MaXoE > GAMES > Tests > PC > Xuan Yuan Sword 7 : Une histoire bien écrite, des combats dynamiques pour un AR…

Xuan Yuan Sword 7 : Une histoire bien écrite, des combats dynamiques pour un ARPG très dépaysant
En espérant pouvoir découvrir les autres épisodes

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Après avoir brillé pendant deux décennies dans les pays asiatiques, l’Occident a enfin le droit de découvrir l’un des opus Xuan Yuan Sword, plus exactement son septième opus. Ce dernier ne débarque pas simplement tel quel mais bénéficie d’une localisation française (sous-titres), une excellente initiative permettant d’en savoir plus sur cet intéressant cadre de la Chine antique.

Si en Occident la série Xuan Yuan Sword est méconnue, ce n’est pas le cas en Asie. Débutée en 1990, aujourd’hui on compte treize volets principaux « XYS » sans y inclure les spin-off. Mais Xuan Yuan Sword ne s’est pas seulement contenté de sortir en jeux vidéo, cette franchise est également cross-média. Il existe par exemple des Visuals Novels écrits par Yan Leisheng, des séries télévisées en Live Action, et même une série animée. Pour sa sortie en Europe, les développeurs nous proposent directement le septième épisode, l’occasion d’en découvrir plus sur la Chine antique, ses légendes, sa tradition et son aura empreinte de mysticisme.

Une histoire bien écrite et rythmée

Dans cette Chine du 1er siècle, l’ère de la Dynastie Han a laissé place à celle de Xin. Cette dernière apporte désormais son lot de bouleversements à la fois sociaux mais aussi politiques, donnant même lieu à des assassinats.

C’est dans ce contexte d’univers sombre que nous découvrons le jeune Li Zhao. Comme toujours, il vaque à ses occupations quotidiennes et joue avec son amie Chu Hong, mais aujourd’hui est un jour spécial, c’est le premier anniversaire de sa petite sœur Xiang. L’humeur est donc au beau fixe.

Pourtant le soir même, un événement tragique survient. En effet, des hommes s’en prennent à cette famille pour les assassiner. Les parents et l’oncle des jeunes enfants font tout pour les protéger et somment le jeune garçon de s’enfuir le plus loin possible, et ce sans se retourner. Il obéit en réussissant à s’enfuir avec sa petite sœur mais à sa grande stupeur et tristesse, son village est en proie aux flammes…

Treize ans plus tard, Li Zhao est devenu un homme et gagne maintenant sa vie en tant que mercenaire et guide. S’il a accepté ces diverses tâches, c’est dans l’optique de financer le traitement médicinal de sa sœur qui souffre d’une maladie depuis son enfance. Ayant changé de nom afin de ne pas être poursuivis, Taishi Zhao et Taishi Xiang continuent cette nouvelle vie aux abords du village Qiaoge. Un jour, un officier demande à Zhao ses services : l’emmener lui ainsi que son équipe, dans la montagne pour enquêter sur la prolifération des monstres. Le jeune homme accepte évidemment cette requête, mais Zhao ne se doute pas qu’en faisant cela, une nouvelle tragédie est sur le point d’arriver…

Sans en dévoiler plus afin de ne pas effectuer de révélations involontaires, nous avons eu l’agréable surprise de pouvoir jouer au soft avec des sous-titres français de bonne qualité. Grâce à ce point très positif pour sa première arrivée en Europe, l’aventure se laisse suivre plus efficacement, le scénario étant bien rythmé et plutôt bien écrit afin de nous donner envie d’en savoir plus.

De plus son univers mêlant tradition, mysticisme, politique et informations recueillies dans un journal enrichit bien le Background, et les doublages chinois apportent un aspect très immersif et dépaysant. Par contre, si vous vous posez la question, il n’est pas nécessaire d’avoir joué aux précédents volets pour apprécier le scénario, même si l’on peut ressentir un manque d’informations autour de l’univers de XYS en général.

Une structure à l’ancienne qui fonctionne toujours bien, et un mini-jeu addictif

Si certain(e)s pourront sans doute lui reprocher sa structure rappelant l’ancienne formule d’Action-RPG avec un voyage linéaire quelque peu « cloisonné » menant à des villages, villes, terrains et donjons, d’autres y trouveront forcément le retour du charme d’un gameplay « à l’ancienne ». Pour cette partie, on retrouve donc un système d’exploration à la SMT, FF, DQ, etc… Comme pour ces derniers, on a la possibilité de parcourir la map plus librement en passant par différents embranchements au fil du jeu.

Outre des coffres et des ressources à dénicher sur le terrain, les villes et villages apportent leur lot de quêtes annexes et de mini-jeux, on a d’ailleurs grandement apprécié le Zhuolu.

Concrètement, celui-ci se joue sur un plateau avec des pièces de plusieurs types, certaines ayant des compétences spéciales. Le but est simple : aligner trois pièces en ligne horizontale, verticale ou diagonale afin de remporter la victoire. Pour ce faire, chaque joueur joue à tour de rôle et place une pièce sur le plateau à l’endroit de son choix. Il faut donc faire preuve de patience et de réflexion en regardant bien son jeu mais aussi celui de son adversaire et l’emplacement des pièces posées. Si l’on ne fait pas attention, cela peut vite conduire à la défaite, notamment lors de la pose de pièces spéciales, par exemple celles ne pouvant être capturées à côté d’une autre. Un mix franchement addictif entre jeux de dames, puissance-4 et morpions.

