MaXoE > GAMES > Tests > PC > Desperados 3 : Mimimi Games sort son colt d’or !

Desperados 3 : Mimimi Games sort son colt d’or !
Stratégie en temps réel Tactique / Infiltration Tactique au pays du Far West

NOTE DE MaXoE
8Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Jeu de Stratégie en temps réel, Desperados 3 est un titre que nous attendions avec une très grande impatience, et ce pour une raison bien particulière : le studio de développement n’est autre que Mimimi Games, la même équipe derrière l’excellent Shadow Tactics - Blades of the Shogun. Le soft avait d’ailleurs obtenu la mention Best Of MaXoE 2017 lors de sa parution sur consoles. Pour Desperados 3, les développeurs ont-ils simplement effectué une redite de Shadow Tactics avec seulement un changement d’ambiance et de décor, ou ont-ils voulu aller plus loin ? C’est ce que nous allons voir.

Plutôt que de parler des productions du studio Mimimi Games comme l’excellent Shadow Tactics – Blades of the Shogun déjà mentionné, daWindci ou encore The Last Tinker – City of Colors, intéressons-nous de plus près à la licence jeux vidéo Desperados.

Tout a commencé avec Desperados – Wanted Dead or Alive sorti sur PC en 2001. Développé par Spellbound Software, le titre, se déroulant logiquement dans une ambiance Western, a subi une critique récurrente : la grande similitude avec Commandos, presque une sorte de clone. Pour raison de droit, le second opus Desperados a dû être renommé, il a pris le nom de Western Commandos – La Revanche de Cooper sorti en 2006, toujours sur PC. Si cet opus avait également de grandes similitudes avec la licence Commandos, il lui avait été reproché d’être trop tourné sur l’Action par rapport au précédent, ce qu’avait entre parenthèses subi un autre épisode de la série Commandos.

Toujours est-il qu’un nouvel épisode de Desperados fut disponible à peine un an plus tard en 2007, sur PC bien entendu, sous le nom de Helldorado. Puis en 2013, Nordic Games (THQ Nordic) a racheté la licence Desperados afin de sortir une version remastérisée du premier volet en 2018. C’est deux ans plus tard, soit en juin 2020, que Desperados 3 voit le jour sur nos consoles et PC, avec un remaniement de taille : l’équipe de développement n’est nul autre que Mimimi Games.

La ruée vers Frank

Changement de décor pour l’équipe de développement, exit le Japon féodal, cette fois on se retrouve dans le Far West à Bâton Rouge, en Lousiane ou encore à La Nouvelle-Orléans avec l’enrobage et toutes les ficelles des bons films westerns.

– Souvenir personnel de John –
Gamin, John Cooper et son père James recherchent un certain Frank afin d’empocher une belle prime, le scélérat est en effet extrêmement dangereux. Ils suivent sa piste et le retrouvent au Canyon du Diable accompagné de sa bande. Le duo utilise alors moult stratagèmes pour s’approcher au plus près de Frank… afin de s’en débarrasser. Seulement en chemin, James « ordonne » à son fils de rester sur un point, disons stratégique, tout simplement parce que ce dernier n’est pas prêt, son lancer de couteau hasardeux le prouve. Le père de John continue alors sa route, car l’heure de la confrontation avec Frank approche.

– Aujourd’hui John est devenu un homme –
Ce souvenir de John Cooper est encore ancré dans sa mémoire. Depuis il a bien grandi, a appris à manier le couteau comme personne, et se sert aussi de Colts, des flingues qui lui ont sauvé la mise plusieurs fois. Relativement entraîné, il est désormais un homme comme son père, et continue à exercer le « métier » de chasseur de primes. Plusieurs pistes l’amènent à Flagstone, une petite ville entourée de montagnes où il traque toujours Frank, celui qui le hante maintenant depuis de nombreuses années. Mais il s’avère que le criminel Frank loue ses services à la Compagnie DeVitt, une compagnie florissante et avide d’expansion de territoire.

Avec ce prologue à Desperados – Wanted Dead or Alive, les amateurs(trices) de bons vieux westerns apprécieront sans aucun doute la traque de Cooper, sa soif de « revanche », les différentes relations entre les cinq protagonistes amenant des situations « tendues » et des répliques ayant un brin d’humour, et bien entendu l’ambiance générale typique du Far West.

