MaXoE > GAMES > Tests > PC > Assassin’s Creed Syndicate : l’ambiance victorienne mais un peu de sur-place
PC / PS4 / Xbox One / /
Assassin’s Creed Syndicate : l’ambiance victorienne mais un peu de sur-place
Londres comme si vous y étiez

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
A chaque année sa nouvelle déclinaison d'Assassin's Creed. Et comme chaque année, nous vous proposons un focus en rapport avec la période historique du nouvel opus. Cette fois, c'est l'époque victorienne qui a été la cible de nos chroniques. Concernant la célèbre licence, il n'est pas évident de se renouveler, nous en sommes à quelques épisodes désormais. Unity, l'an dernier, avait su revenir aux sources de la jouabilité en proposant un challenge relevé. Mettons-nous en route pour le pays de Dickens pour voir si l'air anglais est aussi humide qu'il paraît.
Assassin's Creed® Syndicate_20151101115939

 

acsyndicate-jaqLe contexte 

Vous voilà donc dans la Londres Victorienne. Et côté scénario, on va vous le dire tout de suite, on est dans le light. Vous incarnez deux jumeaux assassins qui veulent reprendre possession de la ville dominée par les templiers. Il va s’agir de conquérir les quartiers, uns à uns, en s’associant, s’il le faut avec les bandes de malfrats du coin. Evidemment, en toile de fond, on a le droit à la quête des fragments d’Eden. Heureusement. 

Assassin's Creed® Syndicate_20151101120512

La grosse nouveauté, annoncée, c’est la possibilité de choisir entre deux personnages, à tout moment, dans l’histoire. Enfin, à tout moment, pas tout à fait, vous aurez parfois ce choix et parfois, c’est la mission qui vous obligera à utiliser Evie ou Jacob. Est-ce qu’il y a une grande différence ? Pas vraiment, Evie est un peu plus discrète et Jacob est plus puissant, en gros. Manette en main, ce n’est pas vraiment notable mais bon on n’a pas détesté ce principe même s’il ne change pas grand chose. 

Oublions cela et baladons nous un peu en veille. Premiers pas, première claque. La ville est magnifiquement reconstituée, l’ambiance est au rendez-vous. On se promène parfois, sans but aucun, juste pour le plaisir de côtoyer les habitants, de vivre un peu avec eux. A noter que ceux-ci sont un peu moins nombreux que dans l’opus précédent.

Pour avoir une idée de ce que propose le jeu au départ, regardez notre Press Start : 

 

Le gameplay 

Alors pour ceux qui auraient vécu sur Mars ces dix dernières années, nous rappelons que le titre propose une jouabilité en monde ouvert. Monde qui vous offre des challenges variés comme suivre une personne, en assassiner une autre, en sauver une troisième, voler du matériel … Le titre propose pas mal d’infiltration, il vous faut pénétrer des zones ennemies, scruter la ronde des gardes, créer des diversions. Vous avez la possibilité de grimper sur tous les bâtiments afin d’accomplir ces missions et cela a toujours été la force du titre, on adore se balader dans la ville et escalader ses nombreux bâtiments pour aborder les missions comme bon nous semble. 

Assassin's Creed® Syndicate_20151101095514

Comme toujours, on nous propose des missions principales, regroupées en séquences génétiques, et des activités annexes. Dans une séquence donnée, donc dans cette trame principale, vous pouvez choisir l’ordre d’exécution des missions. Cela apporte pas mal de liberté. 

Les combats ont évolué et pas forcément dans le bon sens. Ils sont désormais plus arcade, moins tactique que dans Unity. Vous avez le coup de base, le coup brise-garde et l’esquive. Les mouvements sont très rapides, trop d’ailleurs ce qui rend le jeu un peu moins réaliste. Là on a reculé, c’est clair même si on sent la volonté louable de refondre le système de combats en collant plus aux affrontements brutaux de la rue qu’à l’élégance des joutes à l’épée. 

On retrouve aussi les équipements à acheter et à améliorer. Là encore il y a du plaisir à faire des choix. Oui on n’achète pas tout, on ne collectionne pas, on se choisit quelques armes et on les améliore. Vos assassins ont aussi des compétences à débloquer, classique.

La course libre a fait des progrès, encore. C’est plus fluide que jamais. On prend vraiment son pied à parcourir la ville en tous sens, d’autant plus que vous pouvez désormais descendre des bâtiments avec beaucoup plus de maîtrise qu’avant avec le nouveau système appelé course libre vers le bas. 

