Focus Spécial Joker
MaXoE > GAMES > Tests > PC > Thief : au voleur !
PC / PS3 / PS4 / Xbox One / Xbox360
Thief : au voleur !

Appréciation de MaXoE
6
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Ah, Thief. Voilà encore l'une de ces sagas connues et reconnues par les fans, les aventures d'un voleur de haut vol (ohohoh) dans un monde médiéval, et un jeu redouté des amateurs d'infiltration et de sournoiserie. Aussi, quand le studio qui s'est penché avec talent sur le reboot de Deus Ex a annoncé avoir le même projet avec Thief, les babines s'en trouvèrent derechef pourléchées. Las, après un développement chaotique, et le mot est faible, le produit final risquait fort d'en payer le prix, et le prix est un peu trop élevé... Warren Spector n'a décidément pas le vent en poupe en ce moment, avec ses jeux comme avec les reprises de ses titres...

Thief4Header

Bienvenue dans la Cité, sale, malsaine, sombre, et ci-devant en termes de game design sorte de hub gigantesque à partir duquel le joueur pourra s’adonner à ses multiples activités. Le premier contact est encourageant, mais on réalise rapidement qu’en réalité il s’agit de lobbies connectés les uns aux autres, ce qui rend les déplacements fastidieux et pénibles, du fait de chargements lors des changements de lobbies/zones. Et c’est probablement là le premier et principal tort du jeu : un système aussi mal pensé, surtout en 2014 alors que le genre connaît un net regain à travers des titres comme Dishonored, met rapidement les nerfs en pelote, et l’on néglige très vite toutes les activités annexes, pourtant pas inintéressantes, pour ne pas multiplier encore davantage ces chargements pesants…

Nous voici donc au coeur de l’action, dans la peau du monte-en-l’air Garrett. Et il sait en faire, des choses, le bougre : il grimpe, il rampe, il se faufile, il crochète, il souffle les sources de lumière, il glisse, il utilise ses flèches, et ainsi de suite. Un attirail complet et, disons le franchement, carrément sexy, qui met rapidement l’eau à la bouche. De même, et comme souvent, Garrett est nul en combat, donc il vaudra mieux la jouer discret.

Problème encore : pour un jeu annoncé comme un monde ouvert, et surtout créé par les développeurs de Deus Ex, on aurait attendu des possibilités à foison. Foin de tout cela : entre chemins très limités et actions contextuelles rigides, le chemin ne sera pas vraiment choisi, mais subi… Garrett sait faire beaucoup de choses, mais seulement quand on l’y autorise…

Et du coup la frustration augmente, progressivement. Rien de plus râlant que de discerner un chemin qu’on ne peut pas emprunter sans raison valable, ou à cause d’une porte qu’on ne peut pas crocheter, ou d’une escalade de 43 centimètres qu’on ne peut pas entreprendre.

thief-concept

Il reste alors à se poser la question : le jeu a des qualités, notamment en matière d’ambiance, et il reste agréable à certains égards, mais êtes-vous prêts à envisager que ce genre de jeu puisse être dirigiste ? C’est la question qu’il faut se poser car c’est celle qui dira si vous pouvez envisager la balade (à prix réduit, de préférence) ou pas du tout…

Car, et nous l’avons dit, le jeu a des arguments. D’abord, si on tolère les loadings, il y a beaucoup de choses à faire : quêtes annexes, collections d’objets, etc. Et puis cela reste un genre de jeu agréable, souvent grisant.

Le point étant de savoir si vous tolérerez des limites assez présentes, la pire étant finalement peut-être une IA qui parfois est crétine comme un lecteur de Marc Lévy.

Testé sur Xbox One

Test-de-Thief-Eidos-2

 

Appréciation de MaXoE
6
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

L'heure est à la conclusion : Thief n'est pas un mauvais jeu. Il est même plutôt agréable, parfois, car jouer ce genre d'ombre vivante a toujours un petit quelque chose de grisant, par la force des choses. Il y aura donc deux catégories de joueurs, inconciliables : ceux qui pensent que Dishonored et Deus Ex ont posé des bases sur lesquelles il n'y a pas de négociation possible, et ceux qui sont prêts à passer outre pour un univers un peu sombre, un jeu aussi généreux que maladroit, et de très réels défauts compensés par quelques moments de plaisir indiscutables. Très sincèrement, le marché de l'occasion fera sans doute beaucoup de bien à ce titre. Un peu comme adopter un chat à trois pattes : il est un peu défectueux, mais on peut s'y attacher.
ON A AIMÉ !
- Le côté grisant des personnages de ce genre
- Quelques belles idées de design
ON A MOINS AIMÉ...
- IA à la ramasse
- Dirigiste à l'extrême
- Les loadings
- Dishonored was here
Thief
Editeur : Square Enix
Développeur : Eidos Montreal
Genre : Infiltration
Support(s) : PC, PS3, PS4, Xbox One, Xbox360
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 28/02/2014