MaXoE > GAMES > Tests > PC > Darksiders Genesis : Airship Syndicate redonne vie à la franchise !

Darksiders Genesis : Airship Syndicate redonne vie à la franchise !
Et pour la première fois jouable à deux

NOTE DE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Disponible sur Stadia depuis décembre dernier, le spin-off préquel Darksiders Genesis est enfin disponible sur nos consoles de salon. La découverte d’une nouvelle orientation de gameplay pour cet épisode, mêlant Action et Aventure mais plus orienté Hack'n Slash avec une partie RPG, et du coop pour la première fois dans la franchise, est-elle assez maîtrisée ?

Pour ce dernier volet, point de Gunfire Games ou Vigil Games anciennement, ce sont les développeurs de Airship Syndicate qui sont aux commandes. Formés en 2015 par des anciens du studio de Vigil Games justement (comme le monde est petit), les développeurs ont déjà plusieurs titres à leur actif, ce Darksiders Genesis, le JRPG Battle Chasers – Nightwar mais aussi Ruined King – A League of Legends Story actuellement en codéveloppement avec Riot Games. Des jeux aux gameplay assez différents entre eux. Pour ce spin-off Darksiders Genesis, le studio a pris une orientation plus proche d’un Hack’n Slash façon spin-off en vue isométrique des aventures de Lara Croft, et nous allons le voir ce changement est assez bénéfique.

Un univers enrichit

Après avoir incarné Guerre (War), Mort (Death) et Fury, trois des quatre cavaliers de l’Apocalypse, c’est au tour de Discorde (ou Strife) d’être mis en lumière dans cet épisode préquel.

Accompagné par Guerre, Discorde que l’on incarne pour la toute première fois dans la franchise, travaille lui aussi pour le Conseil Ardent. Sa mission est simple, découvrir ce que prépare le seigneur des enfers Lucifer, ce dernier tentant de menacer l’équilibre instauré par le Conseil Ardent en se servant de centaines et de centaines de démons.

Pour ce premier spin-off et accessoirement le quatrième soft de la licence (hors version définitive), c’est Airship Syndicate, des anciens de Vigil Games qui comme nous l’avons dit se sont occupés du développement de A à Z. On peut le dire, l’univers de Darksiders est respecté, il s’enrichit même en nous permettant notamment de découvrir des origines de certains événements dépeints dans les autres volets, et les personnages gagnent en profondeur et en charisme, on découvre un Discorde qui n’est pas que sarcastique et plaisantin lors des différentes répliques avec Guerre par exemple.

Deux approches de combat différentes et un mélange d’action, énigme, exploration sympathique

Comme pour chaque opus précédent proposant à chaque fois un gameplay différent, Darksiders Genesis propose une toute nouvelle approche en vue d’hauteur, jouable seul(e) ou à deux joueur(euse)s que ce soit en ligne ou en coop local. En solo, il est possible d’incarner Discorde (Strife) ou Guerre (War) à la volée quand on le souhaite via une combinaison de touches, à deux joueur(euse)s logiquement, chacun à son personnage, tous deux ayant un gameplay différent afin de varier les approches. Mais cela ne s’arrête pas là puisque les développeurs ont inclus la possibilité d’utiliser un « switch » à deux permettant d’intervertir les personnages, si toutefois les deux équipiers utilisent la même combinaison de touches. Un moyen comme un autre de s’entraider lors d’une énigme complémentaire.

Parlons maintenant du gameplay de ce nouveau DG. Discorde (Strife) se manipule façon Twin Stick Shooter et se bat avec des flingues pouvant accueillir plusieurs types de munitions, il est donc logiquement à privilégier pour les affrontements tactiques à distance.Guerre (War) utilise, comme dans le premier opus, sa gigantesque épée pour des assauts au corps-à-corps. D’ailleurs si vous connaissiez déjà le guerrier et ses multiples coups dévastateurs, vous ne serez pas dépaysé, dans Genesis il se bat de la même façon avec les mêmes types d’attaques, il n’y a donc que l’orientation de la caméra qui diffère. Au final, peu importe son choix, chaque cavalier est assez simple à prendre en main, même s’il faut bien sûr se souvenir des nombreux coups et assignations possibles comme un Diablo en somme. Ils ont aussi leurs propres forces et faiblesses et sont assez complémentaires lors de joutes à deux joueur(euse)s. Mais attention, foncer tête baissée sur les ennemis ne fonctionne pas toujours et un bon placement peut résoudre bien des problèmes.

Si au début les affrontements ont tendance à manquer d’impact malgré des mouvements fluides, c’est à force de technique et de maîtrise que les joutes gagnent en dynamisme, nervosité et diversité pour notre plus grand plaisir. Il faut alors utiliser le dash à bon escient ainsi que les esquives et parades afin de se placer judicieusement pour canarder l’ennemi de munitions par exemple. Sans oublier que le duo a la possibilité de se transformer tout comme Guerre pouvait déjà le faire dans Darksiders premier du nom.