Mais au delà de ces aspects techniques, ce qui force le respect, c’est cette capacité à noyer l’histoire dans l’Histoire. La banque de données est impressionnante sur les lieux, les personnages, les liens entre eux. Bref, on reconnaît là la patte d’Assassin’s Creed. Vous allez rencontrer de belles figures de l’époque, je peux vous le dire.

Assassin's Creed® Syndicate_20151101092425

 

Les nouveautés de cette version

Du côté des nouveautés sur le terrain, on peut citer la possibilité de conduire les calèches. Ben oui c’est ce qui avait été mis en avant par Ubisoft. La conduite est très arcade, voire bourrine, mais ces phases ne manquent pas de sel, c’est assez amusant au final d’essayer de pousser les véhicule des ennemis dans les murs. C’est pratique aussi pour parcourir la ville plus rapidement. Cela dit, ce n’est pas non plus une révolution dans la jouabilité, simplement le genre de petit ajout qui est agréable. 

 

Assassin's Creed® Syndicate_20151027120635

Il y a aussi désormais un grappin. Il est facile à utiliser. Une simple pression et vous voilà gravissant les plus grands édifices. Alors personnellement, je trouve ça pas mal car cela facilite la tâche mais en même temps, cela enlève aussi un peu au plaisir de jouer, de trouver le  bon endroit pour escalader. Mais en même temps, la ville est plus complexe, plus anarchique, c’est donc sympa de pouvoir l’utiliser notamment pour construire des tyroliennes. 

Assassin's Creed® Syndicate_20151101112425

En sus des missions principales, il y a les activités annexes qui constituent quelques petites nouveautés. Il y a ainsi le détournement de convoi de bière qui permet de faire des courses de carrioles. Si vous préférez la boxe, rendez-vous dans des lieux de combat, mais vous pouvez aussi attaquer des trains, et résoudre des mystères de Dickens. Ben oui on est au bon endroit et au bon moment pour poursuivre des tueurs mystérieux qui terrorisent les ruelles sombres de la capitale anglaise. Cet aspect là est vraiment sympathique, on plonge avec délectation dans le monde de l’auteur. Voilà peut-être la veine qui aurait du être plus explorée, celle des mystères londoniens, des enquêtes, des indices. Car même si ces passages sont agréables, le challenge n’est pas assez relevé en termes de réflexion. 

Il y a aussi des activités de libération d’enfants ou d’attaques de gangs histoire de prendre possession d’un quartier. On ne vous dit pas tout mais vous aurez votre temps de jeu, ne vous inquiétez pas ! 

Gangs de Londres oblige, vous allez constituer une bande de gros bras. Vous avez accès à un arbre d’amélioration de bande pour la rendre de plus en plus forte. Ces améliorations permettent par exemple de pouvoir interagir avec les enfants voleurs de la ville, de faire en sorte que la police ignore certains de vos actes, de disposer de calèches pour votre bande ou encore de nouveaux soldats. Bref tout l’attirail pour construire votre petit empire de voyous. Ces améliorations sont divisées en trois catégories, celle pour le recrutement, celle pour l’environnement urbain (magasins, police) et celle de la finance. 

Dans la pratique, les membres du gang peuvent être recrutés dans la rue pour effectuer des opérations particulières. Mais parfois cela se fait sans vous. Alors que vous approchez d’un endroit que vous devez débarrasser d’ennemis, il n’est pas rare que vos acolytes soient sur place déjà et commencent l’attaque. Cela pourrait agacer si vous cherchiez à faire une attaque en douceur mais finalement cela renforce l’immersion. Vous n’avez pas la main sur tout ce qui se passe et ce n’est pas plus mal. 

Tout cela donne une teinte particulière au soft. Il faut bien le dire, il a sa propre patte avec ces activités particulières. Il est aussi un peu plus arcade finalement, moins compliqué à notre goût. Mais globalement on a un assassin’s creed classique avec ses qualités et ses défauts. 

Assassin's Creed® Syndicate_20151101100635

 

Notre sentiment

Parlons un peu de l’IA. Cela n’a jamais été le fort de la licence mais le nombre des ennemis compense cette lacune. Donc oui, les ennemis ont tendance à avoir des comportements un peu mécaniques mais contrairement aux autres opus, quand vous les attirez d’un côté (en sifflant par exemple), ils ne retournent pas forcément à leur ronde habituelle. Pratique et déroutant à la fois.  

