MaXoE > GAMES > Tests > PC > Nights of Azure 2 – Bride of the New Moon : Le temps qui cours(e)…
PC / PS4 / Switch
Nights of Azure 2 – Bride of the New Moon : Le temps qui cours(e)…
... Et qui nous force à avancer

Appréciation de MaXoE
6
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après un Nights of Azure sympathique, Gust remet le couvert avec une suite dont le sous-titre est Bride of the New Moon. Si le concept de base reste inchangé, on ne retrouve pas forcément le côté Action-RPG du premier opus mais une approche plus Beat'em all pour ce nouvel épisode. Naturellement, quelques touches ont été apportées, certaines d'entre elles risquent de ne pas plaire aux personnes ayant apprécié le premier volet.

Un scénario pas aussi accrocheur que dans le premier opus

Suite du premier épisode de Nights of Azure, le déroulement du scénario reste très similaire à la première
aventure d’Arnice, et se passe bien après les événements contre Nightlord. Malgré quelques surprises, on regrette que le lien avec les deux épisodes ne soit pas plus approfondi et ne se fasse pratiquement qu’au travers de petites fiches de l’encyclopédie. Mais on regrette aussi que ce second épisode ne soit pas plus travaillé scénaristiquement, en donnant notamment plus d’informations sur le nouvel ordre (Lourdes), et en levant le voile sur certaines questions que l’on peut se poser.

Cette fois on incarne Aluche, une chevalière au service de l’ordre de la Curia, celle-ci doit escorter la
prêtresse Liliana, son amie d’enfance, vers sa propre mort. En tant que prêtresse et avec des pouvoirs aussi grands que la Sainte de l’époque ayant combattu le mal, Liliana doit être sacrifiée afin de sceller les pouvoirs de la Reine de la Lune. Evidemment Aluche ne compte pas laisser son amie se sacrifier et espère trouver une autre solution. Mais alors qu’elle escorte Liliana, elle retrouve Ruenheid, une autre amie d’enfance, et les retrouvailles sont très courtes puisqu’elles se font attaquer par la Reine Noire en personne, qui tue Aluche.

Plus tard, Aluche est ressucitée par une scientifique grâce au sang bleu, mais elle perd une partie de son
humanité à cause de celui-ci en devenant une humaine à moitié démon-vampire. Sa mission : retrouver Liliana qui a disparu depuis l’attaque, et se débarrasser de la Reine de la Lune.

Le concept de base 

Le concept de ce nouvel épisode de Nights of Azure reste le même sur sa base Action-RPG, on retrouve ainsi des batailles en temps réel sur un terrain confiné, on a également des servants pour nous aider lors desdites batailles, et un passage obligatoire à l’hôtel (camp de base) pour tout ce qui est améliorations et annexes. Si l’on reste sur ces bases acquises du premier volet, il y a tout de même des ajouts/modifications de plusieurs petites choses.

Tout d’abord, on retrouve un hôtel qui fait office de camp de base, avant de faire nos escapades à l’extérieur. Dans ce camp, divers services sont proposés : la sauvegarde, l’achat et la vente d’objets/accessoires qui servent d’équipements et les améliorations de l’héroïne ainsi que des servants qui sont de retour dans cet opus. On a aussi les quêtes traditionnelles de chasse aux monstres, et des événements sur le terrain liés à l’amitié avec ses partenaires appelées Lilies.

Les améliorations du camp

Pour ce qui est de l’amélioration des capacités d’Aluche, c’est assez simple et efficace. Il suffit de terrasser des monstres pour récupérer du sang bleu, puis de se rendre au laboratoire de l’hôtel afin de canaliser du sang en Level supplémentaire, ce qui a pour effet d’obtenir des points de compétences. Ces points peuvent ensuite être distribués entre un arbre de compétences à trois branches : une axée sur l’attaque, la seconde sur la défense et la dernière sur l’utilitaire.

