A l’occasion de la sortie du dernier Call Of Duty qui revient à ses premiers amours, à savoir la deuxième guerre mondiale, nous vous proposons de revenir sur ce moment de l’histoire et comme d’habitude nous allons le décliner selon les thématiques qui nous sont chères : la BD, le cinéma, les jeux vidéo, la musique et puis plein d’autres choses bien sûr.  Il fait suite au précédent Focus que nous vous avions proposé sur la Grande Guerre. Notre ... En savoir plus !
MaXoE > GAMES > Tests > Mobiles > Stronghold Kingdoms : la version mobile entre nos pattes
Mobiles / PC
Stronghold Kingdoms : la version mobile entre nos pattes
On retrouve la licence que l'on connaît

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Stronghold Kingdoms est un MMO de gestion/stratégie assez célèbre. Il permet, dans un monde persistant de construire ses villes, ses châteaux, en négociant mais aussi en croisant le fer. Il débarque sur mobiles, voyons voir ce qu'il en est.

Un petit rappel

Avant de commencer ce test, nous vous rappelons que nous vous avons déjà proposé un test de la version mac ici. Mais nous allons revenir rapidement sur le gameplay. Il s’agit d’un MMO persistant dans un univers médiéval. L’aspect MMO implique donc des tas de joueurs en ligne et l’aspect persistant veut dire que le monde continue d’évoluer même si vous ne jouez pas. 

Vous devez gérer deux choses dans le jeu, votre village et votre château. Concernant le village, il va falloir y mettre des bâtiments, chercher des ressources, construire des maisons … Vous connaissez la musique, c’est le type de jeu que l’on connait, qui consiste à gérer ses ressources, à optimiser le placement de vos bâtiments pour que la production soit efficace, à surveiller sa population, … Le château concerne l’aspect guerrier. Il faut le fortifier mais aussi y placer vos troupes de défense

On retrouve toutes les subtilités d’un titre de ce genre. Vous pouvez construire toutes sorties de bâtiment permettant de produire des ressources ou d’augmenter le moral de votre population. Ces mêmes bâtiments dépendent de la recherche que vous mènerez dans différents domaines. 

Et puis il faut se munir d’une armée, pour défendre son territoire ou attaquer celui des autres. La guerre n’est pas indispensable mais elle peut aider. Ainsi, la carte du monde vous permet d’envoyer des ressources, des éclaireurs, des troupes, des renforts ou encore des moines. Mais avant d’envoyer des choses aux autres, essayez d’attirer du monde sur votre terre. Pour cela vous pouvez jouer sur les impôts, sur les rations alimentaires, sur les doses de bières, … Appartenant vous même à un comté, vous devrez vous acquitter de certains impôts pour la communauté. Vous pouvez aussi négocier des marchandises dans les différents marchés des terres avoisinantes. Donc, vous l’avez compris, on construit, on marchande, on se bat, on améliore, … Le soft le fait très bien. Les mécaniques de jeu sont très fines, très bien faites. Franchement les fans de gestion et de stratégie vont s’éclater mais les nouveaux venus pourraient trouver le titre un peu compliqué au début. 

Et puis il y a les cartes à jouer. Ce sont des bonus vous permettent d’avoir des boost en tout genre. Et c’est là que le bât blesse. Nous l’avions déjà dit à l’époque, les micro-transactions (comme pour l’achat de ces cartes) se révèlent indispensables pour vraiment étendre votre royaume dans un temps raisonnable. Mais si vous n’êtes pas pressé ou peu ambitieux, le titre peut se jouer totalement gratuitement. 

Et la version mobile ?

Graphiquement, tout est pareil. On retrouve les mêmes graphismes du terrain, des unités, des bâtiments. Et d’ailleurs cela a pris un ptit coup de vieux.

Du côté de la maniabilité et de l’ergonomie, il est clairement difficile d’adapter ce genre de soft. On accède aux menus via des icônes présents à l’écran, icônes qui prennent d’ailleurs une place non négligeable. Les menus ne sont pas toujours lisibles, certaines fonctions sont vraiment ergonomiques alors que d’autres pas forcément. Parfois même on a des soucis de chevauchement qui nous empêchent de valider nos actions. Le texte peut aussi se révéler trop petit sur certains écrans. Pour tout vous dire on vous conseille surtout de jouer sur tablette pour cela. Cela dit, globalement on arrive à jouer sans trop de heurts, c’est le principal. 

On peut même dire que l’exercice est réussi. On retrouve le même jeu et son adaptation sur petit écran est plutôt réussie, mis à part ces petits soucis d’ergonomie et de lisibilité. Mais ce qui est surtout intéressant ici, c’est l’arrivée toute récente du cross-play. Celui-ci permet ainsi de passer de la version mobile à la version ordi ! Là c’est vraiment bien car dans ce genre de jeu, il faut pouvoir y accéder régulièrement ne serait-ce que pour contrôler deux trois choses rapidement, entre deux stations de métro. Ainsi, pour moi, cette version mobile est surtout le complément idéal de la version ordi. 

Testé sur Android

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Stronghold Kingdoms reste Stronghold Kingdoms. C'est du sérieux, c'est sûr. Les mécaniques sont finement élaborées, c'est bien foutu. Il n'est, cependant, pas toujours facile d'accès pour les nouveaux et le recours aux micro-transactions semble indispensable si vous voulez aller vite. Le vrai plus, c'est vraiment de pouvoir jouer en vadrouille et d'alterner entre la version ordi, plus pratique, et la version téléphone. Un complément plutôt bien foutu donc.
ON A AIMÉ !
- Le monde persistant
- Les mécaniques complexes
- La liberté dans le développement de son univers
- Le cross-play
ON A MOINS AIMÉ...
- Une interface pas toujours au point
- Les micro-transactions peuvent se révéler prépondérantes
- Des graphismes qui ont vécu
Stronghold Kingdoms : la version mobile entre nos pattes
Stronghold Kingdoms
Editeur : Firefly Studios
Développeur : Firefly Studios
Genre : Gestion/stratégie
Support(s) : Mobiles, PC
Nombre de Joueur(s) : 1-n
Sortie France : 31/08/2017