MaXoE > GAMES > Tests > PC > Toukiden 2 : La main du démon

Toukiden 2 : La main du démon
La chasse est ouverte !

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après un bon Dynasty Warriors Godseekers qui nous a pris à contre-pied et un insipide Berserk and the Band of the Hawk, le duo formé par Koei Tecmo et Omega Force nous revient pour la troisième fois cette année en Europe avec Toukiden 2, le troisième épisode de la franchise. Quid de ce nouveau Beat'em All / Monster Hunter-Like ?

Perte de mémoire
L’histoire se déroule peu de temps après Toukiden Kiwami (Vous pouvez retrouver notre test de la version Age of Demon à cette adresse). En tant que Slayer, l’un des protecteurs de l’humanité, notre devoir consiste à éliminer des démons du folklore japonais féodal, les Onis. C’est dans la ville de Yokohama, prologue qui sert d’apprentissage des bases, que l’on doit purger les monstres afin de faire de la ville, le quartier général des Slayers. Mais après avoir anéanti tous les démons, un Oni géant débarque et nous aspire dans une sorte de nuage bleuté (un portail).

C’est peu après que le « Professeur » et Tokitsugu (une machine aux allures de Bibi de Final Fantasy IX) découvre le Slayer que nous incarnons. Loin de la ville de Yokohama, le Slayer est devenu amnésique (le cliché du héros amnésique est de retour, et on en connaît beaucoup, une liste serait trop longue…). Pour essayer de recouvrir la mémoire et savoir où il se trouve, il enquête et à force découvre que dix ans se sont écoulés et qu’il se trouve dans le village de Mahoroba.

Jeu de mains,…

Toukiden 2 est décrit comme un Beat’em All 3D, c’est-à-dire que pour progresser, il faut anéantir les ennemis, en martelant les touches d’attaque très souvent. Mais contrairement aux jeux du genre (Heavenly Sword, Genji, Onimusha, Ninja Gaiden,…) Toukiden 2 nous fait plutôt penser à un Monster Hunter-Like, dont il reprend en grande partie tous les aspects. Au final, on se retrouve donc avec un mix entre Beat’em All lorsque les combats se font contre de petits monstres, et plus technique façon Monster Hunter-Like lorsque les ennemis ont une taille imposante. Mais Toukiden 2 emprunte également une grande partie de la panoplie technique des Monster Hunter. Pour rappel, un Monster Hunter-Like est tout simplement un « jeu de chasse aux monstres », où l’on peut équiper toute une panoplie d’armes et d’équipements, ceux-ci influençant sur les capacités et déplacements du guerrier. Il y a également une jauge d’endurance qui s’épuise à chaque coup, avant de se remplir si l’on ne fait aucune action. A noter que même si le titre dispose d’éléments RPG en plus, comme des quêtes ou des matériaux, il n’y a absolument pas de montée en xp, tout se joue donc sur l’équipement que l’on porte, l’endurance et notre dextérité en jeu.

Comme généralement pour ce genre de jeu, tout commence par la personnalisation du personnage. Le choix est relativement vaste et varié pour se « créer un avatar » digne de ce nom. On personnalise la taille, le poids, les yeux, les cheveux,… Mais on choisit aussi les premières armes que l’on équipe, on pourra en changer plus tard. A ce sujet, en plus des traditionnelles lances, épée simple, épées double, arc, Kusarigama,… qui change notre façon de jouer, deux nouvelles armes font leur apparition : le mix épée/bouclier pour jouer sur la défensive, et le Zabimaru, sorte d’épée fouet qui semble être un mix deux armes.

Face à un monstre, en pleine action, avec les différents coups à enchaîner, les attaques spéciales et autres appuis de soutien, l’ensemble est relativement plaisant, dynamique, on se sent puissant sans pour autant être invulnérable. Si l’on se perd face à un groupe, on peut se servir du lock-on pour se focaliser sur un ennemi unique. Mais avant d’adopter une arme définitivement, il convient de les essayer une par une. Ainsi, on peut essayer chaque différent style de combat afin de trouver celui qui nous correspond le mieux. L’approche à distance s’opère avec un arc, tandis que les bourrins opteront plutôt pour des épées double. Dans notre cas, nous avons opté pour un changement entre trois types d’armes : la violence du Zabimaru, le Kusarigama et les épées double. Mais il ne faut pas oublier de surveiller la jauge d’endurance (fatigue) à chaque action que l’on effectue, sous peine d’être épuisé rapidement.

