A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Tests > Switch > Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle : Bienvenue à X-Com Mario-Lapin Land !
Switch
Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle : Bienvenue à X-Com Mario-Lapin Land !
Quand les lapins s'invitent à la fête !

Appréciation de MaXoE
8Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Titre cross-over d'Ubisoft et de Nintendo, Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle a été dévoilé officiellement lors de l'E3 2017, une fuite étant apparue quelques jours plus tôt sur la toile. Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle a ainsi eu l'immense honneur de voir débarquer Monsieur Shigeru Miyamoto-sama sur scène pendant son annonce officielle. Et c'est seulement deux mois plus tard, en fin août dernier que le cross-over d'Aventure Stratégie des deux licences phares Mario et Lapins Crétins a débarqué sur Switch. Et nous avions vraiment hâte de découvrir cette version définitive.

Histoire de lapin

Tout commence dans une maison, une ado répare son casque de réalité augmentée en chantonnant un air très connu du jeu Mario. Elle discute avec Beep-0, une intelligence artificielle, sur le fait que les magazines qui ont parlé d’eux récemment ont omis plein de choses sur le pouvoir de la Superfusion, se contentant de dire qu’il s’agit de faire une fusion d’un objet avec un autre pour en créer un nouveau, alors qu’en réalité, c’est tellement compliqué la fusion…

Bref, cette ado s’absente après avoir encore fait surchauffer son casque (le casque de Superfusion en réalité). Mais pendant ce temps, une chose totalement loufoque et impensable se produit : la « machine à laver à voyager dans le temps » des Lapins Crétins fait son apparition. Et à peine arrivés, ils font comme à leur habitude ce qu’ils savent faire de mieux, des bwêtises Bwwwwaaaaesque !

Naturellement et très rapidement, l’un d’eux met le casque « endommagé » sur sa tête, et là les bêtises fusent encore plus. Ainsi un Lapin Crétin fusionne avec un ballon et se transforme en ballon gonflable lapin crétin, un autre se transforme en fleur, d’autres fusionnent avec des accessoires devenant des héros connus à la sauce lapin crétin comme Lapin Peach, etc… Le pire dans tout cela, mis à part que tout est sans dessus-dessous, c’est que la machine à laver à voyager dans le temps se détraque et aspire tous les lapins crétins sans exception, en plus d’un poster de l’univers Mario.

S’ensuit une sorte de distorsion qui emmène tous les compères crétins au Royaume Champignon. Mais en entrant dans ce monde, le casque de Superfusion fusionne avec le lapin crétin qui l’avait sur la tête. En plus de cela, ce même casque devient totalement « corrompu » et fusionne encore plus de choses sur son passage, mettant la pagaille au Royaume Champignon à peine arrivé.

Beep-0 qui a été exposé au rayon du casque de Superfusion fusionne avec un objet, pour devenir une sorte d’aspirateur. Et alors que le vortex par lequel ils sont entrés grossis, Beep-0 manque de peu de se faire écraser par la machine à laver à voyager dans le temps des lapins crétins. Heureusement pour lui, Mario le sauve in extremis. Beep-0 demande donc à Mario de sauver le lapin crétin qui a le casque sur la tête, pour que la catastrophe du Megabug s’estompe. Evidemment, deux lapins crétins s’invitent aussi à la fête, Lapin Peach et Lapin Luigi. Tous deux ayant l’air d’avoir toute leur tête crétine. C’est ainsi que nos héros partent à la recherche du lapin au casque.

Réunir deux licences improbables et distinctes est assez délicat à faire, il ne faut pas que l’une des licences empiète sur l’autre, ni que les personnages changent leur caractère d’origine, sinon la sauce ne prendrait pas. Ubisoft l’a bien compris en développant leur titre et l’alliance entre les deux franchises est tout bonnement réussie.

