MaXoE > GAMES > Tests > 3DS > Luigi’s Mansion : Marriiioooo, les fantômes sont de retour ! Marioo ?
3DS / Oldies
Luigi’s Mansion : Marriiioooo, les fantômes sont de retour ! Marioo ?
L'épouvante Made in Nintendo

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après l'annonce surprise d'un troisième épisode de jeu Luigi's Mansion (à paraître pour la première fois sur Nintendo Switch) au cours du Nintendo Direct de septembre 2018, la firme de Kyoto continue d'alimenter sa machine portable (la 3DS) avec cette fois le retour du tout premier Luigi's Mansion sous forme de remake. Le jeu "d'épouvante" (Aventure, Action, Enigme) Made in Nintendo fera-t-il toujours son effet ?

Sortie à l’origine en 2001 sur Gamecube (au Japon), Luigi’s Mansion nous permettait pour la deuxième fois de prendre le contrôle de Luigi, cette première véritable aventure fut un succès et a initié le début d’une « nouvelle » franchise. Le second épisode de Luigi’s Mansion qui vit le jour en 2013 sur 3DS subit pour sa part une évolution, c’est-à-dire que le voyage d’épouvante ne s’était pas juste limité à un seul manoir. D’ailleurs lors de notre test, nous avons vraiment apprécié ce changement, pour de plus amples informations sur ce dernier, nous vous invitons à relire notre test. Mais trêve de bavardage, voyons ce qu’apportent les nouvelles features de ce remake 3DS du premier opus.

Marioooo, où es-tu ?

A l’exception d’une nouvelle scène supplémentaire pour introduire de nouvelles fonctionnalités (le futur intervenant sur le présent comme dans l’idée de Crash Bandicoot N.Sane Trilogy pour introduire Coco dans le premier épisode), le reste de l’aventure est identique à la mouture Gamecube. Nous retrouvons donc le fier, téméraire et courageux Luigi… Euh bah non en fait, cette description ne correspond pas vraiment au personnage. Remettons les choses dans le contexte et reprenons au tout début.

Si on vous disait que vous avez gagné un manoir à une loterie à laquelle vous n’avez jamais participé, que feriez-vous ? Eh bien c’est un choix auquel Luigi a dû faire face. Le frérot de Mario a tout naturellement « accepté ce don » et s’est rendu sur place pour constater que le manoir est hanté. Comble de malchance, Luigi apprend du professeur K.Tastroff que son frère Mario est également passé à ce manoir, mais qu’il n’en est jamais revenu. Armé de son courage… ou plutôt de sa légendaire trouille, et accessoirement d’une lampe torche et d’un aspirateur, Luigi part à la recherche de son frère pour le sauver des griffes des fantômes.

Au niveau de ce contexte scénaristique, si on retrouve un scénario de sauvetage avec Mario à sauver en lieu et place de la Princesse Peach (ce qui n’est pas banal pour le plombier), l’ambiance, les réactions de Luigi et l’univers d’épouvante Made in Nintendo marchent toujours autant.

Toujours aussi sympathique

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas Luigi’s Mansion, le principe est assez simple, il faut se balader dans l’entièreté du manoir hanté à la recherche du frère de Luigi. Chaque pièce (ou salle) peut receler divers éléments : des trésors (billets, pièces) servant de scoring, des pièges, des fantômes mais aussi des clés, chaque porte pouvant être ouverte ou verrouillée justement.

Concrètement, dès que l’on se trouve dans une nouvelle pièce/salle, on peut fouiller les tiroirs et y amasser des trésors, aspirer des toiles d’araignée, déplacer des rideaux, éteindre les bougies, faire valser des vases ou des lustres, ou encore récupérer des clés cachées en haut d’une étagère. Mais ce n’est pas tout, puisque les fantômes n’hésitent pas à nous mettre des bâtons dans les roues, en nous laissant face à des pièges.

