Focus Harry Potter
Calendrier de l'Avent MaXoE 2018
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
MaXoE > GAMES > Tests > PC > Shiftlings – Enhanced Edition : Un jeu qui pète le feu !
PC / PS4 / Switch / Wii U / Xbox One
Shiftlings – Enhanced Edition : Un jeu qui pète le feu !
Et en plus il fait passer un message

Appréciation de MaXoE
8
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Disponible depuis bientôt 3 ans sur PS4, Xbox One et Steam, Shiftlings a également débarqué sur Wii U quelques mois plus tard. C'est donc naturellement que le titre de Plate-Forme / Réflexion de Rocket Pocket Games débarque sur la dernière-née de Nintendo. A cette occasion, Shiftlings se pare de ses plus beaux atours en arrivant sur Switch, apportant au passage quelques nouveautés pour cette version intitulée Shiftlings - Enhanced Edition.

On ne vous avait pas proposé de test de Shiftlings lors de sa sortie sur les autres supports, nous nous sommes dit que pour se rattraper avec cette version boostée, il fallait énumérer les divers changements/améliorations (dixit les développeurs) pour les possesseurs d’une autre version de Shiftlings :
♦ Amélioration de la conception des niveaux, de la progression du joueur et du rythme général
♦ Amélioration de l’expérience en solo
♦ Tous les modes de jeux spéciaux de la Nintendo Switch
♦ Nouvelle conception de la collecte de Hola Cola.

 

Un « gaz hilarant »

L’histoire du jeu de Rock Pocket Games est complètement barrée, son humour contribue grandement au fun qui se dégage Joy-Con en main, voyez plutôt. Une émission de téléréalité nommée Shiftlings, suit « plus ou moins secrètement » deux extra-terrestres techniciens de leur état, reliés par un câble dans leur quotidien.

Sur la planète de l’usine Black Hola Cola, l’un d’eux est en pleine réparation, le second se rend dans une zone interdite, celle d’une expérimentation de boisson Black Hola Cola. Naturellement, il se met à boire une bouteille complète de ce liquide gazeux et se sent comment dire, ballonné. Il se met à gonfler violemment et pour évacuer ce petit problème de rien du tout, ce sont des flatulences (oui, oui, vous avez bien lu) qui prennent le relai.

Après cela, l’olibrius dégonfle, mais comme il est relié par un câble à son partenaire, celui-ci récupère les ballonnements (comprenez par là les flatulences) et pour s’en débarrasser vous connaissez la suite, c’est à son tour d’effectuer des flatulences, et son compère va (re)gonfler, etc…

C’est donc dans ce parti pris « Laurel et Hardy » que les deux personnages vont devoir continuer leur travail de technicien pour le meilleur et surtout pour le rire.

Un jeu qui pète la forme

Si le scénario est original, le gameplay ne le demeure pas moins. On contrôle nos deux acolytes à travers cinq mondes répartis sur onze niveaux (dont un boss et un bonus), mélange de plate-forme et de réflexion. Attention toutefois, ce n’est pas de la réflexion à se bloquer des heures durant où le moindre écart malencontreux peut contraindre à refaire le niveau intégralement. Non, Shiftlings est vraiment très accessible et se veut même assez logique sur sa réflexion.

Concrètement, au fil des niveaux on a un petit côté plate-forme avec une touche de saut, on interagit avec des interrupteurs, et pour la partie réflexion cela se déroule de bien des manières différentes. Mais l’essentiel de cette réflexion se situe au niveau des passages étroits, bien entendu pour ce type de passages aussi petits qu’un trou de souris, il est évident que le personnage « ballonné » (dû à sa corpulence) ne passera pas. Dans un premier temps, il faut faire passer le « minipouss » avant de modifier la corpulence (passer l’air de l’un à l’autre) pour que son compère puisse enfin passer.

Mais le soft ne se limite pas qu’à la gonflette/dégonflette, d’autres situations sont à prendre en compte pour venir à bout des niveaux. Nous l’avons déjà évoqué, le câble reliant nos deux acolytes n’est pas extensible indéfiniment, et dans certaines situations si l’on n’y prête pas attention, le câble peut s’enrouler autour d’un élément du décor. Mais le plus dramatique, c’est lorsque l’on coince le câble près d’un élément susceptible de le couper, et là la mort est inévitable, tout comme se faire écrabouiller ou encore être grillé,…

Les niveaux jouent également sur la verticalité avec des plates-formes en hauteur inatteignables avec un simple saut, quelle que soit la corpulence des personnages. Il faut donc ruser pour atteindre lesdites plates-formes en hauteur, les interrupteurs et les collectibles Black Hola Cola. Oui, chaque niveau renferme des bouteilles de Hola Cola, et c’est grâce à ces bouteilles que l’on peut progresser dans le monde en cours, mais aussi déverrouiller des niveaux bonus.

