MaXoE > GAMES > Tests > PC > Minecraft : on brique tout, du sol au plafond !

Minecraft : on brique tout, du sol au plafond !

NOTE DE MaXoE
5 / 5Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Dans le cadre de notre semaine de l’exploration, quoi de mieux que de se mettre dans la peau d’un explorateur échoué sans rien en poche sur une île déserte ? Conduit à construire armes, outils, maison pour assurer sa survie ? Quoi de mieux, finalement, que de faire un trip Robinson Crusoé grâce à l’excellent Minecraft?

Chroniquer Minecraft relève de l’exercice de style… Véritable accident industriel, ce jeu a, par sa fraîcheur et son originalité, séduit déjà plusieurs millions de joueurs alors qu’il n’est en vente que depuis quelques mois. La raison en est un modèle économique plutôt bien vu, dans lequel Notch, concepteur du jeu, demandait à ses ouailles de payer une somme modeste pour accéder à une bêta évoluant en permanence, tout en offrant d’une part l’accès gratuit au jeu final à ces testeurs, mais aussi une version gratuite, la première bêta, à tous ceux qui hésiteraient à tenter l’aventure.

La classe.

 

Bon, s’il ne restait plus que toi et moi sur une île déserte…

Lorsque Minecraft débute, vous êtes seul. Seul et abandonné sur une île perdue, et autant le dire à poil, à peu de choses près, de quoi assurer la décence du jeu. Lorsqu’on le découvre et qu’on ne voit pas bien quoi faire, on essaie un peu, on tâtonne, et l’on s’aperçoit que l’on peut récupérer les blocs que l’on détruit. Ah, les blocs… La patte graphique du jeu tient en ce seul mot : les blocs. Tout le décor, tout l’environnement est exclusivement composé de blocs : blocs de terre, blocs de bois, de feuilles, de sable, même bloc de laine pour faire des moutons. Or, vous pouvez les collecter, sachant évidemment que plus le boc est robuste plus il vous faudra d’outils robustes.

La nuit tombe. Des grommellements. Inquiets, vous tournez la tête et vous trouvez face à face avec une araignée qui vous fixe de ses yeux rouges. Vous courez, fuyez, et vous passerez votre première nuit à fuir les créatures qui rôdent à la nuit tombée.

Le jour suivant, on est prévenu ! On construit un abri de fortune à flanc de montagne, on construit ses premiers outils, son premier établi, ses premières torches. Car oui, les créatures surgissent lorsqu’il fait nuit… ou dans le noir. Et l’on sera bien inspiré de se le rappeler lorsque, la nuit tombée, il faudra descendre, pas à pas, à coups de pioche, dans les profondeurs de la terre, à la recherche du fer, de l’acier, de l’or ou du précieux diamant.

 

Et le jeu n’est pas avare en coups vicieux : parfois vous tomberez sur une source, éteignant vos torches et noyant l’un de vos tunnels, une autre fois ce sera une source également, mais de lave, mettant le feu à vos biens mais surtout à votre personne, ce qui est considérablement plus ennuyeux. Et vous ressusciterez au point de départ, nu comme un ver, espérant simplement que le matériel que vous avez sur vous n’aura pas fondu dans la lave… Le même résultat peut d’ailleurs être obtenu très simplement, en restant à proximité d’un monstre. Mais si vous le faite exprès, nous vous conseillons de consulter un spécialiste.

Le jour suivant, on a donc encore appris : une armure, des armes, limiter les déplacements nocturnes. On construit un four, on y fond du sable pour faire du verre et donc des vitres, on fabrique des échelles, des escaliers : Minecraft est un lego géant ! Le tout avec une jouabilité simplissime : d’un clic gauche, on utilise son bloc ou son arme, d’un clic droit on peut en poser un, et de la roulette on fait défiler les emplacements de sa barre d’inventaire rapide.

Ah, vous pensiez que l’inventaire était infini ? Pas du tout ! Il vous faudra construire des coffres, et y stocker des produits de première nécessité en cas de mort inopinée (armes de rechange, outil, nourriture…).

 

Je me ferais bien un petit cuby !