Shadow Tactics Sauce Western ?

Comme pour Shadow Tactics – Blades of Shogun, avant de commencer l’aventure il est possible de paramétrer son niveau de difficulté parmi quatre allant de Facile à Desperados. En fonction du choix effectué, les ennemis peuvent être plus réactifs et attentifs ou l’inverse, ou encore les personnages principaux peuvent avoir davantage de PVs.

Il existe également une difficulté personnalisable, c’est-à-dire que l’on règle soi-même différents seuils de difficulté comme la santé des protagonistes, le nombre de munitions, etc…, chacun peut donc trouver son compte et s’offrir la meilleure expérience de jeu possible suivant les critères établis. Toutefois, on préfère le préciser tout de même, peu importe la difficulté, le placement des opposants reste à l’identique, les changements sont davantage issus de leur réactivité.

Encore une fois, tout respire les bons ingrédients de Commandos, Desperados, et bien évidemment Shadow Tactics – Blades of the Shogun. On retrouve littéralement nos marques dans le gameplay exigeant et très bien ficelé, les sensations sont toujours aussi bonnes et l’ambiance western, autant graphique que sonore est splendide.

Isabelle, renouvelant fortement le gameplay, rejoint les quatre autres mercenaires

Si l’on devait le comparer à Shadow Tactics, on dirait que le Level Design de Desperados 3 est toujours aussi bien conçu, et de ce fait renouvèle constamment l’intérêt des mécaniques, tout en multipliant les possibilités de progression. De même, on garde également cinq héros ayant des facultés complémentaires pour varier les plaisirs et les approches. Mais il ne faut pas oublier qu’une simple erreur peut devenir fatale et ce, qu’il s’agisse d’un mauvais placement ou d’un mauvais calcul.

Parmi les cinq personnages jouables, si vous avez joué à la précédente œuvre de Mimimi Games, vous allez voir que quatre d’entre eux sont relativement similaires et proches des protagonistes de Shadow Tactics.

John Cooper a la possibilité de tuer les ennemis à distance avec son couteau mais il peut également lancer une pièce afin de détourner le regard des ennemis, et vaincre deux opposants en même temps avec ses colts. Hector, lui, peut porter de lourdes charges et vaincre les officiers les plus imposants (les longs manteaux). Il aime aussi se servir de Bianca, son piège à ours mortel, il peut siffler pour attirer les ennemis et dispose également d’un fusil à canons sciés.

Kate est une as du déguisement pouvant logiquement infiltrer les rangs ennemis, distraire une partie de la gent masculine, lancer un parfum pour aveugler temporairement les opposants, et dispose également d’un petit pistolet. Tandis que Doc McCoy, médecin de son état, est un redoutable tireur d’élite, mais aussi un as de la diversion grâce à son sac. Il peut également lancer des fioles de gaz des marais afin de rendre K.O certains groupes d’adversaires.

Si ces quatre héros sont déjà extrêmement complémentaires avec des facultés certes connues mais toujours aussi jouissives, l’ajout d’Isabelle Moreau est la cerise sur le gâteau, car elle apporte un vent de fraîcheur et de nouvelles possibilités de gameplay relativement bienvenues.

Concrètement cette femme, débarquant de la Nouvelle-Orléans, est une adepte des rites vaudou. En échange d’une partie de sa vie (un cran de PV), elle peut effectuer un contrôle mental sur un adversaire, lui ordonnant tout ce qu’elle souhaite (tuer des ennemis ou encore récupérer des objets). Cependant si les opposants remarquent un quelconque comportement étrange, ils se méfient et donnent l’alerte.Mais Isabelle n’a pas que cet atout dans la manche, elle a également le « pouvoir » de lier deux êtres grâce à des fléchettes empoisonnées qu’elle lance à partir de sa sarbacane. De cette manière, les deux personnes liées ressentent et font exactement la même chose en simultané. Autrement dit, de manière générale, si l’un des adversaires meurt, le second aussi ; si l’un détourne le regard, l’autre aussi, tout dépend alors des opposants reliés entre eux (gardes armés, ponchos ou encore longs manteaux). Enfin, elle peut aussi se servir de son chat Stella pour distraire certains ennemis temporairement et plus ou moins longtemps, car certains d’entre eux « détestent les chats ».