Nous retrouvons également le système des Mitamas, ces âmes de héros tombé à la guerre. Concrètement, chacun de ces héros peut évoluer en niveau et nous servir de soutien une fois équipés. Ils pourront par exemple nous octroyer la possibilité d’utiliser un sortilège de soin, un boost d’attaque temporaire, élémentaire,… la liste est grande, il ne faut pas hésiter à y avoir recours dans certaines situations.Demon Hand

La principale nouveauté de cet épisode vient de la « Demon Hand ». Cette main du démon augmente sensiblement le dynamisme en combat. On pourrait assimiler les techniques de cette main du démon à celle de la « Grim Hand » de Devil May Cry 4 ou Onimusha 3. Concrètement, cette main spectrale dispose d’une jauge associée. Lorsque celle-ci n’est pas pleine, on s’agrippe à l’ennemi pour ensuite lui infliger de nombreux coups aériens (chose qu’il n’est pas possible de faire sans, ou presque). Mais ce n’est pas la seule fonction de cette main du démon. Toujours sans une jauge au complet, il est possible de s’accrocher aux arbres et autres plates-formes pour voir le monde d’en haut avant de passer à l’action. Ce qui nous ramène à une utilisation comme celle des deux titres cités précédemment plus haut donc.

La dernière fonction utilisable nécessite une jauge pleine. Si, en voyant cette action, les amateurs y
reconnaîtront un dérivé de God Eater et Soul Sacrifice, c’est tout à fait normal puisque le principe de démembrement y est le même. En se focalisant sur une partie sensible, on démembre par exemple un bras, puis on se lance avec ses alliés (IA ou jusqu’à quatre joueurs en ligne) dans un assaut frénétique, tout en gardant l’ennemi à terre pour lui infliger un maximum de dégâts.

Mais les Onis ne se laisseront pas faire, il faut faire attention à leurs actions où sinon la jauge de PV risque de faillir à tout moment. Pas de panique, pour devenir plus résistant et se préparer aux combats qui nous attendent, il suffit de chercher des matériaux sur le terrain, puis de forger des armes grâce au forgeron du village. Ainsi, pour la première fois disponible en monde semi-ouvert, le monde de Toukiden 2 recèle d’éléments à récolter (matériaux et Mitamas). Et lorsque l’on pense monde semi-ouvert, ce qui nous vient directement à l’esprit c’est l’exploration. Si certains titres nous laisse explorer à notre convenance, Toukiden 2, lui, fractionne le monde en différentes zones. Pour y avoir accès, il est nécessaire de réaliser des quêtes scénarisées. D’un côté, ce système nous fait découvrir le monde sans se sentir perdue, de l’autre, la linéarité se fait nettement sentir. Surtout que ces zones n’ayant pas bénéficié d’un Level Design égal, que ces monstres et boss rencontrés ne changent pas d’emplacement et qu’il y a un cruel manque de vie, cela ne nous incite pas à faire de l’exploration une priorité.

Inégal

Graphiquement, les résultats sont assez inégaux. Les scènes cinématiques donnent un très beau rendu. Mais une fois en jeu, on se pose la question de savoir si l’on est sur une PS4 ou une PS3, tant les environnements sont inégaux en terme de qualité et d’ambiance. Le vécu du jeu sur PS3 au Japon laisse apparaître quelques lacunes techniques, comme des chutes de framerate, quelques traces d’aliasing et des textures plutôt baveuses par moments. Pour la partie sonore, les musiques collent parfaitement à l’ambiance de ce Japon féodal. On regrettera l’absence de sous-titres français, d’autant qu’il y a beaucoup de dialogue, le jeu proposant des sous-titres anglais, et des voix anglaises ou japonaises.

Testé sur une version PS4

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Après Toukiden Age of Demons et Toukiden Kiwami, Omega Force se concentre sur des éléments de gameplay pour lui insuffler quelques nouveautés. Parmi celles-ci, le monde semi-ouvert, si celui-ci partait d'une bonne intention, l'inégalité des environnements et du Level Design ainsi que des monstres ne bougeant pas d'emplacements, ne nous incitent pas plus que cela à les explorer. Même si le titre peut devenir répétitif en solo, il sauve les meubles grâce à ces combats et cette Demon Hand qui rendent dynamique chaque affrontement. Toukiden 2 s'adresse particulièrement aux fans de Monster Hunter-Like, et de Japon féodal, et de ce fait, en fait une bonne alternative aux jeux du genre.
ON A AIMÉ !
- Demon Hand
- Les nouvelles armes
- Un monde semi-ouvert
- Beaucoup de contenu
ON A MOINS AIMÉ...
- Quelques lacunes techniques
- Aucune traduction française
- Les monstres qui restent "sur place"
Toukiden 2 : La main du démon
Toukiden 2
Editeur : Koei Tecmo
Développeur : Omega Force
Genre : Beat'em All / Monster Hunter-Like
Support(s) : PC, PS Vita, PS4
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 4 (en ligne)
Sortie France : 24/03/2017

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ. Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...