Le jeu gère, comme il se doit, la faim et la fatigue. La fatigue vient des courses et des efforts, la fatigue donne faim, et handicape votre capacité à récupérer de la vie, voire vous en fait perdre lorsqu’elle vous tenaille trop. Il gère aussi les effets météo, notamment la pluie, qui éteint les feux… Ce sont, en fait, une foultitude de détails qui font le plaisir bien réel de ce jeu, comme la première fois que l’on s’aperçoit que planter une graine fait effectivement pousser un arbre, et qu’y mettre de l’engrais accélère la croissance, et on comprend mieux, du coup, pourquoi un jeu aussi pauvre esthétiquement peut être parfois aussi gourmand en ressources sur votre PC… 

 

En revanche, Minecraft n’a pas de scénario. Aucun. Oh certes, le jeu inclut désormais des villages et des donjons, mais encore faut-il les trouver tant les cartes générées aléatoirement sont immenses : on parle quand même de 8 fois la surface de la terre… Cela dit, pas de scénario stricto sensu : Minecraft est votre terrain de jeu, le bac à sable le plus riche et grand qui soit, et nulle contrainte autre que votre survie ne vient troubler votre quiétude. De ce fait, il est extrêmement gratifiant de réussir à faire littéralement sortir de terre le palais de vos rêves, ou votre Villa sur deux étages avec piscine et pièges à monstres, comme votre serviteur qui a des mœurs perverses. On imagine également sans peine le désarroi du joueur quand un monstre vient exploser à côté de sa maison et en détruire une grande partie, ruinant parfois des heures de jeu… Néanmoins, cette difficulté peut être contournée, le jeu offrant un mode « tranquillité » dépourvu de tout agresseur et la possibilité de voler, ce qui permet de laisser parler l’architecte paysagiste qui est en soi, mais gâche un peu le plaisir du jeu.

 La seule limite, c’est votre imagination, et on trouve sans difficulté sur Internet les réussites les plus insensées, comme des reconstitutions en taille réelle de l’Enterprise de Star Trek.

Du coup, cette liberté est aussi le plus grand handicap de Minecraft. Si l’on n’a pas d’idée, ou pas d’imagination sur le moment, on ne sait pas bien quoi y faire, et sans élitisme aucun c’est sans doute pour cela que le jeu ne plaira pas à tout le monde.

 

L’enfer, c’est les autres

Fort heureusement, Notch, ce gros malin, a eu la bonne idée : le multijoueur ! Ainsi, on voit fleurir sur Internet des communautés qui bâtissent une ville, l’administrent, exploitent des mines, construisent des voies ferrées… Un projet visant à reconstruire New-York suit d’ailleurs son chemin à l’heure où nous parlons. Le multijoueur instille aussi de nouveaux dangers : il vous faudra protéger vos biens si vous ne voulez pas qu’un indélicat personnage vienne vous les dérober, et il vous faudra alors réfléchir à des pièges en utilisant le moteur du jeu et sa masse d’effets divers.

 

Minecraft est un jeu précieux. A lui seul, il témoigne de la créativité et du génie de la scène indépendante du jeu vidéo, en plus d’offrir une expérience exigeante mais gratifiante, une espèce de survival puissance 1000. Qui pourrait croire que la récolte de matière première puis leur exploitation donnerait naissance à l’un des jeux les plus créatifs qui soient, mais en même temps qu’est-ce qui peut mieux correspondre à la définition d’un jeu créatif  qu’un jeu qui valorise la créativité ?

 

(A noter: le jeu existe aussi sur iOs dans une version beaucoup trop simplifiée, et fera bientôt son entrée sur XBOX 360)

 

NOTE MaXoE
5 / 5Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

En somme, Minecraft est une belle aventure, au sens noble du terme, un jeu qui fait la part belle à l’imagination du joueur, tout en restant ludique et passionnant pour qui pense que le jeu vidéo ce n’est pas seulement Bayonetta ou Final Fantasy. Le genre de jeu où l’on ne parle pas de son loot, mais de la façon dont on a vécu sa propre aventure, et ça, ça veut tout dire.
ON A AIMÉ !
- Les possibilités illimitées
- Le défi
- La part belle à l'imagination
- L'esthétique
- Les compositions musicales, simples mais agréables
- Le mutljoueur
- Pas cher!
ON A MOINS AIMÉ...
- tout le monde n'y trouvera pas son compte
- Certains comportement dans le jeu en ligne
- Quelques ralentissements occasionnels
Minecraft
Editeur : Mojang
Développeur : Mojang
Genre : Lego survival
Support(s) : PC
Nombre de Joueur(s) : 1 ou multi sans limite
Sortie France : 18/11/2011

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ. Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...