Toutes les facultés de ces différents personnages fonctionnent de la même manière que Shadow Tactics, c’est-à-dire que dès l’utilisation d’une compétence, un temps de recharge est nécessaire afin de l’utiliser à nouveau, de quoi se creuser les méninges encore et toujours plus. Réfléchir et observer sont d’ailleurs deux éléments cruciaux dans Desperados 3.

Beaucoup de similitudes AVEC le précédent titre de Mimimi mais des nouveautés appréciables pour un gameplay toujours aussi bon

Par rapport à Shadow Tactics, on retrouve énormément de similitudes : des techniques similaires de Level Design ayant subi plus d’améliorations ici, des champs de vision des ennemis virant du vert au jaune s’ils sont attentifs avant de donner l’alerte (en rouge) s’ils voient nos protagonistes. On a aussi le même style d’ennemis avec simplement des variantes de nom et de look pour la cohérence, les samuraïs étant remplacés par de longs manteaux pour ne citer qu’un exemple. Alors oui, on peut fortement se dire que Desperados 3 n’a qu’un changement de décor, d’ambiance et puis voilà, mais heureusement qu’il y a déjà une nouvelle combattante aux pouvoirs très intéressants afin d’apporter de la fraîcheur à un gameplay déjà bien huilé.

Comme nous le disions, Desperados 3 reprend beaucoup d’éléments de Shadow Tactics et prône toujours l’infiltration au premier plan. Se déplacer tranquillement derrière les opposants sans faire de bruit et les éliminer est le point clé de la victoire.

Avant chaque planification, il faut donc scruter l’environnement à la recherche du moindre endroit où l’on peut se dissimuler comme des buissons, des toits ou des bâtisses. Et bien sûr observer les ennemis et les rondes effectuées. Une fois cela en tête, on peut établir une tactique. Cette dernière visant purement et simplement à éliminer les ennemis en toute discrétion.

Kate peut par exemple distraire un ennemi pour qu’il change son orientation de champ de vision, pendant ce temps John peut l’éliminer en passant dans son dos. Autre exemple, Hector peut poser son piège Bianca, et Doc McCoy peut attirer un garde avec son sac sur ce même piège afin de le tuer brutalement. Voilà le genre de situations possibles pour se débarrasser d’opposants trop regardants. Toutefois si vous préférez le pacifisme, vous pouvez aussi assommer des ennemis pour ne pas leur faire de mal, mais dans ce cas il ne faut pas oublier de les ligoter juste après, car sinon les adversaires deviennent une nouvelle menace, une fois qu’ils se réveillent.

Si l’on peut effectuer toutes les actions avec chaque protagoniste séparément, elles deviennent plus efficaces lorsqu’elles sont réalisées en parfaite harmonie à plusieurs. Pour cela, le mode Ombre de Shadow Tactics a été remplacé par le mode Affrontement fonctionnant, encore une fois, de la même manière mais avec toutefois une grosse différence : ici il s’agit d’un véritable mode pause. En activant ce mode, on se retrouve dans une sorte de transe virtuelle (ou un mode pause pour simplifier), il est alors possible de planifier son œuvre avec chaque personnage que l’on peut utiliser durant la mission en cours. Le tout sans oublier que John Cooper a deux colts, et donc deux actions simultanées possibles.

Clairement, il s’agit là de la partie que l’on préfère, la symbiose devant être au millimètre près pour bien réaliser nos actions, une petite erreur, un lancement de l’action trop tôt, et hop c’est reparti pour un rechargement. Bien entendu, il est tout à fait envisageable de ne jamais utiliser ce mode Affrontement, d’ailleurs il est désactivé par défaut dans la plus haute difficulté, mais on vous conseille tout de même de vous en servir lors de votre première partie.

Par contre, il est aussi possible de faire parler la poudre, soit en pleine bataille, soit durant les actions coordonnées pour réaliser un carnage, à vos risques et périls cependant, car le bruit environnant attirera les gardes alentour à coup sûr, ainsi que des renforts. L’infiltration reste donc le moyen le plus sûr d’arriver à ses fins, mais nous ne sommes pas contre l’utilisation de gatling et autres colts, tout dépend de la situation et de ces conséquences.

Une ambiance graphique et sonore permettant une très bonne immersion Au Far West

Concernant sa partie graphique, comme nous l’avons dit précédemment, nous évoluons dans un univers Far West et quel univers ! Non seulement les différents personnages, qu’il s’agisse de nos protagonistes, d’adversaires ou de PNJs, ont une cohérence vestimentaire de l’époque mais en plus les décors reflètent extrêmement bien l’ambiance western.