Tout un tas d’améliorations

À l’instar des autres Action-RPG, le soft de DOMO Studio et Softstar ne déroge pas à la règle des améliorations, outre les traditionnels équipements interchangeables via un menu classique et des talents, Xuan Yuan Sword 7 propose un « monde céleste ». Disponible à tout moment via le menu principal, ce « monde céleste » est en vérité un sous-menu dédié à des améliorations diverses mais plus poussées.

Par exemple, on y retrouve la palette habituelle avec une forge, des boosts d’armures ou encore la fabrication d’accessoires à l’aide d’objets. Mais attention avant de pouvoir faire de la création dans ce « monde céleste », il faudra « construire » des bâtiments en échange de ressources. Rien de bien compliqué, il s’agit juste de posséder les bons matériaux pour pouvoir accéder à ces différents éléments. Mais attention si cette partie reste efficace sur ces aspects améliorations, elle demande en contrepartie de s’y investir autant que possible pour en découvrir la quintessence et ainsi avoir un équipement au top pour les affrontements à venir, surtout en difficulté supérieure.

Des combats plaisants et dynamiques

Même s’il existe quelques petits désagréments comme par exemple le remaniement régulier de la caméra, les affrontements en temps réel sont plaisants à exécuter et de surcroît très dynamiques.

Concrètement, notre héros peut effectuer des attaques faibles à l’épée, ou plus fortes façon art martial, ces dernières, tout comme les esquives, réduiront alors temporairement une jauge d’endurance. Les connaisseur(euse)s de titres comme Dark Souls, Sekiro, Lords of the Fallen, Kena,… le savent bien, cette touche d’endurance particulière nécessite de prendre son temps, d’observer minutieusement les patterns de nos adversaires et leurs erreurs avant de leur infliger le coup de grâce.

Pour se démarquer de la « concurrence », le soft embarque donc un système d’arts martiaux apportant encore plus de dynamisme. Nous pouvons par exemple utiliser « la posture du bœuf », des mouvements octroyant davantage de dégâts et/ou pouvant déséquilibrer nos opposants.

D’ailleurs, à force d’utilisation, ces techniques d’arts martiaux gagnent en force, en nombre de mouvements et deviennent alors beaucoup plus dévastatrices. En plus de cela, une fois que l’on maîtrise totalement l’une des postures, on acquiert une nouvelle capacité spécifique liée cette fois à une jauge spéciale possédant un effet Cooldown. Attention toutefois si ces coups se révèlent vraiment puissants, il faut choisir le moment opportun pour les placer, car une fois utilisé, le temps de récupération s’avère assez long.

En plus de toutes ces capacités, Zhao dispose également de plusieurs pouvoirs uniques liés au « monde céleste », comme la faculté de piéger ses ennemis dans une sorte de Vortex, un pouvoir idéal pour rassembler des opposants et ainsi faire des frappes de groupe. Parlant de groupe justement, notre jeune protagoniste ne sera pas tout seul à faire son périple, mais chut nous n’en dirons pas plus pour vous laisser le loisir de ces découvertes associées.

Un dépaysement aussi bien visuel que sonore

D’un point de vue graphique et technique, si le titre ne propose pas un rendu de dernière génération de consoles, on ne peut qu’être sous le charme de cette production, alliant aussi bien dépaysement visuel que musical. Sans être une claque graphique donc, on apprécie grandement l’effort apporté pour rendre l’ensemble très propre et soigné, même si quelques textures sont un poil en deçà du reste. Les voyages en extérieur et en ville sont très agréables grâce à la direction artistique utilisée par les développeurs, et ce sans oublier certains effets visuels durant les affrontements. Dommage cependant que nos personnages manquent un peu d’expression, de même concernant certaines animations faisant un peu trop rigides.

Musicalement parlant, outre les voix japonaises et les sous-titres en français, le soft s’appuie sur des thèmes aux musicalités traditionnelles chinoises. Sans réitérer nos propos, c’est un dépaysement garanti et en accord parfait avec cette ambiance visuelle.

Testé sur Xbox Series X

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

En débarquant dans notre contrée avec son septième épisode, Xuan Yuan Sword aurait pu facilement nous perdre, mais en vérité c’est tout le contraire, et ce même si l’on aurait aimé quelques informations supplémentaires sur l’univers en général. Si XYS dispose d’une structure à l’ancienne et d’une durée de vie finalement courte pour le genre, le soft de Softstar et DOMO Studio arrive tout de même à se démarquer en proposant une histoire bien écrite et prenante, des combats dynamiques, des doublages chinois et une belle ambiance aussi bien visuelle que sonore. Une bien belle découverte dépaysante, en espérant maintenant pouvoir découvrir la série en intégralité et davantage !
ON A AIMÉ !
- Scénario bien rythmé et écrit
- Dépaysement visuel et sonore
- Doublage chinois
- Direction artistique
- En français (sous-titres)
- Des combats dynamiques et plaisants
- Les améliorations
- Le Zhuolu
ON A MOINS AIMÉ...
- Certains trouveront le Level Design un peu trop à l’ancienne
- Un peu court quand même
- Petits soucis de caméra
Xuan Yuan Sword 7 : Une histoire bien écrite, des combats dynamiques pour un ARPG très dépaysant
Xuan Yuan Sword 7
Editeur : Eastasiasoft
Développeur : Softstar Entertainment Inc., DOMO Studio
Genre : Action-RPG (ARPG)
Support(s) : PC, PS4, PS5, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 30/09/2021

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...