Les servants aussi peuvent être améliorés, mais avec des points de servants obtenus après certaines missions effectuées. Pour faire simple, les points de servants sont en « pots » communs, comme pour Breath of Fire Dragon Quarter par exemple. C’est-à-dire que si l’on a dix points et que l’on utilise deux points pour augmenter les statistiques du servant Nero (un Trickers), les autres servants n’auront plus que huit points à se partager entre eux. Il y a donc un petit côté tactique à ces améliorations. Sinon les servants peuvent aussi évoluer en se réincarnant une fois qu’ils ont atteint un Level maximum, le but étant de dépasser les statistiques qu’ils avaient à la base. Un système déjà connu donc.

Un temps très contraignant

En partant en mission, il y a deux choses à savoir : la première, c’est qu’il faut former un groupe, c’est-à-dire que l’on doit choisir une partenaire Lily pour nous accompagner, et deux servants. Oui, le nombre des servants n’est plus limité à quatre comme dans le premier opus mais à deux seulement. Pourquoi ? Simplement parce qu’ils ont une nouvelle utilité et qu’ils sont scindés en deux catégories : les Strikers qui peuvent se transformer en nouvelle arme (lance,…) et les Trickers qui ont une capacité spécifique servant à débloquer de nouveaux chemins et à accéder à certains coffres. Faire un choix entre une arme transformable et une capacité de feu pour brûler des ronces peut s’avérer être cornélien sur le papier, mais en jeu ce choix est plutôt radicalisé vers les capacités.

Et pour cause puisqu’une autre information capitale entre en compte : le temps. Si l’on avait du temps pour effectuer des missions dans le premier épisode, ici ce temps a deux contraintes : les sorties à l’extérieur sont limitées par un chrono, et les jours qui passent. Dans le premier cas, le chrono, on a dix minutes (au début) pour réaliser un maximum de choses et réussir la mission en cours afin de retourner à l’hôtel, passage obligé pour Aluche qui ne doit pas dépasser ses limites et donc se reposer. Et pour le second, les jours qui passent et qui sont eux aussi limités en nombres.

Pour expliquer assez simplement les jours qui passent, dès que l’on passe une nuit à l’hôtel après avoir réussi sa mission, un jour est décompté mais on peut également « perdre » un jour si le temps arrive à zéro sans que l’on ait fini sa mission en cours. Ce système est assez stressant puisqu’il faut planifier la moindre de ses sorties (en réalisant un maximum de choses), sachant que si vous n’avez plus du tout de jour (c’est-à-dire atteindre la nouvelle lune), cela signifie purement et simplement le Game Over et il faut donc recharger l’une de ses anciennes sauvegardes. Mais le système de jour n’est pas fermé puisqu’il n’est pas limité en « nombre fixe », c’est-à-dire que si l’on perd des jours on peut également en gagner d’une façon spécifique, et cette façon consiste à vaincre un boss.

Au final, c’est un système assez contraignant puisque l’on est en quelque sorte obligé d’avancer, les jours étant relativement justes pour atteindre la fin du titre. Autant dire que pour ceux qui aiment prendre leur temps, ils vont forcément passer à côté de choses comme les quêtes événements Lilies, qui s’avèrent être un rapprochement (pour rester avec pudeur dans le thème Yuri/Lesbien) entre personnages, mais qui permet aussi de débloquer de nouvelles techniques de combat lorsque l’affinité augmente. En conclusion, il faut donc bien deux parties pour faire complètement le tour du soft.

Une approche plus Beat’em All qu’avant

Les combats se déroulent toujours en temps réel dans des environnements confinés, mais optent pour un côté plus spectaculaire et bourrin façon Beat’em all plus que stratégie/action. On peut toujours sauter, esquiver, faire des parades et utiliser deux attaques de base et les combiner entre elles pour réaliser divers combos. On peut aussi changer d’arme (épée, lance,…) grâce aux servants Strickers. Par contre certaines de ces armes (en fonction de leur « classe ») ayant des combos trop similaires, on a tendance à les délaisser et à se concentrer sur l’arme de base, pour les combats principalement. Aluche peut également utiliser des petits sorts pour aider ses alliés et elle-même qui coûtent des points de magie et vont du soin en passant par des boosts temporaires d’attaque et de défense.