Les lapins crétins sont bien implémentés, et les mini-scènes que l’on voit avec eux font sourire, pour peu que l’on aime leur niaiserie. Tandis que la licence Mario est très bien représentée avec son univers, certes connu, mais en pleine pagaille. On apprécie également tous les petits clins d’oeil (répliques, visuels,…) disséminés çà et là, qui opèrent sur les licences des deux studios, comme par exemple un baril de Donkey Kong, ou encore une arme canard Splinter Cell. On regrette simplement de ne pas avoir eu plus de mini-scènes et de moments loufoques durant l’aventure.

L’exploration du HUB

Très rapidement après avoir débuté l’aventure, on se retrouve à l’extérieur de l’emblématique Château de la princesse Peach qui nous sert de HUB. Parcourir ce lieu nous rappelle d’agréables souvenirs de nos sessions d’anciens jeux Mario, tout comme la musique mémorable qui l’accompagne, et qui est également présente ici de façon quelque peu remaniée mais réussie. Dans ce HUB, en plus de trouver des coffres « cachés », différents bâtiments créées par les Lapins Crétins sont présents, proposant plusieurs services et d’autres seront accessibles en fonction de notre progression.

Parmi ces services, on y trouve un Musée pour écouter sa collection de morceaux (OST), contempler des modèles 3D, ou encore admirer des artworks, il y aussi un bâtiment Amiibo pour acquérir des armes (à condition d’avoir l’un des Amiibos de Mario, Peach, Luigi ou Yoshi), rejouer les mondes précédemment visités pour trouver de nouveaux coffres d’armes/collectibles, des secrets ou réaliser des défis. Mais ce n’est pas tout, on peut également améliorer ses armes et compétences par le biais du QG, ou encore profiter du Dôme Coop pour combattre avec un(e) ami(e) dans une campagne inédite. On peut dire que ce HUB est assez complet et très facile d’accès, même si l’on regrette qu’il manque un mode Versus à tout cela.

Ce HUB sert également et logiquement à accéder aux différents mondes, chacun d’eux étant séparé et demandant d’avoir réalisé entièrement le précédent (en battant le boss du monde) pour pouvoir poursuivre l’aventure. Ici c’est la même chose, sauf qu’en lieu et place d’un banal changement de porte, il faut acquérir des compétences que seul Beep-0 est en droit de posséder et que l’on acquiert à la fin de chaque monde. Parmi celles-ci, on peut pousser des blocs de pierre, ou encore détruire des blocs en bois.

Phase d’exploration

Ainsi, comme pour les titres Mario, on va parcourir différents mondes, chacun arborant des thématiques et lieux différents, comme les Jardins Antiques (forêt luxuriante), le Désert Sorbet (désert de glace),… Cela reste agréable à parcourir même si on reste toujours dans les mêmes mécaniques connues : glace, feu, forêt,…

Notre aventure commence par le premier niveau des Jardins Antiques, celui-ci comme pour chaque monde que l’on parcourt est découpé en différents chapitres (dont un spécialement dédié au boss, et un secret), et naturellement pour commencer nous n’avons aucune compétence à notre disposition, les premiers sous-chapitres servant d’apprentissage.

On contrôle uniquement Beep-0 avec la facilité du stick, pendant que Mario et ses compères se contentent de le suivre avec différentes mimiques ; question de goût, on aurait préféré contrôler directement notre personnage préféré indépendamment des autres. Durant ces phases, on récupère des piécettes de Mario servant à acheter des armes rigolotes et tout aussi loufoques que les lapins crétins, comme des yoyos pour Lapin Luigi, des marteaux pour Mario, des fusils laser,… Tout cet attirail est accessible au QG. Et chose bien pratique, celui-ci est accessible à tout moment.

En complément des pièces traditionnelles, on peut aussi récupérer dans certains chapitres, huit piécettes rouges qui donnent accès à un coffre délivrant généralement des armes ou des orbes (servant à acheter des compétences). On a également accès à des puzzles/énigmes logiques et accessibles (on est quand même dans un titre Mario). Ainsi que différents types d’interactions qui permettent de poursuivre l’aventure : des lieux propices à la découverte de coffres, des secrets déverrouillables grâce aux capacités de Beep-0, et bien entendu des combats.