Comme nous le disions, pour atteindre les zones en hauteur, il faut ruser. On se sert ainsi de notre acolyte comme d’un trampoline en lui sautant dessus depuis une plate-forme à mi-hauteur. Mais ce n’est pas tout, autant le petit gringalet peut activer de petits interrupteurs et se glisser dans des chemins étroits comme on l’a dit, autant le plus corpulent des deux peut traîner son acolyte et donc le remonter sur une plate-forme grâce au câble reliant nos deux protagonistes, ou bien encore l’entraîner vers le fond lorsque cela est plus ou moins nécessaire.

L’un des points forts du titre est sans conteste le Level Design des niveaux, la construction est telle qu’elle nous pousse vraiment à utiliser les capacités des deux Zorks. Et oui, si vous vous attendiez à utiliser une faille du jeu – comme pour Snipperclips et sa découpe – pour passer des obstacles sans utiliser les spécificités de la corpulence des deux compères, eh bien passer votre chemin, les éléments du décor des niveaux de Shiftlings sont intelligemment mis en place.

Le principal reproche que l’on pourrait faire à Shiftlings, c’est une partie répétitive inhérente à ce genre de jeu de réflexion pendant la dizaine/quinzaine d’heures de jeu que l’on parcourt en sa compagnie. Mais le soft arrive à faire oublier en partie cette répétitivité grâce à son mode coop deux joueurs en local, mode hyper agréable et fun à jouer avec un membre de sa famille, ami(e),…

Toutes les actions restent les mêmes, exceptées que l’on ne contrôle plus les deux personnages en solo (indépendamment ou simultanément), puisqu’ici chaque joueur(euse) contrôle intégralement un personnage. De ce binôme fraîchement formé (au passage, on peut commencer une partie solo et être rejoint par un ami en utilisant le menu pause, ou quitter une partie deux joueurs sans que cela n’entraîne de coupures du niveau) naît une nouvelle approche du titre de Rock Pocket Games, puisqu’il faut être en symbiose pour passer les niveaux. Et comme on le sait si bien, jouer à deux avec des points de vue différents, amène un amusement supplémentaire.

Une fluide rétine

Réaliser avec le moteur Unity, les graphismes de Shiftlings – Enhanced Edition sont très colorés avec de belles teintes de couleurs laissant bien entrevoir où l’on se situe. D’ailleurs, cette version Switch inclut des « contours » de personnages (sorte d’auréole) pour plus de confort, mais aussi une fonctionnalité de taille pour les amateurs de fluidité, puisqu’on peut choisir entre 30FPS (économisant la batterie) ou 60FPS avec une dépense de batterie plus conséquente. Evidemment, le 60FPS l’emporte largement sur la fluidité bien plus agréable. Les Joy-Con profitent également de HD Rumble, quant à la partie sonore les bruitages sont réussis, surtout celui du rebond et les musiques qui accompagnent bien l’ensemble.

Testé sur une version Switch

Appréciation de MaXoE
8
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Avec son concept et son humour, Shiftlings - Enhanced Edition est vraiment taillé pour la Nintendo Switch, les énigmes sont accessibles tout en gardant une petite dose de réflexion allant crescendo, le concept jouant sur la corpulence est original et bien utilisé. Si le jeu est entièrement jouable en solo et fun à parcourir, il démultiplie ce fun avec le mode coop, chacun y va de son point de vue, chamailleries et rigolades sont bien sûr au programme. Le seul reproche que l'on pourrait faire vient de son côté répétitif, mais comme nous l'avons dit dans notre test, le fait de jouer en coop arrive à presque faire oublier ce point négatif.
ON A AIMÉ !
- Mode Coop
- Un concept original
- Les collectibles à acquérir
- L'humour
- Univers très coloré
ON A MOINS AIMÉ...
- Répétitif
Shiftlings – Enhanced Edition : Un jeu qui pète le feu !
Shiftlings - Enhanced Edition
Editeur : Rock Pocket
Développeur : Rock Pocket Games
Genre : Plate-Forme, Réflexion
Support(s) : PC, PS4, Switch, Wii U, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 2
Sortie France : 01/02/2018