MaXoE > GAMES > Tests > PC > Atelier Sophie 2 – The Alchemist of the Mysterious Dream : Une concoction …

Atelier Sophie 2 – The Alchemist of the Mysterious Dream : Une concoction niveau 2 !
Le retour de Sophie !

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après la belle surprise début 2021 d’un Atelier Ryza 2 s’accompagnant de sous-titres en français et du retour de l’héroïne Ryza, les développeurs se sont penchés sur une suite directe à Atelier Sophie. Mais après six ans d’absence, peut-on se lancer dans cette deuxième aventure en toute quiétude ? A-t-elle les épaules suffisamment solides pour nous convaincre ? La recette a-t-elle vraiment évolué ? Eh bien, c’est ce que nous allons voir ensemble.

Avant de vous parler plus en détail de nos impressions sur ce dernier volet en date, il convient de rappeler que la franchise « Atelier » fête son quart de siècle cette année. Pour célébrer dignement les 25 ans de cette franchise, qui se déroulera plus précisément en mai 2022, plusieurs projets sont en cours.

En effet, « Atelier Sophie 2 » (AS2) est seulement le premier projet parmi six en préparations, les cinq autres étant encore inconnus pour le moment. Il peut donc tout aussi bien s’agir de variantes « cross-media » avec des animes, goodies, manga,… que de jeux vidéo à venir prochainement. Mais pour l’heure, revenons-en à Atelier Sophie 2 et son histoire pouvant être appréciée de tous.

Un nouveau monde 

Bonne nouvelle pour les non-possesseur(euse)s du premier volet « AS », ce second titre intègre directement une option « Story so Far » afin de revenir sur l’intrigue principale d’Atelier Sophie. Il est ainsi tout à fait possible de se lancer dans l’aventure en toute quiétude, même si les novices vont forcément rater quelques références. À l’inverse, celles et ceux qui connaissent déjà le duo Sophie et Plachta pourront tout simplement ressentir un brin de nostalgie, et un intérêt décuplé.

Sans spoiler, les événements d’Atelier Sophie 2 se déroulent entre la fin des péripéties d’Atelier Sophie et le début d’Atelier Firis. Sophie et Plachta, un duo s’appréciant beaucoup dû au précédent contexte et aventure, sont parties de la ville natale de Sophie.

Afin de pouvoir poursuivre leurs buts, toutes deux continuent leur bonhomme de chemin et se rendent au cœur d’une forêt dense. Là, elles découvrent un arbre assez mystérieux et imposant, le même que Plachta a vu dernièrement dans ses rêves. C’est alors que l’impensable se produit, les deux demoiselles se font purement et simplement aspirer par un vortex apparu soudainement.

Elles se retrouvent alors séparées. Sophie, mal en point, est sauvée par Alette et Pirka, deux habitantes du coin. Enfin du coin, c’est vite dit, car d’après ces dernières, Sophie n’est plus dans son monde d’origine mais a été transportée dans le « monde des rêves » par « l’Arbre des Rêves »… Où est Plachta ? Quel est ce monde étrange ? Des questions auxquelles Sophie trouvera des réponses au cours de son périple.

Pour la petite histoire, les développeurs ont réécrit la partie scénaristique plusieurs fois avant de la valider totalement. Sans en dire évidemment plus sur la trame générale, cette nouvelle épopée en compagnie de Sophie est très agréable à suivre, apportant son lot de rebondissements, de nouveaux personnages, un bon rythme, des scénarios secondaires,… Sans oublier la poésie, et évidemment la bonne humeur typique de la série Atelier. Au passage, comme pour son prédécesseur les textes sont une nouvelle fois dans la langue de Shakespeare. C’est un peu dommage compte tenu de l’effort effectué sur Atelier Ryza 2, mais si vous êtes un(e) habitué(e) de la franchise, cela ne devrait pas poser de problèmes.

Des bases connues mais aussi des nouveautés

Si vous avez déjà joué à un opus de la série Atelier, vous ne serez donc pas étonné(e) de retrouver les quatre grandes composantes habituelles, à savoir l’exploration, la récolte, les combats et l’alchimie.