Si ce Darksiders Genesis comporte des combats, ce n’est pas la seule activité du soft. Tel un jeu du genre, chaque lieu que l’on parcourt renferme un bon nombre de secrets, des coffres, des objectifs secondaires à réaliser ainsi que de la résolution d’énigmes (activer un mécanisme, etc…). A souligner qu’en fonction de si l’on joue en solo ou en duo, la difficulté des batailles, le nombre d’ennemis et la résolution d’énigmes s’adaptent, et ça c’est un très bon point.

Seulement, et là on peut penser à des Metroidvania et même à la licence Darksiders en général, pour compléter un environnement à 100% il faut retourner dans les lieux en étant en possession d’une nouvelle capacité afin de récupérer des collectibles par exemple. Un autre point que l’on apprécie tout particulièrement, c’est que les divers lieux du titre prennent l’allure des donjons de The Legend of Zelda et même des autres volets de la série Darksiders via plusieurs étages. Il est alors parfois nécessaire de faire grimpette et d’utiliser un double saut afin de traverser certains endroits. Par contre, il arrive qu’il y ait quelques imprécisions dans les sauts et aussi en terme de visibilité à cause d’une caméra heurtant les décors.

Autre point négatif, l’impossibilité de connaître sa position exacte sur la map, car elle n’est tout simplement pas indiquée contrairement à la zone générale, un comble lorsqu’une recherche minutieuse pour un 100% requiert ce repère. Malgré ces bémols, cela n’entache pas le reste de l’expérience générale qui délivre tout son potentiel et devient plus intéressante et plaisante au fil du temps. On l’a déjà dit pour les combats dynamiques et leur difficulté grandissante au fil de l’épopée, il en est de même pour la partie RPG qui est davantage efficace après quelques heures passées sur le soft. Sans être aussi élaboré qu’un Diablo ou qu’un titre de la gamme RPG, on trouve tout de même de quoi faire des spécialisations. Concrètement en amassant des cœurs de créatures, on peut par exemple choisir d’augmenter des statistiques comme des dégâts accrus, de la santé, etc… Sans compter les techniques déblocables pour chaque héros comme Discorde pouvant par exemple lancer des mines au sol explosant lors d’un contact avec les adversaires. À vous de faire votre choix en fonction du moment.

UNE DA TRÈS RECONNAISSABLE

Pour son ambiance générale, le soft utilise deux styles visuels différents : d’un côté des environnements 3D en vue d’hauteur avec des éléments destructibles, de beaux effets d’attaques malgré des ralentissements et de l’autre un aspect BD Comics pendant les dialogues/cinématiques du plus bel effet avec des Artworks dégageant quelque chose dont on reconnaît bien le style réalisés par Joe Madureira, déjà à l’œuvre sur les deux premiers volets. Concernant les doublages, le jeu est en VF intégrale avec des voix de très bonne facture. Pour finir, l’OST accompagne bien l’ensemble, d’autant plus lors de combats de boss.

Testé sur Xbox One X

NOTE MaXoE
7
VOTE DES LECTEURS
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Lorsque l’on avait testé Darksiders 3, on avait peur qu’avec cet épisode la licence sombre. Mais en revenant à l’essentiel sans s’éparpiller, grâce à Airship Syndicate la franchise Darksiders se relève enfin du bon pied. L’approche d’un Diablo-like plus proche d’un Lara Croft and the Guardian of Light est une excellente idée. Non seulement la partie action, énigme et exploration est bien dosée mais en plus les deux cavaliers de l’Apocalypse ont un style de gameplay bien différent et ça fait du bien dans ce genre d’expérience, d’autant plus qu’il est possible de jouer à deux en local ou en ligne. En outre, la direction artistique et la VF apportent du cachet supplémentaire. Une belle surprise qui annonce du bon pour la suite.
ON A AIMÉ !
- La DA
- L’univers s’enrichit
- La personnalisation
- Des combats dynamiques
- Deux cavaliers pour deux approches différentes
- Jouable à deux
- L’aspect Metroidvania
ON A MOINS AIMÉ...
- Quelques soucis techniques
- Un angle de caméra parfois gênant
- Les sous-titres en décalage de l’audio
- Une map où il manque sa propre position
- Un début timide
Darksiders Genesis : Airship Syndicate redonne vie à la franchise !
Darksiders Genesis
Editeur : THQ Nordic
Développeur : Airship Syndicate
Genre : Action, Aventure
Support(s) : PC, PS4, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 2
Sortie France : 14/02/2020

Sur MaXoE, il n'y a PAS DE PUBLICITÉ. Par contre, vous pouvez nous en faire sur les réseaux sociaux







Combien de jeux achetez-vous par mois, tous supports confondus ?





Loading ... Loading ...