Des combats à la X-Com

En parlant des combats, ceux-ci peuvent faire penser à un Tactical-RPG puisqu’il s’agit de combats se déroulant au tour par tour « quadrillé » mais attention, s’ils peuvent faire penser à cette catégorie ils n’en ont pas les caractéristiques spécifiques, c’est-à-dire qu’on ne retrouve pas d’augmentation de Levels et donc de gain de puissance. On retrouve juste un gain de vie maximum à la fin de chaque monde, ainsi qu’un arbre de compétences dédié à chaque personnage, si l’on souhaite par exemple améliorer sa puissance de feu, sa mobilité maximum, ou encore sa vie maximum. Cet arbre est accessible à tout moment via le QG.

Les combats stratégiques et dynamiques font beaucoup plus penser à ceux du titre X-Com, si vous avez goûté à l’un de ces jeux, vous ne serez absolument pas dépaysé. Pour faire simple, seuls trois combattants (préalablement choisis au QG en fonction de ceux débloqués durant la progression) peuvent participer au combat, chacun ayant leur capacité et compétence propre. Ces trois guerriers (Mario devant obligatoirement y prendre part) doivent coordonner leurs actions pour réaliser divers objectifs comme se défaire des ennemis présents sur toute la zone de combat, ou escorter un personnage spécifique. Malheureusement, il y a peu d’objectifs différents, le but étant de trucider les ennemis pour progresser.

Lors de notre tour, on peut déplacer nos personnages sur des cases selon la mobilité disponible de base. Cette mobilité maximale peut s’agrandir en fonction de l’achat de compétence de mobilité via un système d’arbre de compétences classique et efficace.

On peut lors de ces déplacements, tacler un ennemi et se mettre directement à couvert plus ou moins partiellement derrière un mur de briques ou de pierre, destructible ou non. Mais on peut aussi faire de très belles combinaisons comme par exemple avant le déplacement, enclencher la capacité Regard Héroïque de Mario permettant d’attaquer un ennemi dans son champ de vision (cela s’active lors du tour allié si un ennemi se rapproche, ou lors du tour ennemi), puis tacler un adversaire, avant d’utiliser un saut d’équipe pour sauter sur la tête d’un autre ennemi pour lui occasionner des dégâts, avant de se mettre à couvert (en hauteur ou sur un terrain plat) pour attaquer avec son arme principale ou secondaire (déblocable là aussi via l’arbre de compétence spécifique à chacun des héros).

Et ce n’est là qu’un exemple de ce que l’on peut faire, chaque personnage ayant ses capacités propres, il
faut les prendre en considération. Par exemple Lapin Peach peut soigner les personnages alliés, Lapin Mario lui, peut attirer les ennemis pour les mettre à découvert, ce qui permet aussi d’enclencher directement le Regard Héroïque préalablement activé. De même que Lapin Luigi peut, grâce à une compétence passive, regagner de la vie pour lui et ses alliés en taclant un ennemi. Au total, on aura le choix entre huit personnages, ce qui est assez pour un jeu comme celui-ci, surtout qu’il ne faut pas oublier la limite des trois combattants sur le terrain.

Il faut savoir aussi que chaque arme peut posséder un effet différent qui s’active en fonction d’une probabilité comme le miel qui interdit le déplacement sur un tour, le rebond qui fait rebondir les ennemis jusqu’à atterrir en dehors des limites de la zone pour occasionner plus de dégâts, ou encore congeler les ennemis pour qu’il ne puisse pas faire d’attaque spéciale. D’autres armes utilisables ont également une zone d’effet spécifique d’attaque, comme l’explo canard (une grenade) ou le « fusil à pompe », mais attention aux déplacements de vos alliés parce que si en plus des ennemis, l’un de vos alliés se trouve sur cette même zone d’attaque, il reçoit des dégâts plus ou moins importants.