Pour commencer, revenons brièvement sur les attraits de l’exploration. Comme d’habitude, lorsque l’on se balade dans divers lieux, plus ou moins vastes ou avec une certaine linéarité par endroit, il est possible d’ouvrir des coffres, croiser des ennemis, réaliser des quêtes annexes ou découvrir de multiples points d’intérêts « brillants », ces derniers étant source de récolte abondante.

Pas de chichi donc, ramasser un maximum de choses comme des toiles d’araignées, des herbes, des poissons ou autres minerais est tout simplement bénéfique, et se révèle tout aussi addictif que pour la confection, d’autant que la réception de certaines ressources passent par un mini-jeu. Bien entendu, comme à l’accoutumée dans un opus de la franchise, toutes les denrées nécessaires ne peuvent pas être récoltées de suite, pour cela il faut se confectionner des outils divers et variés comme des cannes à pêche, pioche, etc…

Si l’on reste en terrain connu dans ce système d’exploration, une nouvelle feature intégrée par les développeurs fait son apparition : le système de météo. On ne vous parle pas du classique cycle jour/nuit -présent également ici-, ni d’un changement de météo traditionnelle mais plutôt de « Dreamspace Stones », un élément servant pour la progression de l’aventure. Pour expliquer la chose, sous ce nom se cachent des objets spéciaux permettant de modifier drastiquement la météo.

Si l’on prend pour exemple des jeux comme Ary and the Secret of Seasons ou un de la série Zelda (Breath of the Wild, Oracle of Seasons,…), face à un bloc de glace, Link peut le faire fondre à l’aide d’un objet en feu (ses flèches,…). Dans Atelier Sophie 2, on part sur le même principe, c’est-à-dire que si vous êtes face à une étendue d’eau sans moyen de la traverser, il suffit de la geler avec les Dreamspace Stones (un objet disposé à un endroit prédéfini), et hop le tour est joué, on peut dorénavant traverser le lac. Cette idée de « Dreamspace Stones » est même combinable dans le sens où l’on peut effectuer une sorte de réaction en chaîne. Une jolie trouvaille rafraîchissante qu’il est même possible de répercuter lors d’affrontements contre certains ennemis !

De meilleurs combats

Parlant d’affrontements justement, ils se déroulent via une formule au tour par tour avec une nouveauté de taille : les temps de chargement/transition ont disparu. On doit alors gérer une équipe de six combattants scindée en deux, trois à l’offensive, les trois autres faisant office de soutiens et de remplaçants.

Qui dit tour par tour et JRPG, dit retour des facultés habituelles à savoir la possibilité de fuir, d’attaquer, de se défendre, d’utiliser des objets offensifs et défensifs créés préalablement par exemple, ou de se servir de techniques spéciales en échange de PM. Parmi ces techniques, il y a une sorte de bouclier pour renforcer la défense de nos allié(e)s, mais aussi des frappes offensives,… En complément de cette base, les amateur(trice)s du genre ne seront pas dépaysé(e)s, entre autres par l’association de statuts positifs/négatifs, des vulnérabilités, faiblesses élémentaires,…

Si avec cette base, on reste en terrain connu des épisodes précédents, pour « AS2 » de nouvelles features ont été mises en place, à commencer par les « Twin Actions » ; sous ce nom se cache en vérité des attaques en duo. Concrètement, deux membres de l’équipe, l’un offensif, l’autre en soutien peuvent interchanger leur place en effectuant ces enchaînements. À noter que plus le lien de relation entre les membres est élevé, plus les frappes font de dommages.

Autre nouveauté, le changement de météo comme nous l’avons dit plus haut, cette feature intègre également les combats de boss. Concrètement, si certains opposants profitent d’une condition météorologique favorable, prenons par exemple un boss appréciant un temps pluvieux, il suffit alors d’utiliser un effet opposé, c’est-à-dire un ensoleillement pour l’affaiblir ! Cette notion météorologique donne un peu de relief lors de ces combats, surtout dans les difficultés les plus élevées.

D’autres nouveautés sont également présentes dans ce nouvel épisode, les développeurs ayant pris en compte les demandes de fans du genre pour y apporter encore plus de consistance et d’intérêt, et ce même si quasiment toutes les ficelles seront connu(e)s auprès des habitué(e)s de ce genre de jeu.

