Quai des Bulles sur MaXoE !
Focus Grèce Antique
Quai des Bulles approche et comme chaque année, un plaisir à peine dissimulé s’installe dans les chaumières de ceux qui se préparent à s’y rendre. Le festival est devenu mythique et beaucoup le préfèrent au FIBD d’Angoulême par son cadre propice à la rencontre, par la mer qui invite aux voyages lointains et par sa programmation souvent judicieuse qui mêle expositions, rencontres, concerts dessinés, projection de films, masterclass et bien d’autres choses encore. Le ... En savoir plus !
Le mois d’octobre débute et avec lui notre premier Focus Spécial depuis la rentrée de septembre, et non des moindres ! L’équipe de MaXoE se mobilise pour vous proposer un contenu qui sera consacré à la Grèce (Antique) que nous allons aborder comme dans tous nos Focus, par des biais très différents. Les thématiques habituelles que vous connaissez déjà bien sur MaXoE seront au coeur de ce Focus, nous allons ainsi vous parler de jeux vidéo évidemement avec notre ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Tests > Autres > Retour sur Hearthstone : Du jeu à la carte
Autres / Mobiles / PC
Retour sur Hearthstone : Du jeu à la carte
Un grand coup de blizzard

Appréciation de MaXoE
8Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Au-delà du fait que la prononciation de son titre est un excellent test de dépistage du zézaiement, Hearthstone s'est, depuis sa bêta, fait une place à part dans le monde des F2P. Il se murmure même que c'est ce jeu qui a achevé de convaincre Blibli que le Free to Play était un marché d'avenir, entraînant dans sa suite Heroes of the Storm ou l'imminent Overwatch. Et il faut dire que même si le marché du jeu de cartes en ligne est surchargé, il y avait largement de la place pour un produit de qualité. Analyse.
c576be3d5937a9ceba8ec990527fc2ef_large

Pokémon, VS System, Duel of Champions, nombreux sont les jeux, parfois de qualité, qui ont réussi à se faire une place au soleil sur nos PC, même si certains, comme le VS System, ont hélas disparu dans les limbres. Or, le jeu de cartes est sans doute l’un des types de jeux les plus vivaces : toutes les grosses licences ont tenté leur chance dans ce genre, allant du japon médiéval-fantastique de L5R à la SF de Star Wars ou de Netrunner. Et aujourd’hui, se murmure le retour imminent du VS System, basé sur les héros Marvel, et qui augure probablement d’un retour sur PC. Donc, sans être surchargé, le milieu est assez bien pourvu, sur PC comme dans la réalité. Le pari de Blizzard était donc assez délicat, malgré la maîtrise de son sujet par l’éditeur. On connaît, d’ailleurs, la méthode de travail de Blibli : prendre ce qui marche, l’optimiser au maximum, rarement inventer quoi que ce soit, mais en tirer le meilleur. Or, pour une fois, la formule a été un peu cassée.

En effet, Hearthstone, sans révolutionner le genre, arrive avec ses mécaniques bien à lui. Le premier constat, le plus étrange, est que sa parenté avec le jeu de cartes « réel » sorti par Blibli fût un temps n’est que fort floue, Hearthstone tâchant de se faire son propre chemin.

Vous voilà donc à la tête d’une collection de cartes. Première étape, vous allez vous constituer un deck autour d’un héros, chaque héros venant avec une capacité qui lui est propre et des cartes qu’il est le seul à pouvoir jouer, en plus du pool commun.

Le deck doit faire 30 cartes, ce qui est bien moins que les standards du genre, et signifie aussi qu’avec une pioche convenable vous avez de bonnes chances de voir passer tout votre deck. En termes de construction de deck, cela change un peu la donne pour ce qui est des probas, car avec la plupart des cartes en deux exemplaires possibles, sauf les légendaires, vous en aurez probablement un exemplaire de chaque en main durant la partie.

Le jeu en lui-même se résout autour de duels. Vous vous trouvez face à un ennemi, et vous devez être le premier à lui ôter ses 30 points de vue. A noter que la meule, mécanique qui consiste à vider le deck adverse, existe bel et bien dans HS, avec cette réserve qu’au lieu de vous faire perdre instantanément, elle vous fera perdre de plus en plus de points de vie à chaque fois que vous devez piocher mais ne le pouvez. Amusant.

