Le Salon de la Gamescom débute aujourd’hui à Cologne en Allemagne avec les premières annonces et présentations. Comme chaque année, nous vous proposons de suivre l’essentiel de la Gamescom 2018 avec nos news et dossiers récapitulatifs pour ne rien manquer de ce qu’il s’y passe. Vous pouvez retrouver l’ensemble de ces nombreuses mises à jour sur notre site consacré au salon. Et comme toujours, vous pouvez aussi nous suivre sur les réseaux sociaux ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Tests > PC > Final Fantasy XIV : A Realm Reborn – Le reboot de la dernière chance
PC
Final Fantasy XIV : A Realm Reborn – Le reboot de la dernière chance

Appréciation de MaXoE
9Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Final Fantasy XIV, MMO ambitieux, n'a pas trouvé son public, et c'est un euphémisme. Aussi, Square, pas fou, a décidé de reprendre tout le jeu, de tout remettre à plat, et de tenter de proposer une nouvelle mouture de sa création. Il faut dire qu'avec l'une des sagas les plus célèbres de l'univers du jeu vidéo, un long héritage de RPG qui se prête à merveille à la conversion en MMO, on peut comprendre que l'éditeur nippon ait eu un peu de mal à s'asseoir sur un potentiel de cette envergure. Qui plus est, au-delà de la réussite même ou non du jeu, c'est un peu la capacité de Square à faire adhérer son public qui est ici en question, tant il est visible, et ce titre ne fait pas exception, que l'éditeur cherche absolument à réaliser un grand écart problématique entre joueurs occidentaux et joueurs asiatiques, et l'on sait à quel point les deux publics sont difficiles à concilier parfois. Aussi, montez sur votre chocobo, et partons à l'aventure.

 Final-Fantasy-XIV-A-Realm-Reborn

Bêta longue et appuyée, essai prolongé, FF XIV A Realm Reborn a mis la barre haute pour se faire apprécier et y a mis le temps et les moyens. Il faut dire que FF XIV avait été une sacrée gifle pour Square, totalement passé à côté de son sujet, à telle enseigne que l’éditeur, chose rarissime, avait dû présenter des excuses à son public. Plus rare, les paroles ont été suivies d’actes, et c’est un nouveau studio, motivé à souhait, qui s’est mis à l’ouvrage pour reprendre l’intégralité du jeu, en tenant notamment particulièrement compte du retour des joueurs.

Pourtant, et malgré tout, Square a encore une fois pêché par amateurisme en proposant la première semaine des serveurs totalement saturés qui empêchaient une expérience de jeu convenable. Peut mieux faire. Néanmoins, ces problèmes sont aujourd’hui de l’histoire ancienne, place au jeu!

Le jeu nous place quelques années après les événements de FF XIV. Eorzéa a été ravagée, et vous sortez d’un sommeil prolongé. Vous voilà donc une nouvelle fois dans la peau du héros qui débarque dans un monde plus ou moins inconnu, chapeau pour l’originalité. Cela étant, en étant un peu médisant, on pourrait dire que si Square raconte bien ses histoires, elles ne brillent que rarement par leur originalité… Le jeu ne fait d’ailleurs pas exception, avec un scénario très présent et des cinématiques comme il se doit belles et nombreuses. En revanche, au temps pour ceux qui pensent que chaque race a son histoire et son point de départ : ce n’est pas le cas, et seule la classe choisie influera un tant soit peu sur le début de l’aventure.

De races, il y en a cinq, plutôt classiques, du gros bourrin à l’agile en passant par l’inventif, et les classes non plus ne vous plongeront pas dans la tétanie, de l’archer au combattant à mains nues en passant par les mages…

Le début en lui-même est d’ailleurs plutôt lent : on attend longtemps, trop longtemps, de passer à l’action, et c’est d’ailleurs un point assez récurrent du jeu : la progression n’est pas très rapide, du coup le palier suivant, notamment ceux qui aboutissent à une nouvelle classe ou à un chocobo pour votre personnage, paraissent trèèèèès loin… Heureusement, quelques quêtes, notamment les quêtes de classe, proposent des instances solo vraiment inspirées et sympathiques, premier point qui fait de ce jeu l’un des rares MMO vraiment jouables par des casuals gamers solitaires.

2305528-00_final_fantasy_xiv_a_realm_reborn_screenshot_014

Joueur de MMO solitaire (allégorie)

D’ailleurs, ces niveaux, comment les passe-t-on? Très classiquement, en récoltant des quêtes auprès de PNJ divers et variés, bien sûr, mais aussi en effectuant des mandats, à la mode des quêtes journalières de WoW : ainsi, vous pourrez être amené à tuer certains monstres, par exemple, en un temps limité, et seulement trois fois toutes les douze heures, mais vous pourrez augmenter la difficulté de la chose en échange de gils ou de points d’expérience supplémentaires.

