La 6ème édition du MaXoE Festival s’est déroulée du 17 au 30 juin 2019 et cette année encore vous avez été très nombreux à suivre les événements que nous vous avions préparés pour ce rendez-vous annuel de l’aventure MaXoE, entièrement dédié à ceux qui nous lisent sur le site et nous suivent sur les réseaux sociaux. Retour sur les événements de cette édition ! Grand Prix des Lecteurs (GPL) Commençons par les votes pour les Sélections dans le cadre du ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Tests > PC > Split/Second Velocity, un titre explosif
PC / PS3 / Xbox360
Split/Second Velocity, un titre explosif

Appréciation de MaXoE
4 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Avec un gameplay associant conduite et lutte entre concurrents, Split/Second Velocity tente de s'imposer face à d'autres titres comme ModNation Racers ou Blur. Pari réussi ?
Split/Second Velocity, un titre explosif

A mi-chemin entre jeu de kart et jeu de course, Split/Second Velocity est un titre très original qui met autant l’accent sur la conduite, qui se doit d’être la plus parfaite possible, que sur une bataille féroce entre concurrents, à coup d’attaques pyrotechniques et autres effets tous plus spectaculaires les uns que les autres. Le principe est plutôt simple, en tant que compétiteur dans le jeu télévisé nommé Split/Second, le joueur devra parcourir différents circuits dans des lieux parfois improbables et dont le seul but est d’être détruit. Un univers pour le moins explosif qui apporte un vent de fraîcheur à un genre qui peine parfois à se renouveler. Décryptage.

La bataille fait rage

Split/Second Velocity possède à n’en pas douter des explosions et des effets pyrotechniques parmi les plus impressionnants à ce jour pour un jeu de course. Loin d’un Burnout ou d’un Motorstorm, le titre développé par Black Rock propose un spectacle encore jamais vu sur une console. Des avions de ligne qui s’écrasent sur le tarmac alors que les voitures passent à toute vitesse sous ses ailes, des tours de refroidissements de centrale électrique qui s’effondrent, ou encore des paquebots qui se couchent sur une partie du port, Split/Second propose en permanence un spectacle pour les yeux, et ce dès le début de la course. Il y a tellement de choses qui se déroulent à l’écran qu’il est parfois difficile de se diriger entre les débris qui jonchent la piste.

Alors que les environnements et les véhicules utilisent des visuels de très bonne qualité, les développeurs ont su réalisé un très bon travail pour rendre chaque course unique, notamment grâce à des effets de lumière et des filtres de couleur. Chaque lieu possède un thème et une palette de couleurs propre, ce qui permet au jeu de proposer une variété de décors assez intéressante. Ce choix permet de faire de Split/Second un titre aussi proche que possible des productions cinématographiques de la dernière décennie, ce qui permet de coller avec la trame de fond présentée précédemment. Le design visuel et l’interface sont également de très bonne qualité, ce qui n’est pas pour déplaire.

Explosions à gogo

La bande son de Split/Second est directement tirée d’un film de Jerry Bruckheimer, ce qui offre à la fois des avantages et quelques inconvénients. Suffisamment épique pour soutenir la trame du jeu, les différents thèmes disponibles se révèlent être assez similaires, ou tout du moins, partager une même base qui les rendent rapidement répétitifs. Heureusement, les bruitages apparaissent comme étant de très bonne qualité, et rivalisent avec n’importe quel film d’action contemporain, avec une spatialisation du son qui s’avère véritablement intéressante à condition de disposer du matériel adéquat pour en profiter.

Structuré comme un show télévisé, la carrière solo de Split/Second est composée de 12 épisodes qui constituent la première saison de ce show. Quatre courses sont immédiatement disponibles dans chaque nouvel épisode, et au fur et à mesure de sa progression dans ces évènements, le joueur pourra débloquer une course bonus et une course élite. Chaque course permet en effet de récupérer, en fonction de la position du joueur à l’arrivée, un certain nombre de crédits, qui servent à débloquer les fameuses courses élites, mais également des voitures de plus en plus puissantes (La course bonus doit être débloquée en réalisant un certain nombre d’attaques sur les adversaires).

Modeler le circuit

La variété des modes de jeu présentés (Course, Elimination, Survie, Attaque Aérienne, Revanche Aérienne) permet au titre de conserver son intérêt sur la durée, le joueur n’étant pas obligé de répéter les mêmes évènements à chaque nouvel épisode. Les contrôles du jeu sont à mi-chemin entre Burnout et PGR, avec un accent clairement mis sur les dérapages. Alors que la plupart des jeux de course n’en font pas un pré-requis, il est ici indispensable de savoir réaliser des drifts, car c’est en dérapant et en prenant l’aspiration que le jouer accumule suffisamment de puissance pour déclencher ces fameuses attaques pyrotechniques, qui vont de la simple explosion d’un camion citerne, à des réactions en chaîne qui peuvent conduire à la modification du circuit lui-même.

Au début, les attaques pyrotechniques font souvent office de gadget, un pilotage efficace permettant de distancer quelque peu les adversaires, mais au bout de quelques course, le mécanisme semble offrir plus de possibilité. Les attaques les plus dévastatrices requièrent davantage de patience, car elles nécessitent une barre de puissance pleine et un timing assez précis. Apprendre les subtilités de chaque circuit est une chose très importante pour pouvoir survivre dans les courses les plus difficiles, l’intelligence artificielle du jeu étant particulièrement coriace à la fin du jeu, rendant les choses parfois très frustrantes.

Une IA coriace

Il s’agit d’ailleurs d’un des seuls vrais défauts de Split/Second. L’IA semble parfois indestructible et l’issue d’une course se décide très souvent sur un coup de dés ou sur un timing parfait des attaques. Toute erreur dans le dernier tour de course est immédiatement sanctionnée par une défaite cinglante, chaque attaque faisant perdre de très nombreuses places au classement. Même si cela ne gâche pas complètement l’expérience de jeu, les moins patients risquent de passer quelques mauvais moments. Un autre petit défaut du jeu se situe dans le faible nombre d’environnements disponibles (huit au total) et dans la limitation à un splitscreen à deux joueurs (un jeu à 4 aurait été sans doute intéressant.

Au final, Split/Second Velocity se révèle tout de même être une surprise plutôt agréable qu’il sera facile de recommander aux fans de jeux de course totalement arcade. La réalisation est très bonne dans son ensemble, et le contenu permet d’offrir une bonne durée de vie à la fois en solo et en multi. Même si le jeu possède quelques défauts, le gameplay efficace et le design solide des circuits permettent de créer une petite addiction aux explosions en cascade. Même si le jeu est loin des simulations de course, Split/Second Velocity se révèle assez fun et intéressant pour satisfaire tous les fans d’action.


Initialement publié le 23.06.10

Appréciation de MaXoE
4 / 5
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Malgré quelques petits défauts (peu de circuits différents, IA un peu trop coriace), Split/Second Velocity se révèle être une bonne surprise qui risque d'attirer tous les fans du genre.
ON A AIMÉ !
- Gameplay original
- Spectacle permanent
- Réalisation de qualité
ON A MOINS AIMÉ...
- Moments frustrants
Split/Second Velocity
Editeur : Disney Interactive Studio
Développeur : Black Rock Studio
Genre : Course
Support(s) : PC, PS3, Xbox360
Nombre de Joueur(s) : 1 à 8 joueurs
Sortie France : 20/05/2010
Sortie USA : 19/05/2010
Sortie Japon : 21/05/2010