A chaque tour, vous aurez un mana supplémentaire. Ici, foin de terrains ou de manas en tous genre, vous en gagnez un qui s’ajoute à votre réserve, méthodiquement, à chaque tour : vous en aurez donc 1 au tour 1, 2 au tour 2, et ainsi de suite, jusqu’au tour 10 (vous n’en gagnerez plus aux toujours suivants).

hearthstone-game-sshot-1

Avec ce mana, vous allez pouvoir jouer des cartes de votre main, que ce soit des créatures, dotées d’une attaque, une défense et de capacité spéciales liées à leur entrée en jeu, leur mort et bien d’autres déclencheurs, ou bien des sorts, aux effets variés comme faire des dégâts à une cible ou augmenter vos sbires. Vous pouvez également et heureusement attaquer votre adversaire, sachant qu’à moins qu’il n’ait des créatures douées de Protection, vous pouvez l’attaquer directement. L’un des équilibres du jeu consiste justement à savoir quand attaquer votre ennemi et quand s’en prendre à ses créatures.

Passons en revue les classes rapidement : le paladin est bien protégé, peut se soigner et invoque des écuyers. Le prêtre se soigne très bien, contrôle ses ennemis et multiplie les tours de passe-passe. Le mage est un spécialiste du dégât direct, mais peut aussi contrôler la table en gelant ses ennemis. Le démoniste invoque ses créatures infernales, affaiblit ses adversaires et peut aussi payer de sa propre vie pour déclencher des effets dévastateurs. Le druide fait appel aux forces de la nature et peut avoir plus de mana que les autres pour appeler rapidement de lourdes menaces. Le voleur se spécialise dans les dégâts massifs et brusques. Le chasseur appelle ses familiers et inflige de graves blessures. Le chaman canalise les énergies élémentaires et lance des sorts surpuissants, mais qui l’épuisent temporairement. Le guerrier, enfin, porte une lourde armure et un bouclier et se lance dans la mêlée avec fureur.

Blizzard a su, avec un certain brio, restituer en jeu le gameplay des classes de World of Warcraft, et ces classes ayant quelques différences elles se retrouvent dans des façons de jouer différentes: certains vont agir sur le tempo de la partie, d’autres sur des dégâts monstrueux en peu de temps, d’autres encore sur leur survivabilité, et ainsi de suite.

Chaque classe avait, jusqu’à maintenant, un seul représentant, mais les choses ont changé récemment avec trois nouveaux héros qui hélas ne changent pas les pouvoirs de classe… Des skins, chères en plus (autour de 9 euros…).

80594

En terme de modes de jeux, c’est Byzance. D’abord, le premier d’entre eux est le mode partie, où vous ferez vos armes au départ. En effet, à chaque fois que vous jouez une classe, vous gagnez de l’expérience, et lors des premiers niveaux vous gagnerez des cartes spécifiques à votre classe. Ensuite, plusieurs choix s’offrent à vous. D’abord, vous pouvez faire des parties classées avec vos propres decks. Vous progresserez ainsi dans les rangs, sachant que jusqu’au rang 20 vous ne pouvez pas reculer. En revanche, ensuite, vous pourrez perdre des étoiles donc des rangs. Le mode classé n’est pas un mode très jouissif. D’abord, pour le commun des joueurs, vous vous arrêterez autour du rang 14. Allez au-delà exige un peu de talent et de passer pas mal de temps à se dédier au jeu. Or, à ce stade-là, vous allez croiser des joueurs dont les decks sont remplis de cartes légendaires (les plus rares du jeu) et beaucoup trop de matchs se joueront à celui qui en aura pioché une en premier, comme un shifumi de cartes légendaires… Ceux qui iront au-delà seront ceux qui jouent quand même mieux que les autres et ceux qui buildent les autres. Mais pour l’essentiel des joueurs le terminus est dans ces eaux-là.

Il faut savoir que le jeu se joue en saisons qui durent un mois. Après un mois, vous reculerez un peu dans les rangs, mais ne reviendrez pas au début. Et une fois arrivé au rang 1, vous affronterez les autres rang 1 pour monter dans la hiérarchie du rang 1 jusqu’à, peut-être, atteindre les sommets.

