MaXoE > GAMES > Tests > PC > Terminator Resistance : du FPS à l’ancienne dans une ambiance sympa

Terminator Resistance : du FPS à l’ancienne dans une ambiance sympa

NOTE DE MaXoE
6
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
La licence Terminator a connu des hauts et des bas que cela soit au cinéma ou dans le monde vidéoludique. Alors que le film Dark Fate n'a pas franchement emballé les foules, voilà un nouvel opus dans votre salon. Alors, est-ce vraiment la fin du monde ?

Une précision d’entrée de jeu. Le titre vous positionne dans ce futur obscur, 30 ans après Terminator 2, dans lequel les machines ont pris le pouvoir. Ambiance assurée : villes en ruine, robots qui patrouillent en permanence et humains vivant dans des endroits sombres. Miam ! Vous incarnez Jacob Rivers, un membre de la résistance humaine située du côté du Pacifique. Il est un des rares survivants de cette division. Vous voilà donc errant dans de nouvelles zones à la recherche de la résistance locale.

Classique, efficace

Parlons tout de suite du gameplay : on a affaire à un FPS old school. Les déplacements sont basiques. On est très loin de la souplesse des mouvements d’un Call Of Duty ou d’un Battlefield. Notre personnage avance, court et saute, il peut se planquer mais il n’y a pas de visée moderne qui permet de sortir en douce de la planque simplement pour ajuster un adversaire. Non, pour tirer il va falloir se déplacer hors de la cachette. Le titre vous propose une  approche bourrine ou sous forme d’infiltration, les ennemis auront ainsi une jauge de détection vous donnant une idée de leur degré d’alerte. C’est ce que j’ai aimé dans le jeu : jouer avec la vigilance de ces satanées machines. Vous le voyez, on est dans une approche plus que classique mais pour autant pas désagréable.

Le jeu est également assez classique dans sa gestion de l’inventaire et des améliorations.  Ainsi, côté arbre de compétences, c’est du plus que simplifié : il a trois branches principales, Combat, Science et Survie. Vous allez pouvoir améliorer votre furtivité ou l’efficacité de vos armes mais aussi devenir meilleur en crochetage ou en fabrication. Entre autres …

Il y a un petit quelque chose de Homefront dans ce soft. La carte nous montre ainsi les objectifs principaux et secondaires, les établis pour bricoler vos armes, les planques, … En parlant de l’établi, vous en trouvez ici ou là et ils vous permettent de fabriquer divers objets utiles à votre quête : des trousses de secours, des munitions, des grenades, des stimulants, … Et pour cela, il faudra récolter ce qu’il faut sur le terrain, du tissu, du métal, enfin bref, toutes sortes de choses. Il y a aussi des séquences de crochetage, assez faciles, et du piratage. Et là on vous propose de jouer avec une sorte de Frogger (si si) pour pirater le système. Marrant. Les missions sont variées, elles vont de l’assaut d’une base ennemie à la récolte d’objets en passant par le sauvetage de personnes en danger. Le monde est plus ou moins ouvert en fonction des zones ce qui donne une jolie impression de liberté.

Le respect de la licence

Les machines sont assez redoutables, c’est pourquoi je vous conseille de les éviter. Votre arsenal est conséquent mais souvent un peu léger par rapport à leur puissance de feu. Vous bénéficiez d’une vision ultra permettant de voir vos ennemis en surbrillance et donc d’anticiper leurs rondes. Ce sera bien utile face aux T-800 qui sont vraiment très costauds. J’ai apprécié cela dans le jeu car on a souvent un sentiment d’impuissance et donc de fragilité qui fait monter l’adrénaline. Et c’est bien la qualité principale du titre. Le stress monte rapidement en raison de cette impression d’être un petit poucet dans le monde des grands. Rassurez-vous, vous ne serez pas qu’un lapin fuyant les vilains chasseurs, non vous allez forcément éliminer des ennemis mais, encore une fois, il est souvent préférable de la jouer profil bas. Heureusement leur IA est assez faible et c’est un comble quand on y pense !

On retrouve donc le bestiaire classique de la licence et aussi cette ambiance apocalyptique. Si vous aimez ce type d’univers, vous serez servi. Vous ne vous battez pas tout le temps, certaines phases sont plus reposantes, vous explorez un peu les zones humaines et vous dialoguez avec vos congénères. C’est un système de dialogue à choix qui donne une petite teinte RPG à l’ensemble.

Côté graphismes, on est très loin du compte de la génération de consoles actuelle. C’est vraiment assez moyen il faut bien le dire. Même la direction artistique n’est pas au top, on retrouve les décors très classiques de ce genre de jeu sans coup de génie graphique. Côté son, le job est bien fait et puis on bénéficie des grands thème de l’œuvre cinématographique. 

Le plus gros regret vient de la durée de vie, le titre est plutôt court (environ 10 heures de jeu). J’aurais aimé qu’un mode multi vienne un peu rallonger la sauce.

Testé sur PS4

NOTE MaXoE
6
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Voilà un jeu honnête. Les fans de FPS plus modernes risquent cependant de ne pas accrocher car le titre manque de souplesse dans le gameplay et d'originalité dans ses mécaniques. Mais j'ai apprécié son ambiance fidèle au film et les séquences d'infiltration qui peuvent se révéler bien stressantes. Sympathique en somme mais il lui manque quelques petites choses pour devenir un grand.
ON A AIMÉ !
- Une ambiance fidèle
- Des moments assez stressants
- Les dialogues
ON A MOINS AIMÉ...
- Un FPS très classique
- Des mouvements à l'ancienne
- Pas de multi en ligne
- un peu court
Terminator Resistance : du FPS à l’ancienne dans une ambiance sympa
Terminator : Resistance
Editeur : Reef Entertainment
Développeur : Teyon
Genre : FPS
Support(s) : PC, PS4, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 15/11/2019

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...