Si l’on est par exemple appâté par la cupidité, ramasser des pièces qui mènent à une porte, ouvrir cette dernière pour progresser dans le manoir n’est pas forcément une bonne idée parce qu’elle peut carrément se refermer sur Luigi, lui occasionnant des dégâts. Bien sûr, à moins de vraiment le vouloir, les pièges sont évitables. Le plus gros morceau dans ces différentes pièces reste de capturer les fantômes en se servant de son aspirateur mais aussi de tous les éléments (déplacer les rideaux, faire tomber quelque chose, attendre un bâillement,…) qui peuvent les rendre craintifs et laisser leur coeur à découvert (c’est à ce seul moment que l’on peut les aspirer).

Pour progresser dans l’aventure, il faudra aussi une clé pour ouvrir la section suivante (le manoir est réparti en zones), elle est cachée ou s’obtient après avoir combattu un fantôme puissant. Enfin combattre c’est vite dit, disons plutôt aspirer littéralement. C’est sur cette mécanique de gameplay que tout le jeu repose, mais en tire aussi sa force.

L’Ectoblast 3000 est donc un aspirateur à double usage, il peut aussi bien aspirer que repousser des choses et a également d’autres fonctions que nous vous laissons (re)découvrir. Avec cet élément en tête, Luigi’s Mansion dispose certes du même Level Design qu’auparavant sur Gamecube et donc de son cadre répétitif de par sa structure (progresser dans une pièce, récupérer une clé pour ouvrir une porte, et ainsi de suite) mais même 16 ans après on se prend encore au jeu de débusquer les fantômes tout en cherchant la meilleure méthode pour les aspirer et les remettre à leur place (comme les immobiliser avec la lampe torche, faire du bruit ou se servir du décor dans un premier temps), tout bonnement parce que l’ambiance fonctionne encore.

Qu’est-ce qu’apporte cette version 3DS ?

Pour sa sortie sur 3DS, le soft s’accompagne de quelques changements plus ou moins mineurs. On peut par exemple sortir à tout moment du manoir pour se rendre au labo, ou encore se servir du Spectroflash, la lampe torche tout droit sortie de Luigi’s Mansion 2 en lieu et place de la traditionnelle lampe torche de la version originale (on peut tout de même les échanger à tout moment via une option). Toujours est-il que cette adaptation Gamecube s’appuie aussi sur son petit frère (Luigi’s Mansion 2 sur 3DS) pour tenter de proposer une expérience optimale sur ce nouveau support qu’est la 3DS.

De ce fait, la maniabilité du soft dépend en partie de son matériel, si l’on dispose d’un ancien modèle 2DS/3DS et que l’on n’utilise pas de Circle Pad Pro, l’orientation de l’Ectoblast 3000 se passe uniquement par les fonctions gyroscopiques de la console, ce qui est logiquement moins précis et demandera davantage de temps de maîtrise. En revanche, si l’on possède un modèle récent N2DS/N3DS (ou un Circle Pad Pro), la maniabilité liée à ce second stick est dans l’idée mieux gérable et plus pratique, mais pas sans défaut. Moins intuitif qu’un stick traditionnel, le mini stick n’est pas évident à manier de par sa petitesse et son placement par rapport au stick C de la manette Gamecube.

Il faut donc apprendre à bien jongler entre la touche de la lampe torche et ce mini stick de visée, ce qui prend du temps. Plus grand et mieux placé, on imagine que le Circle Pad Pro sera sans doute plus à même de tirer parti d’une meilleure expérience de jeu. Sinon, si on a du mal avec ces configurations, il reste la possibilité d’utiliser la croix directionnelle pour s’occuper de cette visée, sauf que dans ce cas précis, c’est Luigi qui est totalement vulnérable au moindre dégât, ou la maniabilité à un seul stick.

En ce qui concerne l’aspect ergonomique en lui-même, l’écran tactile de la console est utilisé pour faire apparaître les données du « Game Boy Horror » (clin d’oeil à la console Game Boy). On peut y consulter son butin (les trésors amassés), les fantômes que l’on a capturés et aussi la carte du manoir qui n’est pas en 3D comparé à son homologue Gamecube, mais « à plat » comme une carte de The Legend of Zelda ou plus classique. Des aspects donc pratiques mais relativement classiques.

