots du Docteur principalement), des Rings à récolter servant de protection, de nombreux embranchements ainsi que des boss dans des actes dédiés, et des surprises selon les jeux (Chaos Emerald à récupérer dans des mini-jeux, incarner plusieurs personnages de la franchise à tour de rôle, etc…)

Depuis ses débuts, les opus du hérisson ont donc su évoluer afin d’apporter plus que de la vitesse frénétique, on pense par exemple à des missions spécifiques (coucou les épisodes Adventure entre autres), de nouveaux types de frappes (attaques téléguidées, etc…) ou de nombreux collectibles. Cet épisode « Colors » ne déroge pas à la règle et apporte sa propre touche avec pour commencer un mélange entre niveaux 2D spécifiques ou entièrement en 3D voire alliant les deux.

Malheureusement pour le hérisson, les quelques soucis de gameplay de l’époque WII/DS restent de la partie avec des mouvements parfois imprécis en 3D ou des attaques téléguidées se réalisant de manière involontaire alors que l’on souhaitait juste récupérer des rings par exemple. On note aussi quelques petites latences et imprécisions lors de sauts en vue 2D, certains passages demanderont d’être recommencés si l’on ne prend pas en compte ce souci de décalage. Des petites morts « idiotes » entre guillemets pouvant faire parfois un peu râler lors de plusieurs retentatives, mais un épisode Sonic étant ce qu’il est (fun,…), chacun(e) aura envie de continuer et de persévérer pour dénicher un secret par exemple.

Car oui comme pour l’aventure originale, on vous rassure, le 100% est entièrement faisable au prix de quelques recommencements, de patience et de persévérance. Que ce soit lors de passages à grande vitesse ou lors de séquences de plateforme plus classiques et traditionnelles, des collectibles comme des pièces rouges se cachent çà et là dans les niveaux.

Pour les récupérer, il faut par exemple choisir le bon rail, effectuer un saut mural, ou encore utiliser le bon Wisp. Nous vous en parlions en amont, les Wisps sont des créatures aliens possédant leurs propres pouvoirs, amenant une touche de variété bienvenue.

Nous avons par exemple le Wisp « Bleu » (Cube) transformant certaines plateformes en anneaux afin de poursuivre son avancée et vice-versa afin de se créer des plateformes cubiques pour progresser au-dessus du vide. Le Wisp Jaune (Vrille Jaune) permet quant à lui de faire « un forage » dans une partie du sol du décor et ainsi découvrir des « trésors » ou de nouveaux passages, etc… Mais pour pouvoir se servir des capacités de ces Wisps, il faut d’abord les débloquer en amont.

Des nouveautés assez sympathiques

D’ailleurs pour cet épisode, un tout nouveau Wisp fait son apparition : le Wisp de Jade (connu de Team Sonic Racing) avec son pouvoir « fantôme » permettant la traversée de murs infranchissables. Vous l’aurez donc deviné, l’intégration de ce Wisp apporte de nouvelles portions inédites à cette mouture Ultimate. L’obtention de certaines pièces rouges a donc été modifiée en conséquence par rapport à ce Wisp justement. De quoi apporter un peu de différences bienvenues à celles et ceux connaissant l’aventure d’origine sur le bout des doigts. Un bon point pour les développeurs donc.

Autre ajout, des Save Tails (jetons à l’image de Tails) servant en quelque sorte de checkpoints additionnels. Si l’on subit une mort prématurée (involontaire ou non), et que l’on possède des Save Tails sur soi, le renard à deux queues nous ramène juste avant l’endroit de notre mort. Un ajout bien utile pour les plus jeunes et casuals.

Des « jetons du parc » font également leur apparition. Si ces collectibles paraissent anecdotiques, ils peuvent plaire aux fans de personnalisation puisque ces jetons s’échangent avec des éléments personnalisables : gants, avatars, chaussures,… Une customisation de notre hérisson assez fournie, rappelant au passage celle de Sonic Forces et de Team Sonic Racing.

Trois dernières « petites » nouveautés sont également au programme : la première concerne l’acquisition de 100 rings apportant maintenant de l’invincibilité temporaire, tandis que la deuxième nouveauté fait tout simplement office de duels contre Metal Sonic sous la forme de courses. Si ce dernier aurait pu apporter quelque chose de bien sympathique, malheureusement dans les faits c’est tout autre chose, le « rival » de Sonic se contente juste d’un parcours scripté sans interaction. Une bonne bataille avec des coups fourrés durant la course aurait apporté beaucoup plus de fun. Enfin la dernière nouveauté n’est autre qu’un remapping des commandes, à vous donc de choisir librement la configuration qui vous convient le mieux.

Une retouche globale sur l’ensemble et des environnements variés

Pour son passage sur PS4, Xbox One, Nintendo Switch et PC, la mouture Ultimate de Sonic Colors est passée entre les mains du studio Blind Squirrel Games ayant notamment plusieurs portages/remasters à leur actif (Bioshock, Mass Effect,…). Pour cet opus, ils ont utilisé leur propre moteur graphique à savoir le Blind Squirrel Engine ainsi que l’open source Godot Engine.

Les environnements originaux, promettant une visite façon « parc d’attractions » interstellaire, sont évidemment toujours de la partie avec leur propre thème mis en avant, par exemple Aquarium Park et sa visite de paysage sous-marin peuplé de créatures marines, ou encore Sweet Mountain et ses multitudes de friandises (donuts, sucettes,…). Sans spoiler les nouveaux(elles) arrivant(e)s dans l’aventure, les différents mondes jouables, et non les cinématiques, profitent désormais de plusieurs retouches. A commencer bien sûr par le 60FPS qui n’est pas pris en défaut sur PS5 (via la rétrocompatibilité) et apporte donc le confort qui en découle.

Graphiquement parlant, les effets d’aliasing et de textures datées lors des cinématiques ne sont pas présents lors des séquences jouables. Ces dernières sont d’ailleurs plus jolies avec des retouches sur les textures, en matière d’éclairage, ou encore de brillance,…

Pour finir sur l’aspect sonore, outre les voix françaises, les musiques du jeu originales sont également présentes, tandis que certains thèmes ont été remastérisés, le tout reste agréablement en parfaite adéquation avec le soft.

Testé sur PS5 via la rétrocompatibilité

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

En attendant de fêter plus dignement le trentième anniversaire du hérisson l’année prochaine avec un épisode inédit, nous avons donc le droit à une remasterisation de Sonic Colors paru sur WII et DS. Dix ans après, malgré la présence des lacunes initiales non corrigées, on peut dire que le soft n’a pas trop mal vieilli, et offre une expérience « Ultimate - 2021 » aussi fun qu’à l’époque avec ses Wisps, sa variété environnementale, et sa vitesse dotée désormais d’un 60FPS vraiment appréciable.
ON A AIMÉ !
- La recherche de collectibles
- Les environnements variés
- En 60FPS
- Les éléments de personnalisation
- Les capacités des Wisps
- Le fun d’un Sonic
ON A MOINS AIMÉ...
- Les cinématiques n’ont pas été retouchées
- Des imprécisions encore présentes
- Les duels contre Metal Sonic
- Des boss trop faciles
Sonic Colors Ultimate : Un retour sans détour
Sonic Colors Ultimate
Editeur : Sega
Développeur : Blind Squirrel Games, Sonic Team
Genre : Plate-Forme
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 2
Sortie France : 07/09/2021

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...