On a aussi la possibilité de donner des directives simples à la Lily qui nous accompagne : attaquer le même ennemi que nous, rester sur la garde, libre de son choix,… En combinant nos attaques avec une Lily, une petite musique s’enclenche, signe d’un rapprochement entre les protagonistes augmentant diverses jauges par la même occasion.

Plus vite les jauges augmentent, plus vite on peut enclencher un skill spécifique voire une attaque dévastatrice et utile. Chaque skill et attaque étant spécifique à chaque Lily, certaines étant axées sur la défense et les dégâts à distance, d’autres au corps-à-corps. Le système des Lilies aurait pu vraiment apporter un plus, aurait pu, parce que le temps vient gâcher l’évolution des attaques Lilies. Le temps étant court, on ne peut pas s’attarder sur l’affinité qui débloque de nouvelles attaques au risque de prendre un Game Over.

Les servants limités à deux pour de l’exploration sont désormais « autonomes », c’est-à-dire qu’on ne les appelle plus pour combattre puisqu’ils sont directement sur le terrain en toute circonstance. Néanmoins, on peut effectuer une attaque spécifique avec eux en pressant une touche et utiliser cette « capacité » (si c’est un servant Trickers) avec le décor, comme une flamme sur de l’essence pour faire brûler des ennemis, ou se servir d’un servant Strikers pour transformer son servant en nouvelle arme. L’approche est donc plus orientée Beat’em all, cela reste sympathique mais on aurait aimé l’utilisation de stratégie en plus sans avoir le stress permanent du temps.

Rien de nouveau du côté des graphismes ou du moteur graphique

Comme pour le premier épisode, tout le soin a été apporté aux personnages (monstres inclus) et aux effets visuels dans cette ambiance toujours aussi sombre. Quant aux environnements, ils sont toujours vides et restent dans l’aspect Old-Gen. C’est dommage, on aurait aimé voir une évolution de ce côté-là.

Les voix restent dans la lignée de son prédécesseur, à savoir de belles intonations japonaises et des sous-titres exclusivement en anglais. Pour terminer sur la partie sonore, on retrouve avec plaisir le trio Kazuki Yanagawa, Daisuke Achiwa et Hayato Asan.

Testé sur une version PS4

Appréciation de MaXoE
6
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Nights of Azure 2 - Bride of the New Moon n'est pas un mauvais jeu, mais on l'a trouvé moins accrocheur que l'aventure d'Arnice. Si le développement de l'histoire n'est pas aussi profond que pour le premier opus, tout n'est pas à jeter pour autant, on peut citer le système des servants, les Lilies, les améliorations et la base du système des combats améliorée. Mais pour ce second épisode, on sent que les développeurs cherchent encore une base de gameplay, le premier était vraiment orienté Action-RPG avec une dose de stratégie, alors que pour ce second soft, on a une tendance plus Beat'em all façon Dynasy Warriors. Le point le plus important qui risque de faire polémique, c'est le temps, non pas le chrono mais le fait d'avoir des jours limités qui nous forcent à avancer et à tout planifier par avance. Ce qui forcément nous fait passer à côté de diverses choses, du coup on ne prend que des servants Trickers, on ne se sert que d'une seule Lily, et on fonce,... Et cela ne va pas forcément plaire à tous les joueurs/joueuses. Compte tenu de ces différents points, notre note réelle est un 6,5/10.
ON A AIMÉ !
- Le challenge mais...
- Le système des servants
- Le système des Lilies
- Les améliorations
- La base des combats
ON A MOINS AIMÉ...
- ... Le temps (limité en jours) est très contraignant...
- ... Ce qui nous pousse à tout planifier...
- Et à ne pas profiter entièrement des diverses possibilités du titre
- Le scénario moins accrocheur que celui d'Arnice
- Des environnements vides
Nights of Azure 2 – Bride of the New Moon : Le temps qui cours(e)…
Nights of Azure 2 - Bride of the New Moon
Editeur : Koei Tecmo
Développeur : Gust
Genre : A-RPG
Support(s) : PC, PS4, Switch
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 27/10/2017