Heartstone-1

Vous pouvez aussi vous risquer dans l’arêne, qui est un draft. On vous propose de choisir une classe parmi trois proposées, puis on vous donnera 30 fois le choix entre 3 cartes pour finir par vous constituer un deck. Avec ce deck, vous devrez accumuler un maximum de victoires avant d’avoir perdu 3 fois. Selon le nombre de victoires, vous gagnerez des paquets gratuits, de l’or et de la poussière arcanique. Sachant qu’un paquet coûte 100 pièces, et une arène 150, c’est souvent beaucoup plus rentable.

La poussière arcanique, justement, sert à créer des cartes pour votre collection, et s’obtient en détruisant d’autres cartes ou en arène.

Quant à l’or, il se gagne en accomplissant des quêtes (maximum 3 par jour), qui consistent à obtenir 5 victoires, ou 3 avec le prêtre, ou autres. Il vous permettra, entre autres, d’acheter des boosters de l’édition de base ou de la première et seule pour l’instant extension sortie.

Enfin, deux morceaux ont fait leur entrée récemment.

D’abord, le mode Aventure vous permet d’affronter un raid légendaire de WoW, en affrontant les boss de ce raid. Chacun obéit à des règles propres et joue un deck qui lui est propre. Après l’avoir battu, vous obtiendrez de nouvelles cartes, et la possibilité d’affronter sa version héroïque, beaucoup plus forte. Avec Naxxramas et Rochenoire, vous aurez de quoi faire, sachant en revanche que le droit d’entrée peut se payer en or (et ce n’est pas donné) ou en vrai argent (et c’est pire).

Enfin, dernier mode que je n’aie guère testé, j’avoue, le mode « bras de fer » vous met dans la peau d’un boss en affrontant un autre, sachant que votre première victoire vous rapporte un booster gratuit.

Heartstone-2

PvE ou PvP, le jeu ne manque donc pas de modes de jeux. L’interface est claire, lisible, et même si la gestion de la collection ou de la création de decks aurait pu être optimisé avec un système de filtres plus poussé, il faut bien reconnaître que Blizzard a encore fait un excellent boulot.

Pourtant, quelques petites choses gênent. D’abord, le problème des classes, que j’évoquais plus haut. Ensuite, le fait que même si HS est un bon jeu, il ne peut pas rivaliser avec les jeux les plus aboutis (notamment les jeux réels). Avec un deck de 30 cartes, les possibilités sont moindres qu’ailleurs, et le fait d’être essentiellement statique pendant le tour adverse est un vrai manque.

Enfin, bien que free-to-play, HS n’y va quand même pas avec le dos de la cuillère. Les gros donjons PVE sont TRES chers en or, et autant en deniers, et ces nouveaux persos, beaucoup trop chers, s’adressent surtout aux fanboys qui ont de l’argent à gaspiller, tout en rappelant furieusement le prix largement abusif des personnages de Heroes of the Storm, avec cette réserve que dans HotS on peut au moins les payer avec de la monnaie du jeu.

hearthstone-heroes-of-warcraft-screenshot-ME3050175378_2
Appréciation de MaXoE
8Sélection Best Of MaXoE
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Cela étant, soyons honnête : Hearthstone est un jeu tout à fait réussi, riche, plein de possibilités, et ouvert à plus ou moins toutes les bourses. L'argent et le temps que vous voudrez y investir sera probablement en partie décisif dans votre expérience de jeu, mais dire que le jeu est mauvais serait une lourde erreur. En revanche, dire qu'il est pay-to-win peut ne pas être totalement faux, notamment dans la zone critique de rangs que j'évoquais tout à l'heure. Mais avec beaucoup de temps, vous pourrez effectivement accumuler une belle collection et passer outre l'utilisation de vos vrais brouzoufs durement gagnés !
ON A AIMÉ !
- Interface très réussie
- PvE bien pensé
- Vraie diversité des classes
ON A MOINS AIMÉ...
- Petit creux dans la progression en classé
- Modèle économique douteux
- Gestion de la collection un peu malaisée
Hearthstone
Editeur : Blizzard
Développeur : Blizzard
Genre : Cartes
Support(s) : Autres, Mobiles, PC
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 12/03/2014