Désert rocailleux, ranchs, saloons, voie ferroviaire entre autres, tout y est. La 4K, même sans HDR sublime les différents lieux traversés par leurs effets de lumière en plein jour et à la nuit tombée, et par les éléments plus fins et détaillés des environnements. Clairement, le studio a su peaufiner son travail depuis Shadow Tactics, ce qui fait forcément plaisir.

Un petit mot sur les temps de chargement, généralement un peu longs à chaque fois que l’on arrive sur une nouvelle mission ou que l’on charge la partie à partir du menu principal. Mais ce temps est compensé par le chargement de la map complète et même mieux… les sauvegardes rapides n’ont jamais aussi bien porter leur nom, tout comme les rechargements à effectuer en cas de mauvaises actions. Ils s’effectuent en un éclair, ce qui est une excellente chose et évite de casser le rythme.

Musicalement parlant, les bruitages et l’ambiance western sont un vrai régal pour les oreilles, enfin pas tous… En effet au bout d’un moment, les bruits de flatulence à outrance peuvent devenir agaçants, enfin on est à l’époque du Western et de la consommation de fayots…

Les voix quant à elles, sont disponibles en allemand, anglais, russe et chinois, les voix anglaises ayant servi durant nos escapades sont dans le bon ton et nous ont bien immergées. Pour finir les sous-titres sont en français et de bonne facture mais on émettra deux bémols. Tout d’abord, une petite coquille s’est glissée dans la description du fusil à canons sciés d’Hector, on peut y lire « le tir toutes les cibles présentes dans le cône de dégâts » au lieu de par exemple « le tir -atteint- toutes les cibles présentes dans le cône de dégâts » (voir capture ci-dessus). Mais ce n’est pas bien grave. Ce qui est plutôt gênant c’est la petitesse de la police utilisée et la rapidité du défilement des textes et ce, sans aucune possibilité de modifications dans les options. Il y a bien un journal pour relire certains « événements » et « passages » mais pendant ce temps là, le jeu tourne toujours, et donc les ennemis veillent au grain si vous voyez ce que l’on veut dire.

Testé sur Xbox One X

NOTE MaXoE
8Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Avec Shadow Tactics - Blades of the Shogun, Mimimi Games nous avait mis une belle claque en présentant leur savoir-faire dans le genre Stratégie en temps réel Tactique/Infiltration Tactique. Pour Desperados 3, il réitère cette très belle expérience tout en apportant un vent de fraîcheur extrêmement bienvenu. Grâce à l’intégration d’Isabelle et à ses techniques, le soft arrive à renouveler un intérêt constant, et à nous accrocher du début à la fin. Alors oui, vous allez dire que l’on compare beaucoup le titre à Shadow Tactics et non aux autres opus de Desperados mais il y a une raison à cela, c’est que cet épisode Desperados 3, si l’on fait abstraction du « chiffre », est un prologue aux autres volets de la licence. De cette manière, n’importe quel(le) joueur(euse) peut se lancer en douceur en comprenant les enjeux et l’intrigue, même s’ils passeront à côté des clins d’œil placés. Et de plus, Mimimi Games reprend tellement bien les codes de Shadow Tactics, qu’il est impossible de ne pas mentionner cette grande excellence du genre. En résumé, le studio signe là un excellent jeu de Stratégie en temps réel Tactique/Infiltration Tactique à ne louper sous aucun prétexte.
ON A AIMÉ !
- Vraiment stratégique
- Très belle durée de vie / Rejouabilité
- Ambiance et technique fidèles au Western
- Jouabilité au pad toujours au top
- La pause tactique
- Les facultés d’Isabelle renouvèlent bien le gameplay
ON A MOINS AIMÉ...
- Petitesse et vitesse des sous-titres sans possibilité de réglages
- Trop proche de Shadow Tactics mais est-ce un véritable défaut vu que nous l’avons adoré ?
Desperados 3 : Mimimi Games sort son colt d’or !
Desperados 3
Editeur : THQ Nordic
Développeur : Mimimi Games
Genre : Stratégie en temps réel Tactique / Infiltration Tactique
Support(s) : PC, PS4, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 16/06/2020

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...