MaXoE > GAMES > Tests > PC > FIFA 18 : Le retour des scores fleuves

FIFA 18 : Le retour des scores fleuves
Une version 1.5

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Alors que Konami effectue de nettes améliorations sur son titre footballistique depuis l'année dernière, Electronic Arts ne bouleverse pas son gameplay mais mise sur sa communauté et son mode histoire. Est-ce que cela sera suffisant pour lui décerner le ballon d'or 2018 du meilleur jeu de football ?

Avant toute chose, nous tenons à signaler dans cet encadré que ce test a été réalisé avec le patch post-lancement. De plus des sessions de jeu ont été effectuées par la suite avec le déploiement du patch de la V1.03 qui au lieu de corriger les erreurs flagrantes, en rajoute…

Les modes

Commençons par les modes de jeu qui n’ont pas subi de changement, on retrouve ainsi les mêmes modes que les précédentes éditions, les compétitions (coupe, ligue,…), le coup d’envoi, les jeux techniques,… Le classique en somme. A noter l’apparition du championnat de la troisième division allemande.

Changements

Continuons maintenant par les changements sur les différents modes de jeu présents, qui sont assez minimes. A commencer par le FUT (Fifa Ultimate Team) qui, rappelons-le, sert à créer son équipe parfaite grâce à des cartes, et qui se voit affublé d’un nouveau sous-mode le « Clash d’équipe« . Sous ce nom ne se cache pas des batailles entre coéquipiers et adversaires, mais simplement un mode qui nous invite à affronter chaque jour à des équipes ayant la particularité d’avoir été créées par les joueurs. Bien entendu, au moment d’affronter les équipes, vous vous confronterez bien à l’IA et non face à un joueur humain. Ce mode n’est pas dénué d’intérêt puisqu’en fonction de la difficulté de l’adversaire battu, des points vous sont attribués. Et grâce à ceci, vous pouvez grimper dans un classement hebdomadaire.

Concernant le mode Carrière, là aussi pas de grand-chose à signaler pour notre entraîneur, si ce n’est l’ajout de clauses libératoires pour rendre les transferts plus réalistes, le tout étant agrémenté de face à face cinématique.

Voilà l’essentiel des changements sur les modes de jeu pour ce FIFA version 2018. Intéressons-nous maintenant à la seconde saison du mode Aventure, mode étant apparu l’année dernière, nous proposant de suivre les péripéties d’un joueur britannique fictif. Pour cette seconde saison, on retrouve Alex Hunter qui souhaite gravir les échelons.

La surprise de la découverte de ce mode étant absente, on attendait d’EA qu’ils nous surprennent, mais ce n’est malheureusement pas le cas puisque l’on retrouve pratiquement le même schéma que celui de la version précédente : les choix moraux (arrogant, neutre, et modeste) ayant un peu plus d’influence sur les décisions importantes sur cette édition (mais pas sur la fin) les objectifs à réaliser pour progresser sur les chapitres, les entraînements, et évidemment les matchs où l’on peut soit contrôler toute l’équipe ou soit seulement Hunter.

A noter que le comportement adopté augmentera soit le temps de jeu pour améliorer les gains soit le nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux. Dans les deux cas, on vous permet de personnaliser Hunter dans ses tenues vestimentaires (sur et hors terrain) ainsi que dans son apparence (coupe de cheveux, tatouage). De même avec les points remportés avec la note globale des matchs, on peut augmenter les caractéristiques (tir,…) via un arbre de compétence assez limité. D’ailleurs à ce sujet, sachez que vous pouvez importer vos statistiques de la saison 1 si vous avez une sauvegarde de FIFA 17, dans le cas contraire, Hunter débutera avec une moyenne de 75.

En résumé, comme nous l’avons dit, nous ne sommes pas surpris par « ce nouvel épisode d’Alex Hunter » malgré une bonne mise en scène. Le scénario n’aidant pas, n’étant pas original, on devine d’avance ce qui va se passer et au final cette version 2018 n’apporte pas de réelle nouveauté. Par contre, avec la VF, on ne comprend pas pourquoi Hunter parlant français (d’où la VF) discute dans notre langue avec notre Thierry Henry nationale qui lui répond dans la langue de Shakespeare. Invraisemblable.

Un gameplay en retrait

Si son concurrent direct améliore son gameplay significativement depuis ces deux dernières années, on ne peut pas en dire autant concernant la mouture 2018 de ce FIFA qui, en un mot, régresse. Oui, quelques ajustements ont été opérés sur les centres offrant plus de variétés, sur la protection de balle « automatisée » qui reste au pied, sur de meilleurs dribbles pour assurer le spectacle, ou encore le positionnement des joueurs qui s’adaptent à notre façon de jouer. Mais ce que l’on retient, malheureusement le plus, ce sont les ajustements liés aux attaquants, ce qui a pour effet de marquer bien plus souvent comme à l’époque de l’ère PS2, où l’on avait des scores fleuves.

