Focus Spécial Joker
MaXoE > GAMES > Tests > PC > Far Cry – New Dawn : La série s’essaie au Light RPG
PC / PS4 / Xbox One /
Far Cry – New Dawn : La série s’essaie au Light RPG
Un peu de couleur dans ce monde apocalyptique

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Moins d'un an après la sortie de Far Cry 5, Ubisoft nous livre Far Cry - New Dawn, une version Stand-Alone dans la continuité de Far Cry 5. Ce FPS garde les bases acquises de la série, mais apporte cette fois un condensé inédit de Light RPG.

Contrairement à ses habitudes, Ubisoft a pour la première fois développé une suite directe à l’un des scénarios de Far Cry, à savoir Far Cry 5. Auparavant, seuls deux spin-offs, Blood Dragon pour Far Cry 3 et Primal pour Far Cry 4 avaient été développés dans ce contexte « spin-off », Primal ayant par exemple la Map de Far Cry 4 recyclé mais dans un univers de la préhistoire. Pour Far Cry – New Dawn, le studio a repris la Map d’origine de FC5 sauf que certains bouleversements ont été établis. Mais au contraire du spin-off Primal, le scénario de New Dawn fait suite « directe » à celui de Far Cry 5.

Retour à Hope County pour déloger des tyrans

Avec cet épisode, les équipes d’Ubisoft nous proposent de retourner dans le Montana bien des années après la catastrophe subie dans Far Cry 5. Les habitants de Prosperity ont appris à vivre sous terre dans des bunkers pendant 17 ans, il est désormais temps de remonter à la surface. C’est aussi le cas de Carmina qui découvre ce monde étranger pour elle pour la toute première fois. Un monde où la nature a désormais repris ses droits.

Tous les habitants se sont remis à l’oeuvre (culture, etc…) et la vie a repris son cours normal. Mais cela était trop beau, les Ravageurs (des pillards motards nomades) menés par deux cheffes jumelles, Mickey et Lou, saccagent tout le village. Plus tard, Carmina rend visite à Thomas Rush, un ancien soldat aujourd’hui chargé de la reconstruction de la société, pour lui demander son aide afin que son village natal puisse se remettre d’aplomb.

Rush accepte, mais lors du voyage retour en train, le transport se fait attaquer par les ravageurs et Thomas est capturé. C’est au capitaine de la sécurité (homme ou femme donc, vous) qu’incombe la lourde tâche de remettre la ville de Prosperity sur pied, mais aussi de repousser et mettre fin aux agissements des Ravageurs.

On en a l’habitude maintenant depuis plusieurs épisodes, se débarrasser du (ou ici des, en l’occurrence) tyran du coin pour libérer le peuple est chose courante. On n’a pas à se plaindre de ce côté, puisque chaque Far Cry a su se distinguer grâce à un méchant relativement charismatique. Mais même si les deux jumelles Mickey et Lou font forte impression au début, on sent que leur développement a été plus qu’expéditif dans le sens où il manque de la profondeur. A cause de son histoire plus courte qu’à l’accoutumée par rapport aux autres opus, les jumelles sont finalement peu présentes malgré deux caractères diamétralement opposés. Et ce n’est pas la scène les présentant un peu plus qui change la donne, on aurait préféré qu’elles soiet plus consistantes, là il manque quelque chose, on reste sur notre faim.

D’un autre côté, quiconque a déjà joué à Far Cry 5 sera ravi de retrouver des personnages connus disposant d’un traitement plus convaincant que celui des jumelles, il y a même quelques surprises mais on ne va pas en dire plus pour vous laisser découvrir tout cela. A noter aussi que pour renforcer l’aspect immersion, des archives disséminées çà et là dans la comté de Hope County, étoffent le background et apportent plus de consistance au passé et au présent.

Une base identique et du post-apocalyptique fleuri

En tant que suite, New Dawn reprend de nombreux éléments et systèmes déjà vus dans FC5. Logiquement, la Map est reprise mais compte tenu de la catastrophe survenue, certains endroits ne sont plus accessibles alors que d’autres ont subi divers changements plus ou moins profonds. Certains lieux connus restent reconnaissables sans grand mal malgré leur état délabré ou complètement envahi par la nature. Jouer sur un univers post-apocalyptique fleuri et flashy restant plutôt rare compte tenu de ce que l’on a l’habitude de voir : monde en ruine, aucune nature, un genre de Mad Max en somme, mais ici c’est plutôt saisissant pour le coup.

Depuis l’année dernière, la maniabilité n’a pris aucun coup de mou, c’est simple elle est identique que ce soit à pied ou dans les véhicules, tout reste au top. Lors de sa progression, on a toujours la possibilité d’être accompagné par un allié dont l’IA reste correcte, n’hésitant pas à nous venir en aide si l’on est blessé ou nous aider lors de la préparation de nos assauts (via des ordres à transmettre). D’autres alliés sont d’ailleurs disponibles pour peu de les avoir recrutés via une mission annexe. Bien entendu à force de faire parler la poudre et de vaincre des ennemis, nos alliés améliorent leurs compétences.