Mauvaise nouvelle, il y a des bugs agaçants. Du côté du son, la belle Evie a une voix masculine quand elle gravit une façade. Pas très immersif ça. Il y a aussi quelques petits soucis graphiques comme du clipping et un frame-rate pas toujours à la fête. Mais bon est loin de ce que l’on a pu lire ici ou là. Le jeu est très beau (même s’il est un cran en dessous d’unity), il est fluide (un peu moins qu’Unity aussi) mais ces quelques inconvénients ne sont rien dans le gameplay. D’ailleurs la course libre est bien mieux programmée qu’avant, ne l’oubliez pas.

Assassin's Creed® Syndicate_20151101114819

Concernant les temps de chargement, on va être moins gentils. C’est juste infernal d’avoir à attendre aussi longtemps, surtout après un trépas et donc le lancement de la même mission ! 

Et puis, on a perdu un peu le côté mystique de la licence. C’était un peu revenu avec Unity qui replongeait dans l’Histoire ancienne mais là on revient à des choses qui font penser à Black Flag. De l’action oui mais peu d’énigmes. Où sont les puzzles géniaux d’Assassin’s Creed II ? Il n’y a plus de système de gestion comme celui de la flotte de bateaux dans Black Flag ni de missions en coop multi. Celles-ci avaient été introduites dans Unity et c’était franchement une bonne idée. On vous le dit aussi, le multi compétitif n’est pas revenu non plus. Dommage. 

Assassin's Creed® Syndicate_20151101100945

Mais rassurez-vous, le jeu propose des séquences qui nous font oublier ces quelques défauts. Ainsi prenons pour exemple l’exploration de l’asile en vue d’assassiner John Elliotson, le médecin des templiers. Là on a le plein potentiel de la licence. On nous propose en plus d’utiliser les opportunités (déjà présentes dans Unity) qui consistent à accomplir des quêtes secondaires pour pouvoir faciliter l’assassinat final. Sympa ça. Cette séquence est tout ce que l’on aime dans le jeu : promiscuité, infiltration, choix, …

Les personnages ne manquent pas d’épaisseur, on aime particulièrement Jacob avec son ton décalé et ses répliques cinglantes. Evie ne manque pas de charme non plus et c’est aussi la première assassine sur consoles de salon. Pas mal l’idée aussi du repaire au sein d’un train en déplacement constant, on se croirait dans les Mystères de l’Ouest ! 

Assassin's Creed® Syndicate_20151101104332

Plaisant mais pas révolutionnaire. Agréable mais en manque de vraies nouveautés et d’ouverture vers le multi. Sympathique mais parfois convenu. Encore une fois, on joue avec beaucoup de plaisir, on a du mal à lâcher la manette comme toujours mais il y a une forme de stagnation. M. Ubisoft, un épisode du renouveau l’an prochain ?

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

C'est difficile de passer après Unity. Le multi en coop sur les missions a disparu et on n'a pas, pour autant, un retour du jeu en ligne compétitif. Les bugs nous embêtent aussi un peu. Un petit sentiment de sortie en urgence pour tout vous dire. Certaines missions vont vous enthousiasmer et d'autres peuvent vous refroidir. Mais ce n'est pas un mauvais épisode. On prend beaucoup de plaisir à goûter à cette liberté dans Londres, à effectuer les très nombreuses missions et à écouter les dialogues bien percutants des cinématiques. Quel joie aussi de croiser Dickens et Darwin. En substance un épisode de la stagnation au niveau jouabilité mais qui procure sa dose habituelle de plaisir, pour les anciens comme les nouveaux. Avec un multi compétitif, on aurait pu imaginer un 8/10.
ON A AIMÉ !
- L'ambiance victorienne parfaitement reconstituée
- Londres à visiter comme bon nous semble
- Les répliques cinglantes
- Le repaire dans un train
- La pléthore d'activités
- Enfin une assassine sur consoles de salon
ON A MOINS AIMÉ...
- Le système de combats
- Moins dur que Unity
- Les bugs parfois agaçants
- Des graphismes qui pourraient être améliorés
- Assez convenu
- Pas de multi
Assassin's Creed Syndicate
Editeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft Québec
Genre : Action/infiltration
Support(s) : PC, PS4, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 23/10/2015