De leur côté, les ennemis peuvent eux aussi être à couvert et donc esquiver nos tirs, voire même contre-attaquer. Et ces mêmes ennemis peuvent aussi faire la même chose que nos alliés, leur IA étant bien paramétrée, il n’est pas rare qu’ils nous attirent à découvert pour nous tacler et ensuite nous prendre à revers. La stratégie que l’on opère est ainsi toujours en proie au doute tant le comportement ennemi est crédible.

En résumé, on a un bon gameplay dynamique, stratégique et riche dans des séquences de combat assez relevées. Et si les ennemis coriaces vous posent problème, vous pourrez toujours activer le mode facile à chaque combat, donnant de la vie maximale supplémentaire pour celui-ci. Puisqu’un allié « défait » ne peut être réanimé, mais commencera le prochain combat à son plus faible niveau de PV. Un gameplay donc accessible au plus grand nombre, mais avec une certaine dose de difficulté bienvenue.

Un bel hommage

Pour animer et modéliser le tout, Ubisoft a utilisé son moteur maison Snowdrop qui avait déjà servi pour The Division. Ubi a su retranscrire magnifiquement l’univers de Mario, les tuyaux façon lapin crétin, Bowser Jr., les Chomps, les Goombas,… le tout agrémenté par la dose d’humour des lapins crétins avec des lampes de chevet crétines, les mimiques des personnages,… Le résultat est tout bonnement réussi, c’est beau, chatoyant, tellement que l’on a l’impression d’avoir affaire à un titre produit par Nintendo. Les seules ombres au tableau pour vraiment chipoter concernent quelques légers ralentissements dus aux effets multiples, et quelques petits bugs techniques. Pour être complet, on termine en disant que la résolution dockée est en 900P 30FPS, tandis qu’en mode portable/table on oscille à 720P 30FPS.

La bande sonore n’est pas en reste, on la doit au compositeur Grant Kirkhope ayant déjà oeuvré sur des grands titres du jeu vidéo : Donkey Kong 64, Banjo-Kazooie, Perfect Dark,… et on retrouve d’ailleurs quelques similitudes avec cet OST sur Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle que l’on trouve de très belle qualité.

Appréciation de MaXoE
8Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Ubisoft qui s'attaque à Mario avec ses Lapins Crétins, on aurait pu craindre qu'il y ait un conflit d'identités et surtout une mise en avant de la licence d'Ubi. Mais il n'en est rien, le studio a su parfaitement doser les deux univers, à tel point que l'on se croirait dans un jeu produit par Nintendo, ce qui rend un bel hommage à la firme de Kyoto. De même, il fallait oser intégrer à ces univers des combats façon X-Com apportant à cet ensemble "rigolo" une véritable stratégie, avec un système riche et un très bon dynamisme. Ajoutons à cela des défis, des petits puzzles/énigmes sympathiques et un mode campagne spécialement dédié à la coopération à deux joueurs en local, avec de belles sessions de jeu en équipe de deux et apportant par la même occasion beaucoup plus de stratégie dans le mode difficile. En dehors de quelques petits ralentissements et bugs techniques que l'on a rencontrés, et un Season Pass dont on n'aurait pas voulu connaître l'existence, Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle est un titre rafraîchissant qui procure beaucoup de plaisir, et qui n'en doutons pas, devrait plaire au plus grand nombre.
ON A AIMÉ !
- Les deux univers réunis
- Un gameplay riche, stratégique et dynamique...
- ... Offrant de belles possibilités
- Système d'arbre de compétence simple et efficace
- Le Dôme Coop
- Les défis
- La bande sonore
ON A MOINS AIMÉ...
- Quelques petits bugs techniques
- Quelques ralentissements rares
- Un Season Pass pour une nouvelle histoire...
Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle : Bienvenue à X-Com Mario-Lapin Land !
Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle
Editeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft Paris / Ubisoft Milan / Ubisoft Montpellier / Ubisoft Bucharest
Genre : Aventure, Stratégie
Support(s) : Switch
Nombre de Joueur(s) : 1 à 2
Sortie France : 29/08/2017