Focus Spécial Joker
MaXoE > GAMES > Tests > PC > Retour sur F1 2015
PC / PS4 / Xbox One
Retour sur F1 2015
L'art de rester sur sa F1

Appréciation de MaXoE
6
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après F1 2014, qui était tout de même fortement décevant mais laissait espérer que Codemasters sortait un jeu pour maintenir sa licence tout en concentrant ses efforts sur F1 2015, c'est peu dire que d'affirmer que ce nouvel opus était terriblement attendu. Pour ce premier véritable opus sur next-gen, va-t-on retrouver l'envie de brûler de la gomme ?

 

F1_2015_May_01

Problème : le premier contact, visuel, est pour le moins édifiant.

C’est moche. Mais alors moche. D’une force. Dès la cinématique d’entrée. Et l’impression se confirme avec un menu un peu trop austère pour être honnête.

En revanche, une fois dans le baquet, les choses s’améliorent. Déjà visuellement, avec un petit progrès, mais encore loin de la concurrence.

f1-2015

Quelle que soit la console, les jeux de simulation ont grimpé en exigence récemment, avec des titres comme Forza 6 le légendaire ou Project Cars, qui compense un contenu limité par une conduite remarquable. Du coup, F1, qui avait entretenu une tradition d’excellence constante en la matière, parfois jusqu’à l’excès, se devait d’être assez pointu. La précision des commandes, déjà, est excellente, ce qui est un très bon point de départ. Evidemment, une manette ne vaudra jamais un volant de grande qualité, mais on s’en sort honorablement avec un bâton de joie. En revanche, F1 2015 confirme le virage arcade entrepris par le 2014 : sans tomber dans un jeu purement folklorique, on sent quand même un net relâchement de l’exigence, ce qui en soi n’est pas une mauvaise nouvelle pour les amateurs, mais beaucoup moins pour les acharnés. Quoi qu’il en soit, cependant, le plaisir est réel, bien que gâché par le bruit immonde des nouvelles motorisations, immonde parce que trop réaliste !

Du côté des modes de jeu, on est en terrain connu : en dehors de la course libre (allant du WE de qualif à la course seule), le multijoueur et le ghost mode, on retrouve un mode Saison Pro, qui remplace un réel mode carrière : hélas. Vous allez donc jouer toute une saison de F1, en temps réel (sans possibilité de zapper), et en vue intérieure (oui, une seule et unique caméra, là où le jeu en affiche d’autres à l’occasion…). Cela traduit une exigence louable, tout autant que les dégâts subis par votre véhicule ou les sorties de pistes, mais on aurait alors voulu que cette exigence se traduise partout, à commencer par une conduite un peu plus pointue, car on a l’impression, du coup, d’un jeu qui se cherche entre accessibilité accrue et autisme aggravé…

Toujours est-il que ces WE consécutifs de course pourront avoir leur charme, et que les amateurs pourront éventuellement tordre le cou à leur exigence pour retrouver le plaisir potentiellement grisant de leur hobby.

news_e3_gameplay_de_f1_2015-16715

Mais pire que tout cela, il y a l’IA. Pour l’IA, vous n’êtes pas là. Elle a son chemin, sa trajectoire, et elle ne s’en détournera jamais. Jamais. Autant dire que les impacts involontaires seront légion, et, plus grave, que vous allez perdre des points à cause de collisions qu’il ne vous appartenait pas d’éviter et que vous n’avez pas provoqué.

www.youtube.com_1

Testé sur PS4

Appréciation de MaXoE
6
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Tout cela laisse une impression très étrange. Si certaines choses sont correctes, et si les furieux trouveront ici un petit sucre entre deux grands prix, on ne peut s'empêcher de se dire que pour la seconde année consécutive, Codemasters frôle le hors sujet, avec un travail esthétique et sur l'IA totalement bâclé, et un jeu qui en termes de sensation ne sait pas se positionner sur le marché actuel. Seul sur son créneau, il ne risque pas grand chose, mais Codemasters devrait redouter l'arrivée d'un concurrent un peu agité, et surtout, surtout, a le devoir de redresser la barre très rapidement pour une future version 2016 que l'on voudrait enfin digne des new-gen. Car si on a pu être patient l'an dernier, nous le sommes déjà moins cette année, et une prochaine version de ce genre sonnerait le glas de toute tentative de bienveillance...
ON A AIMÉ !
- La Saison Pro
- Des sensations moins fines qu'avant, mais agréables
ON A MOINS AIMÉ...
- Une IA de Lapin Crétin
- Des modes un peu chiche
- Visuellement à la traîne
Retour sur F1 2015
F1 2015
Editeur : Codemasters
Développeur : Codemasters
Genre : F1
Support(s) : PC, PS4, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 - multi en local ou en ligne
Sortie France : 10/07/2015