De même, les quêtes de guilde apprennent certaines astuces que l’on doit ensuite éprouver dans des donjons, lesquels contiennent bien sûr la quête principale, mais aussi des annexes et des petits coffres bien cachés, avec un système de roulettes d’attribution bien pensé. De quoi ne pas frustrer les amateurs de loots, sachant de plus qu’à la différence par exemple d’un Diablo III, le loot est tout sauf famélique, et c’est même presque l’excès inverse ! Cela étant, ne rêvez pas : vous n’aurez pas tout votre temps pour fouiller le donjon, là encore le timer veille au grain. On regrette d’ailleurs cette intrusion d’une mécanique non-naturelle pour optimiser le jeu : la finalité est bonne, mais il n’y aucune raison légitime de ne pas camper dans un donjon si on a envie de le fouiller de fond en comble, ce que le jeu ne permet pas. Un truchement scénaristique aurait peut-être pu éviter cette contrainte autoritaire…

Enfin, vous pouvez aussi massacrer tout l’écosystème d’une région pour remplir votre bestiaire (un pokedex du boucher, en somme), mais aussi participer à des événements spéciaux, les Aléas, à l’image d’un Rift, par exemple. Bien pensé car cassant un peu la monotonie de l’ensemble.

La monotonie de l’ensemble il est vrai peu aidée par un système de combats qui n’invente rien, mais alors rien. On applique ses compétences, bien dans l’ordre, et on gagne. La mobilité, pourtant bien présente dans le jeu puisqu’influant sur certaines capacités selon la position de son personnage, n’entre en compte que tardivement ou dans les combats les plus homériques, par exemple contre les invocations.

ffxiv_2-0_concept

Tardivement? Hélas oui, c’est au niveau 30, fort long à atteindre, que le jeu prend enfin son envol : il devient plus délicat, plus tactique, et surtout on peut enfin s’adonner aux joies des jobs. L’arme faisant la classe, on peut passer de l’une à l’autre rapidement et facilement, et vous pourrez alors monter une nouvelle classe de la même manière MAIS avec un bonus d’expérience. Malin. Ainsi, après deux classes bien montées, vous aurez accès à un job. De plus, à l’image des FF qui ont déjà utilisé cette option, certaines compétences sont transversales, applicables à plusieurs classes. Bien sûr, vous ne pourrez pas les empiler, mais un choix judicieux créé un perso qui correspondra à votre goût et c’est bienvenu parce que le jeu devient réellement plus difficile mais aussi bien plus riche scénaristiquement, en tous cas pour les amateurs de FF.

Côté artisanat, on est aussi gâtés, avec des métiers de récolte et de production qui permettent eux aussi de débloquer des compétences et de peaufiner ses créations en améliorant par exemple la qualité tout en prenant le risque de détruire ses composants. Un vrai jeu dans le jeu, riche et bien pensé, qui obligera le joueur à se démener un peu puisqu’il ne suffit pas de cliquer pour réussir…

Il y a de quoi faire ! C’est le moins que l’on puisse dire. Beaucoup de contenu, de possibilités, et malgré une certaine répétitivité, une recherche de groupes problématique ou des guildes un peu molles, vous aurez de quoi vous occuper longuement, et il vaut mieux puisque le jeu fait le pari audacieux de ne pas être un gratuit, ce qui par les temps qui courent est tout sauf une sinécure; dans un environnement qui offre des jeux de plus en plus brillants en F2P…

 9466FINALFANTASY_XIV_ARR_PS3_PUB_SS_UI_01

 

Appréciation de MaXoE
9Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

En somme, tout de même, FFXIV est un très bon MMO. Techniquement très au point, musicalement grandiose, ludiquement abouti, il offre en plus le plaisir rare d'un MMO que l'on peut tout à fait savourer tout seul, sans déplaisir, sans frustration, par petites sessions, en ayant quand même l'impression d'un jeu épique. Bien sûr, ce n'est pas la fonction d'un MMO, mais c'est un détail qui plaira à certains joueurs. En tous cas, cela fait longtemps qu'un MMO ne m'avait pas autant séduit, et quand on voit le soin étonnant apporté par Square au contenu haut-level, on peut penser, sans se tromper, que la leçon a été retenue, et que de patchs en patchs nous aurons peut-être un très grand jeu rapidement.
ON A AIMÉ !
- Contenu haut-level de grande qualité
- Habillage remarquable
- Les jobs
- Les donjons
ON A MOINS AIMÉ...
- Un poil répétitif
- Tarde à donner son plein potentiel
- Les guildes
- Il faut apprécier le style FF
Final Fantasy XIV : A Realm Reborn
Editeur : Square Enix
Développeur : Square Enix
Genre : MMO
Support(s) : PC
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 27/08/2013