Et pour cela, c’est vraiment dommage parce que tous ces petits ajustements liés aux attaquants occultent la défense. Mais encore, cela ne suffit pas à contrebalancer les déboires de cette mouture 2018. A commencer par les gardiens, que ce soit en face à face, ou soit dans les 20/30 mètres, les frappes de tous types passent vraiment beaucoup trop souvent, comme si nous faisions face à un fantôme les trois quarts du temps. Et encore si l’on avait au moins une défense convenable, mais de ce côté, il n’y a pas de quoi se réjouir puisque c’est le même son de cloche. A trop miser sur des améliorations de l’attaque, la défense va en pâtir forcément, d’autant que notre bloc de défense laisse souvent des zones désertes pour que l’équipe adverse puisse passer.

On a pris l’habitude maintenant, FIFA étant ce qu’il est, on est incité à vraiment jouer sur l’offensif, le spectacle est assuré en définitive de ce côté-là, mais comme l’année dernière, on oublie très vite la
construction de jeu pour tirer dans le tas… Surtout que les passes téléguidées sont malheureusement toujours de la partie. Etre accessible à tous c’est toujours un plus, mais il y avait du travail à faire de ce côté-là pour cette version 2018.

Concernant l’arbitrage, on est plutôt satisfait, il y a du très bon, mais aussi du mauvais, certaines fois alors qu’une énorme faute devrait être sifflée ce n’est pas le cas, alors qu’un simple petit contact dans la surface suffit parfois à provoquer un penalty…

Et ce n’est pas la nouveauté liée aux changements d’avant match qui peut arriver à faire la différence. Pour faire simple, il est possible de préparer des changements avant de lancer un match pour que l’on puisse lors des « cinématiques » activer son changement sans passer par le menu. A contrario si l’on n’a pas préparé de changement, quelques suggestions de changement nous sont proposées. Là encore cela évite de passer par le menu afin de gagner du temps, mais que l’on se le dise, rien ne vaut un passage par les menus pour changer et adapter son style de jeu au maximum, seuls les novices profiteront de cette feature.

Le même moteur

Graphiquement, on est dans la même lignée que l’année dernière avec le même moteur graphique, Frostbite, on a toujours l’impression d’être en face d’un match télévisé, même si les modélisations de certains joueurs font peine à voir quelquefois. Heureusement, l’ambiance et l’animation que ce soit en tribune ou en dehors du terrain avec les entraîneurs/joueurs sont bien retranscrites. Du côté des commentaires, ceux-ci ont légèrement été étoffés, on regrette cependant que les commentaires sur les équipes féminines n’aient pas été pris en compte, on reste avec des « IL » au lieu d’ « elle »…

Testé sur une version Xbox One

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Difficile de décerner le ballon d'or à ce FIFA 18 où l'on a plus affaire à une version "améliorée" de FIFA 17, style 1.5. Si l'on aime le côté spectaculaire et les buts qui s'enchaînent, on peut dire que oui FIFA fait bien son boulot. Même les novices y trouveront leur compte, cette version est fun à jouer, et il n'y a pas besoin de connaître de techniques spécifiques pour marquer. A contrario, les amateurs de la version 2017 ne devraient pas passer par la caisse tant qu'il n'y aura pas un vrai patch améliorant les gardiens et la défense qui cette année sont vraiment un cran en dessous. On espère qu'EA rectifiera le tir pour la version 2019 car son concurrent direct se rapproche de plus en plus d'une version ultime même si l'on ne joue pas sur le même tableau : simulation (PES) / arcade (FIFA).
ON A AIMÉ !
- Seconde saison de l'Aventure...
- Le clash d'équipe
- Le contenu habituel
- Un FIFA pour les novices
ON A MOINS AIMÉ...
- ...mais sans réelle surprise
- Trop d'amélioration sur l'attaque...
- ...tue les gardiens...
- ...et la défense
- Certains commentaires
FIFA 18 : Le retour des scores fleuves
FIFA 18
Editeur : Electronic Arts
Développeur : Electronic Arts Canada
Genre : Sports
Support(s) : PC, PS3, PS4, Switch, Xbox One, Xbox360
Nombre de Joueur(s) : 1 à 4 (local) / 1 à 22 (en ligne)
Sortie France : 29/09/2017

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ. Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...