MaXoE > GAMES > Tests > Mobiles > The Wanderer – Frankenstein’s Creature : Une narration pleine d’émoti…

The Wanderer – Frankenstein’s Creature : Une narration pleine d’émotions
Des graphismes et une bande-son qui aident à l’immersion

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Sortie fin octobre 2019 sur PC via Steam et mobile, l’Aventure Narrative The Wanderer - Frankenstein’s Creature mettant en scène la créature du Dr. Frankenstein, est désormais disponible sur Nintendo Switch. Cette réinterprétation libre de l’œuvre de Mary Shelley a reçu plusieurs distinctions dont une nomination pour l’innovation lors du Ludicious - Zürich Game Festival, finaliste Les Pégases dans la catégorie Excellence Visuelle, ou encore gagnant du Grand Prix du Bolognaragazzi Digital Award 2020.

 

The Wanderer – Frankenstein’s Creature que nous vous avions présenté ici l’année dernière est une aventure éditée par Arte Experience, c’est-à-dire un espace dédié à l’actualité des productions numériques d’Arte s’occupant notamment de documentaires, de fictions, de magazines ou encore de jeux vidéo. Avec notamment A Fisherman’s Tale, ou encore Vectronom et Vandals que nous vous avons déjà présenté.

The Wanderer – FC a été développé par La Belle Games, un studio indépendant basé en France et crée par trois personnes : Thibaut de Corday, Laurent Checola et Cédric Bache. Le titre dont il est question aujourd’hui n’est d’ailleurs pas leur premier « jeu » à proprement parler. Auparavant ils ont sorti Eugenics, un jeu satirique sur la manipulation génétique, ainsi qu’un prologue de The Wanderer – Frankenstein’s Creature jouable sur navigateur (à cette adresse) dans lequel on découvre la genèse de Mary Shelley. Cette « préaventure » avait d’ailleurs été nominée au meilleur prix de narration lors de l’Indie Arena Booth durant la Gamescom en 2018.

UNe créature devenant vite attachante

Plutôt que de suivre à la lettre l’œuvre de Mary Shelley, les développeurs se sont focalisés sur la vision de la créature du Dr. Frankenstein. Durant un peu moins de deux heures, on suit alors les pas de cette Créature, ni bonne ni mauvaise, sans mémoire ni passé, qui se questionne sur son existence même et bien d’autres choses. Elle y découvrira de nouvelles sensations, mais aussi la peur et le rejet des autres.

Pour appuyer les propos de ces thématiques, plusieurs choix de dialogues ont été implémentés afin de modifier l’état d’esprit de la Créature, mais aussi pour pouvoir découvrir plusieurs fins travaillées.

Cette trame est donc assez agréable à suivre, et ce sans tomber dans la moquerie, de plus l’écriture et l’ambiance dépeinte contribuent à éprouver de l’attachement pour cette créature face aux épreuves qu’elle traverse.

Un gameplay au service de la narration

Le gameplay du soft est on ne peut plus simple. On évolue en parcourant plusieurs tableaux et en interagissant avec certains éléments pour progresser.

Cela peut être de la résolution d’énigmes très simplistes usant de notre mémoire visuelle, de simples interactions et quelques mini-jeux très faciles en appuyant par exemple en rythme pour jouer une mélodie, couper du bois, ou encore reproduire des sons/couleurs dans le style du célèbre jeu Simon. L’accessibilité sans prise de tête est donc de mise.

Accessible oui, mais les déplacements aux Joy-Con -les manettes Pro ou extérieures étant incompatibles- ne sont malheureusement pas des plus faciles, la physique de notre personnage étant assez lourde, on a rencontré plusieurs problèmes gênants.

Tout d’abord, le personnage se retourne tout seul dans une autre direction en faisant un quart de tour une fois le stick lâché, ensuite c’est là que c’est le plus gênant, il est difficile de se mouvoir dans la direction voulue, généralement vers le haut du décor. Comme si notre personnage était bloqué par un mur invisible, pourtant inexistant. Pour le moment, en attendant un éventuel patch, il faut user d’astuces en effectuant par exemple des zigzags afin d’aller dans la direction souhaitée pour découvrir la suite des aventures de cette créature.

Un magnifique travail sur le son et les graphismes

Comme nous le disions plus haut, l’ambiance tant visuelle que sonore contribue grandement à une meilleure immersion. Contrairement aux apparences, le titre ne propose aucun doublage, seulement du texte à lire, intégralement en français.

Cette œuvre vidéoludique utilise un style graphique des peintures du XIXème siècle et sont réalisées d’une très belle manière. Les différentes teintes évoluent en fonction de l’humeur et du ressenti de la créature. Si elle est joyeuse, c’est un ensemble de couleurs chatoyantes (mélange d’aquarelle et de gouache) qui prennent le dessus, mais quand la peur s’en mêle, les couleurs s’en vont et seules les teintes tristes, grises et sombres sont visibles. Mais que ce soit l’une ou l’autre des humeurs, c’est un très beau travail, et l’on peut féliciter le studio pour cela.

Outre les graphismes, la bande-son composée par Alex Burnett avec les différents thèmes joués au piano ou encore au violon, arrive à nous immerger en nous faisant ressentir de réelles émotions.

Testé sur Switch

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Avec cette réinterprétation libre se basant sur le point de vue de la créature, le studio La Belle Games réussit à nous faire ressentir de l’attachement pour la création du Dr. Frankenstein. Une belle réussite pour cette aventure narrative, extrêmement accessible, sans difficulté et dotée de très beaux graphismes et d’une bande-son qui l’est tout autant. On émettra juste quelques réserves sur la très courte durée de vie du jeu malgré la rejouabilité et sur des déplacements pas toujours optimaux. En espérant qu’un patch corrige ces quelques petits soucis, car The Wanderer - Frankenstein’s Creature mérite le détour pour les amoureux du genre.
ON A AIMÉ !
- La réinterprétation libre
- Direction artistique
- La bande-son
- La créature devient attachante
- Extrêmement accessible
- Plusieurs fins
ON A MOINS AIMÉ...
- Des déplacements difficiles et pas toujours optimaux
- Une expérience très courte malgré la rejouabilité
- Les manettes Pro ou extérieures non supportées
The Wanderer – Frankenstein’s Creature : Une narration pleine d’émotions
The Wanderer - Frankenstein’s Creature
Editeur : Arte Experience
Développeur : La Belle Games, Arte France
Genre : Aventure Narrative, Casse-tête
Support(s) : Mobiles, PC, Switch, Téléphonie
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 02/07/2020

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...