MaXoE > GAMES > Tests > PS4 > Dreams : Du rêve à la réalité !

Dreams : Du rêve à la réalité !
La belle surprise de ce début d’année

NOTE DE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après les séries Tearaway et LittleBigPlanet, Media Molecule a sorti son tout dernier bébé de sa longue gestation. Comme pour LBP, Dreams est un jeu créatif disposant d’une campagne solo mais surtout d’un axe communautaire et de partage très conséquent.

Révélé au Playstation Meeting 2013 puis annoncé officiellement à l’E3 2015, le dernier-né de Media Molecule a pu laisser perplexe un bon nombre de personnes mais aussi passer un peu inaperçu par rapport aux titres AAA présents et plus accrocheurs. Quelques mois plus tard, nous avions enfin pu découvrir des séquences de gameplay pour nous faire une idée du titre, mais c’est surtout en avril 2019, quand Media Molecule a proposé Dreams en Early Access payant que nous avons pu voir le vrai potentiel du soft et ce notamment grâce aux joueurs(euses) ayant pu mettre leur talent en avant avec les outils mis à disposition.

Le commencement et le Rêve d’Art : une campagne touchante

Lors du lancement du jeu, une voix nous explique que nous sommes dans un monde où il n’y a rien, pas de son, pas de mouvement, un vide absolu. Puis une idée, une étincelle, une chose apparaît et cette chose, c’est finalement un tout. De la lumière, des couleurs, du son et même la vie avec l’apparition d’êtres nommés follets. Cette voix est représentée par une paire d’yeux, la Reine des rêves, qui commence à nous apprendre les rudiments de ce monde du Dreamiverse via plusieurs tutos intronisant les bases : la possession d’un personnage ou encore le déplacement du follet. À ce sujet, il est possible de choisir l’utilisation des doubles sticks pour la manibialité, la détection de mouvement de la dualshock 4 ou les PS Move. À vous de choisir votre préférence, les doubles sticks seront plus confortables pour certains, tandis que les détections de mouvement seront plus réactives pour d’autres personnes.

Puis une fois ce premier jet réalisé, on peut se rendre dans la Création des Rêves ou le Voyage Onirique. Ce dernier en plus de contenir toutes les créations possibles et inimaginables (on y reviendra) contient la campagne du titre de Media Molecule intitulée le Rêve d’Art.

Assez courte à notre grand regret, il faut compter entre deux à trois heures pour la boucler, cette aventure scénarisée est pourtant un point culminant. Non seulement on y découvre des tas de subtilités de game design et de Level Design ingénieux, le tout façon tuto grandeur nature et ce afin de nous permettre de voir une partie de toutes les créations possibles. Mais en plus, l’histoire d’« Art », un joueur de contrebasse aigri et en froid avec son groupe, est fort bien réalisée et vraiment touchante.

Si en réalité on ne vit qu’une infime partie de son quotidien à travers les rêves de sa vie actuelle, on passe aussi par son enfance, ses souvenirs et ses peurs, le but étant qu’il se réconcilie avec ses amis. Cependant, il n’y a pas forcément de logique entre toutes les étapes traversées, comme dans les rêves d’ailleurs, puisque l’on passe rapidement d’une phase à une autre, chacune d’elles représentant une ou plusieurs thématiques de gameplay introduites et liées ensemble de manière pourtant harmonieuse.

On peut par exemple être face à un jeu de plateforme 3D classique via l’interaction d’une peluche attaquant au marteau et évoluant de plate-forme en plate-forme avec des mécanismes à activer, même si l’absence de caméra manuelle peut poser quelques problèmes de lisibilité pour les sauts. Il y a aussi une partie enquête avec des interactions en point’n click, des énigmes à résoudre dans certaines phases et même des moments musicaux.

Tout cela mis bout à bout avec la possibilité de récupérer près de 180 collectibles servant à la création, ainsi que des voix françaises apporte un certain cachet à une aventure rythmée qui finit trop vite mais dont les créations démontrent le grand potentiel de Dreams.

Des créations communautaires qui valent le détour

Le Voyage Onirique ne recèle pas seulement le Rêve d’Art mais toutes les créations de la communauté allant de séquences jouables à des expériences musicales en passant par des courts métrages répertoriés dans plusieurs menus, sous-menus et onglets de recherche, on est forcément un peu perdu au début dans tout cela. Parmi ces créations, on trouve de tout, des essais pas forcément concluants pour le moment mais aussi de superbes trouvailles travaillées et soignées avec des créations totalement originales et inédites ou inspirées par d’autres jeux vidéo comme un dérivé de Captain Toad, et même carrément des univers cultes récréés avec du Zelda, Crash Bandicoot, Mario, Sonic, la démo de P.T.