Outre ces changements techniques concernant la maniabilité et l’ergonomie vraisemblablement plus proche de Luigi’s Mansion 2 puisqu’ils empruntent le même double écran et sticks, le remake de Luigi’s Mansion premier du nom s’accompagne de nouveautés qui vont plaire aux nouveaux venus. On peut désormais sauvegarder au labo du professeur K.Tastroff, utiliser des Amiibos pour se rendre la tâche encore plus facile (à condition toutefois d’avoir un lecteur NFC si vous ne disposez pas de N2DSXL / N3DSXL), ou de jouer en coopération. Cette dernière fonctionnalité est en effet la réelle nouveauté de ce remake 3DS.

Avant toute chose, il faut savoir qu’il y a deux types de coopération distinctes : l’une concerne la possibilité de jouer l’aventure principale à deux du moment que chaque joueur(euse) dispose du matériel nécessaire (une cartouche par personne), tandis que la seconde méthode, limitée au « téléchargement » (un exemplaire pour deux consoles) est déjà plus restreinte.

Dans cette dernière configuration, seules la salle d’entraînement et les combats des portraits seront accessibles, de quoi en décevoir certains qui attendaient sans doute de faire l’aventure principale en duo, même dans un cadre limité à quelques zones pour se faire une idée du jeu à deux. A deux, le second joueur incarne Gluigi, sorte de poltergeist gluant verdâtre du moustachu disposant des mêmes possibilités d’aspiration et de repousse que Luigi, cependant il possède moins de PV mais il peut être réanimé après sa mort.

Mieux mis en valeur

Pour cette réadaptation du jeu Gamecube, on est techniquement face à un portage, les développeurs de chez Grezzo ont ainsi totalement respecté l’oeuvre d’origine qui a subi un lifting agréable type « ravalement » de façade, les décors sont mieux mis en valeur grâce à un jeu de lumière différent pour un rendu plus sombre et davantage dans la thématique du manoir fantôme.

Cependant en adaptant le support à la 3DS, avec la même résolution mais avec une vision adaptée au support (et donc plus petit), un aspect plus pixellisé s’invite dans la partie, cependant cela n’est absolument pas gênant, l’action restant toujours lisible et visible. Pour la partie sonore, ou du moins le sound-design, rien à redire, l’ambiance fonctionne toujours à merveille.

Testé sur 2DS / N2DSXL

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

16 ans après sa parution initiale, Luigi's Mansion s'adresse avant tout aux nouveaux(elles) joueurs(euses) n'ayant pas mis la main sur le titre culte original. Toujours aussi sympathique de par son ambiance sombre tout en légèreté et ses mécaniques de gameplay, le soft reste divertissant et fun à jouer. Cette adaptation 3DS du jeu original hérite en plus de quelques ajouts plus ou moins mineurs avec notamment un aspect coopératif. Néanmoins la faible durée de vie du soft et les quelques désagréments liés à son matériel 2DS/3DS (selon si l'on joue avec un seul stick ou deux) risquent de poser quelques soucis de jouabilité, il faudra donc un certain temps pour s'adapter au jeu d'épouvante Made in Nintendo.
ON A AIMÉ !
- (Re)découvrir le soft...
- ... ses mécaniques de gameplay...
- ... et son ambiance
- Un lifting agréable
ON A MOINS AIMÉ...
- Une faible durée de vie
- Circle Pad Pro ou mini second stick nécessaire
- Le mini stick n'est pas évident à utiliser
Luigi’s Mansion : Marriiioooo, les fantômes sont de retour ! Marioo ?
Luigi's Mansion
Editeur : Nintendo
Développeur : Grezzo / Nintendo
Genre : Action, Aventure, Enigme
Support(s) : 3DS, Oldies
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 2
Sortie France : 19/10/2018