MaXoE > GAMES > Tests > PC > Retour sur Game of Thrones : Le Trône de Fer – vaincre ou périr

Retour sur Game of Thrones : Le Trône de Fer – vaincre ou périr

NOTE DE MaXoE
9Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
"Au jeu des Trônes, il faut vaincre ou périr". Ainsi Cersei Lannister définit-elle la guerre implacable que se livrent les grandes maisons pour ceindre la couronne et prendre le pouvoir sur tout ou partie de Westeros. Le Trône de Fer est une saga bien connue des amateurs, mais qui commence largement à déborder du seul cadre des initiés à la faveur notamment d'une série télévisée qui en dépit de certaines libertés reste une excellente adaptation. Cyanide, grand spécialiste de la licence juteuse récupérée au bon moment et exploitée au meilleur moment, s'est donc empressé de rentabiliser son achat, d'abord avec le Genesis testé dans nos colonnes, plutôt moyen, et maintenant avec un jeu de rôles. Périlleux? Pas qu'un peu!

Vouloir faire un jeu de rôles dans l’univers du Trône de Fer est ce que l’on peut appeler un coup de folie. La saga se démarque notamment par la qualité de ses personnages, toujours complexes et cohérents, ses intrigues extrêmement complexes, mais aussi des dialogues ciselées à la précision remarquable. Et ce n’est pas faire offense au monde du jeu vidéo que de considérer que l’on atteint rarement le nirvana en la matière. Aussi, l’appréhension au moment de lancer le jeu, lorsque l’on est un fanatique assidu comme votre serviteur, est bien palpable.

Début des hostilités avec un personnage, un garde de nuit. Le vieux briscard que l’on nous invite à jouer est un vieux de la vieille, bourru et rompu au combat, à la loyauté indéfectible. On commence donc doucement à prendre la mesure du personnage et du système de combat. Las, deux constats s’imposent : d’abord le jeu, et en particulier les visages, est terriblement laid. Textures minimalistes et peu variées, personnages rigides, visages figés… Sans espérer les excès d’un LA Noire, on est quand même dans des standards de qualité très inférieurs à ce qui se fait maintenant.

De la même manière, le système de combat, basé sur une pause active chère à Cyanide, montre rapidement ses faiblesses : quelques combinaisons de techniques sautent aux yeux et permettent de triompher sans difficulté de l’essentiel des combats. C’est pourquoi il vaut peut-être mieux commencer en difficile, car une fois le pli pris, le jeu devient une partie de plaisir de ce point de vue là…

Seule consolation, les contrôles ont été pensés pour des manettes (l’inventaire en est une preuve douloureuse) mais on peut tout à fait s’en sortir au clavier.

Enfin, les séquences d’infiltration, originales et dont nous ne vous dévoilerons pas la nature, tournent vite en rond et sont beaucoup trop aisées.

Et pourtant, le jeu est une réussite, pour la plus simple des raisons : c’est une adaptation remarquable.

D’abord, nous allons être amené à jouer un autre personnage, un prêtre rouge qui revient sur ses terres pour les revendiquer à la mort de son père. Les deux personnages étant, par nature, déconnectés du jeu des trônes, c’est donc avec le joueur qu’ils vont faire leur apprentissage, le prêtre étant néanmoins plus raffiné par son éducation, là où le garde de nuit sera plus direct mais pas nécessairement moins performant.

Evidemment, les deux vont être confrontés à une histoire qui parait relativement simple, mais va se compliquer de manière exponentielle, jusqu’à devenir un scénario largement digne des romans, absolument passionnant et captivant, qui interdit de lâcher le clavier tout comme il est impossible de lâcher les livres lorsque l’on s’est plongé dedans (ils arrivent même à convertir les bibliophobes, c’est dire!).

Et que serait un beau scénario sans beaux dialogues? Et là encore, Cyanide a réalisé un tour de force : non seulement les dialogues sont brillants, mais le joueur devra triplement peser chacun de ses mots. Premièrement, pour ses effets à court terme. Deuxièmement, pour ses effets à long terme, certaines décisions ou certaines paroles ayant des effets deux à trois chapitres plus tard, voire au delà. Troisièmement, parce que la façon dont on mène ses conversations aura un impact direct sur des talents que le personnage pourra débloquer et qui enfluonceront son potentiel.

Car le jeu n’oublie pas qu’il est un jeu de rôle : chaque personnage a ainsi des caractéristiques, des talents spéciaux (comme le fait d’être ambidextre) qui seront compensés par autant de malus (l’hémophilie, par exemple), mais aussi un arbre de compétences, largement dépendant de la classe choisie au départ. Difficile d’en dire plus, mais sachez que les classes peuvent évoluer, et que vos choix n’y seront pas étrangers.

Difficile d’en dire bien davantage sans risquer de basculer dans le spoiler honni, sachez simplement que c’est la première fois, en tant que joueur, que j’ai autant l’impression que mes choix de dialogue ont un réel poids, et que le scénario est certainement l’un des plus riches de toute l’histoire des jeux vidéo. On peut trouver cela dythirambique, il s’agit pourtant de l’exacte vérité.

 

Testé sur PC.

NOTE MaXoE
9Sélection Best Of MaXoE
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse ? Cette maxime trouve tout son sens avec ce jeu. Sa note ne reflète pas sa réelle qualité, notamment technique, mais bien le plaisir du joueur. Oui l'emballage aurait pu être plus sexy, oui le système de combats ne casse pas des briques, mais une telle exigence dans l'écriture du scénario, un tel respect du matériau originel, et une impression aussi totale d'engager son destin et celui de son environnement à chaque parole font qu'on ne peut pas décemment ne pas accorder la note maximale à un tel jeu. Et maintenant que nous y avons goûté à travers deux béotiens, Cyanide, donnez-nous une suite! Pas un DLC, hein, une suite, une vraie, avec des courtisans aguerris ! Car ce jeu nous rappelle notre leçon : il y a 25 ans, sur la NES, les jeux n'étaient pas beaux, ni techniquement aboutis. Ils donnaient du plaisir.
ON A AIMÉ !
- Le scénario
- Les personnages
- Les dialogues et leur impact
- le fan service, généreux au possible
ON A MOINS AIMÉ...
- Les combats
- La technique
Game of Thrones : Le Trône de Fer
Editeur : Focus
Développeur : Cyanide
Genre : Jeu de Rôles (vraiment)
Support(s) : PC, PS3, Xbox360
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 07/06/2012
Informations complémentaires / A noter : Déconseillé aux moins de 18 ans.

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ. Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...