A cela il faut bien sûr ajouter le « Level Up » qui s’octroie au fil des combats permettant l’accès à de meilleures statistiques, ainsi que par le système d’apprentissage de compétences octroyant de nouvelles techniques et boosts (via la dépense de points de compétences spécifiques). En outre, il reste la confection -à base de ressources dénichées auparavant- pour se créer des équipements encore plus résistants.

Pas de grands bouleversements sur les décoctions, mais la recette fonctionne toujours !

Cela nous amène tout naturellement à parler du concept d’alchimie de cet opus « AS2 ». On préfère vous prévenir, si vous êtes fans, ne vous attendez pas à de grands bouleversements, les mécaniques ont vraiment peu évoluées par rapport au volet de 2016. L’ensemble reste tout de même prenant, addictif, pour peu que l’on adhère au concept répétitif de l’alchimie -un parti pris de la série-.

Pour vous rafraîchir la mémoire, on retrouve le système de damier d’AS à la sauce Match 3/Tetris. Dès lors que l’on a choisi les bons ingrédients, répartis en cinq attributs élémentaires, il faut les placer sur les différentes cases visibles du damier. Ainsi certains éléments (ou « pièces de puzzle ») peuvent être placés en « L » ou en « I » par exemple.

Le but reste de couvrir un maximum de cases afin que l’objet que l’on souhaite créer devienne encore plus « réussi », de meilleure qualité ou encore de transférer/accéder à des « traits/effets » supplémentaires, comme une défense accrue, un meilleur taux de régénération de PVs, etc… Attention toutefois à faire en sorte que les éléments ne se chevauchent pas, au risque d’entraver purement et simplement d’anciens attributs positionnés précédemment.

À noter qu’en supplément de quelques éléments que l’on vous laisse le soin de découvrir -comme pouvoir gérer deux alchimistes (nouveauté un peu dispensable et appréciable à la fois)-, si vous avez du mal avec le système, il est possible de laisser le jeu gérer de manière automatique avec l’« Auto-Fill ». L’occasion de voir certaines dispositions et pourquoi pas vous rendre compte de la meilleure marche à suivre pour vos prochaines décoctions.

Une amélioration graphique

Comme à l’accoutumée, finissons par l’aspect graphique. Par rapport à son aîné, ce second opus d’Atelier Sophie bénéficie logiquement d’un plus grand soin avec de nouveaux modèles 3D de personnages, ainsi que des animations étendues. Les décors et environnements quant à eux, sont plus vastes, vivants et colorés avec la présence de beaux artworks. Un rendu général assez proche d’un Atelier Ryza 2, même si l’on déplore des scintillements et clippings notamment sur la végétation.

D’un point de vue sonore, « AS2 » est sous-titré exclusivement dans la langue de Shakespeare, ce qui ne va pas plaire aux acquéreurs d’Atelier Ryza 2 qui, rappelons-le, bénéficiait de sous-titres français. Concernant les doublages, ils sont en japonais. Enfin, l’OST contribue et s’accorde bien avec l’ambiance générale, comme d’habitude en somme.

Testé sur PS5 à partir d’une version PS4

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Malgré l’absence d’une traduction française qui pourtant était disponible sur la dernière production de Gust (Atelier Ryza 2), et la présence de scintillements/clippings, Atelier Sophie 2 est un bon successeur au premier épisode paru en 2016, surtout que ce dernier intègre des nouveautés appréciables : un intéressant système « d’influence météo », les combats sont plus stratégiques grâce aux quelques touches supplémentaires (météo, Twin Actions,…), et la synthèse d’objets, bien que similaire au premier volet, reste toujours aussi addictive pour peu que l’on apprécie son fonctionnement. Note réelle : 7,5/10.
ON A AIMÉ !
- L’ambiance générale
- Le concept de l’alchimie…
- Des combats plus stratégiques
- L’influence météo
- La D.A
ON A MOINS AIMÉ...
- Quelques scintillements/clippings
- … mais certain(e)s pourront ne pas y adhérer
- Certain(e)s tiqueront sur l’absence de traduction française
Atelier Sophie 2 – The Alchemist of the Mysterious Dream : Une concoction niveau 2 !
Atelier Sophie 2 - The Alchemist of the Mysterious Dream
Editeur : Koei Tecmo
Développeur : Gust
Genre : JRPG
Support(s) : PC, PS4, PS5, Switch
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 25/02/2022

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...