Il y a aussi des « démakes », des mini-jeux entre autres mais il est impossible de tout énumérer car de plus en plus de créations sont présentes. Et même si certaines ne durent que quelques secondes/minutes, certains créateurs étoffent petit à petit leur jeu. Lorsqu’une création ou séquence particulière nous plaît, on peut mettre un « like/j’aime », il est ainsi plus simple de découvrir ce qui a vraiment plu à la communauté et devrait aussi nous plaire par extension. Que les non créatifs se rassurent, comme pour LBP le contenu grandit au fil du temps et de l’implication de chacun, il faut donc penser sur le long terme.

Une fabuleuse palette d’outils

Concernant le mode Création des Rêves, avant de pouvoir s’y atteler complètement il faut passer par de nouveaux tutos en plus de ceux déjà réalisés auparavant. Si en premier on avait découvert le déplacement du follet aux Sticks ou via la détection de mouvement, la prise de possession d’un personnage et les facultés qui vont avec (saut, frappe, etc…) ainsi que le repère dans l’espace via la caméra, cette fois on prend vraiment en main les différents outils avec un éditeur très complet.

Cela passe par les formes, les textures, les animations ou encore les couleurs, le tout étant agrémenté de vidéos tutos très bien réalisées pour nous permettre de mieux nous repérer, l’apprentissage pouvant être assez complexe de prime abord. Pour tout maîtriser, la patience et les nombreux essais sont de rigueur, c’est à partir de ce moment-là que l’on va bien explorer toutes les possibilités en agrandissant ou en rétrécissant des éléments, en les faisant tourner,… On ajoute à cela plusieurs couches de textures comme le « feuillage » d’un arbre, on intègre de l’eau, on met de la couleur et de la vie avec des animations visuelles et sonores.

Petit à petit, on conçoit son parcours et il ne s’agit là que d’une petite partie de ce que l’on peut faire. Il y a d’autres éléments plus pointus avec la duplication du décor, l’ajout de mécanismes avec par exemple des plateformes mouvantes, etc… On vous l’a dit cette partie est complète et il y a beaucoup de choses à assimiler, sans compter la base de données, les persévérants et les plus patients seront donc récompensés de ce dur labeur lorsqu’ils verront leurs créations très abouties prendre vie.

Du bon comme du moins bon

Mis à part le Rêve d’Art et les éléments de base des outils de Media Molecule dont la direction artistique et l’aspect graphique sont maîtrisés avec une belle palette de couleurs et d’animations ainsi que des thématiques au fil des pérégrinations, il est difficile de s’exprimer sur la partie artistique/graphique/technique du titre, car tout dépend du potentiel des créateurs. On peut avoir affaire à des éléments animés ou qui ne le sont pas, à des êtres difformes ou jolis, ou alors à des choses incroyablement travaillées et plus poétiques, ou pas du tout. On a donc un melting-pot allant du très moyen à de l’excellence, le tout étant optimisé pour la PS4 Pro.

Testé sur PS4 Pro

NOTE MaXoE
8
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Avec Dreams, Media Molecule met à disposition une fabuleuse palette d’outils. Tout le monde n’a pas la fibre artistique et créative mais les innombrables tutos en jeu ou sur internet, ainsi que la base de données peuvent aider à libérer notre âme d’artiste. Néanmoins pour pouvoir profiter pleinement du « titre », les plus passionnés iront jusqu’au codage, et c’est sans doute là qu’une partie de la communauté baissera un peu les bras. Mais rassurez-vous, si ce n’est pas la partie création qui vous intéresse, le Voyage Onirique et toutes les expériences communautaires que l’on y trouve ont de quoi vous faire passer un bon moment. Dernier point à préciser, la chose la plus importante est que le « soft » est à voir sur le long terme et qu’il n’y a pas besoin d’un abonnement PS+ pour pouvoir l’apprécier.
ON A AIMÉ !
- Le Rêve d’Art, touchant et intéressant…
- Beaucoup d’outils à disposition
- Une belle DA générale
- Certaines créations de joueurs(euses) bluffantes
- Des tutos bien expliqués
- PS+ non obligatoire
ON A MOINS AIMÉ...
- …mais trop court
- Ne conviendra pas à ceux qui ne sont pas patients et persévérants…
- …l’apprentissage pouvant être long et plus complexe
Dreams : Du rêve à la réalité !
Dreams
Editeur : Sony
Développeur : Media Molecule
Genre : Créatif / Multi
Support(s) : PS4
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 4
Sortie France : 14/02/2020

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ. Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...