Il en va de même pour notre héros qui gagne de l’XP au fil des victimes, de quoi ensuite améliorer quelques facultés dont un rechargement rapide ou une réparation des véhicules. Du côté de l’IA ennemi, le constat est moins gratifiant, ils ont toujours tendance à foncer tête baissée dès que l’on a été repéré, ou se mettre carrément dans notre ligne de mire.

Du Light RPG sympathique avec l’amélioration du village

Les équipes de développement n’ont pas seulement réalisé une simple suite à Far Cry 5, mais ils en ont profité pour intégrer ce qu’ils appellent du Light RPG. Si certains ne vont pas y prendre goût pour des raisons évidentes, il faut savoir que cet aspect est purement lié à sa progression ou son évolution dans le jeu, tel que Borderlands l’a fait en son temps sauf qu’ici cette partie RPG se veut plus Light mais pas inintéressante pour autant.

Depuis la catastrophe survenue dans FC5, l’argent ne circule tout simplement plus dans le comté de Hope County, à la place ce sont différentes ressources qui servent en quelque sorte de monnaie d’échange pour la confection, la création ou encore le troc. Trouvables en abondance et disséminées dans de nombreux endroits, ces ressources que sont ferrailles, ruban adhésif, plantes et autres nourritures, servent à fabriquer des munitions, des armes ou encore des kits médicaux aussi bien à l’extérieur via son sac ou devant un établi façon The Last of Us, qu’à partir du complexe de Prosperity.

Le complexe de Prosperity, ou du moins le village tout entier, sert de base des opérations classique et efficace. Grâce à de l’éthanol on peut créer un garage, une infirmerie, un laboratoire d’explosif, etc… Mais ce n’est évidemment pas tout puisque ces services ont aussi une autre utilité pour notre héros/héroïne. Comme un arbre de compétence façon The Division, chaque aile (service) permet d’acquérir des attributs supplémentaires plus ou moins passifs indispensables. On retrouve par exemple une possibilité d’améliorer sa jauge de vie, de porter davantage de kits médicaux, de créer des armes ou encore d’avoir une meilleure cartographie de la région.

Moins d’avant-postes mais plus de pillages

Pour retrouver sa gloire d’antan et ainsi rétablir tous les types de services précités dans Prosperity, il faut récupérer comme nous l’avons dit, de l’éthanol qui se trouve dans des avant-postes occupés par des Ravageurs assoiffés de sang et prêts à en découdre. On retrouve alors un système vu et revu dans la série, avec la possibilité d’être soit plus bourrin dans la manoeuvre ou plus réfléchi. Dans ce second cas précis, on privilégie le repérage d’ennemis et la neutralisation en toute discrétion avant de flinguer sauvagement tout ce qui bouge. On compte une petite dizaine d’avant-postes seulement, ce qui fait peu comparer aux autres opus mais ceux-ci offrent une option : celle de pouvoir les refaire. Concrètement on peut prendre la forteresse ou seulement piller le réservoir et laisser les Ravageurs revenir s’y installer et ainsi les piller de nouveau. En optant pour un nouveau pillage, ce qui s’avère indispensable pour upgrader Prosperity à 100%, les ennemis seront notamment plus nombreux et résistants.

Une touche ‘Borderland-esque’

Mais lorsque l’on vous parle d’ennemis plus résistants, c’est parce qu’il y a un tout nouveau facteur à prendre en compte. Tel un RPG, les ennemis, tout comme notre équipement, sont désormais répertoriés par niveau allant de 1 à 4, et d’un code de couleurs : le 1 symbolisant le blanc alors que le 2 est symbolisé par du bleu par exemple. Si face à quelques ennemis lambda tout va pour le mieux en étant expéditif, s’attaquer à des ennemis avec un armement inférieur à leur niveau ne sera que peu efficace, et ce surtout face à des ennemis étant des sacs à pv.

Un bon équipement reste le salut de la survie, tout comme le Lance-Scie, une nouvelle arme stylée qui peut One-Shot les ennemis avec les lames scies rebondissant sur les murs. Il ne faut donc pas hésiter à récupérer moult matériaux (ressources) et bien faire évoluer sa base pour être au top, ce qui oblige obligatoirement à refaire plusieurs fois la même activité comme les expéditions et les avant-postes, mais pas forcément dans le même ordre. Même si évidemment l’aspect répétitif et redondance peut se faire ressentir à force.

Des expéditions qui font voir du pays

Parmi les activités, on retrouve la chasse, la pêche,… mais aussi une toute nouvelle avec les expéditions. Chaque expédition est une occasion d’avoir du dépaysement pour varier les plaisirs et permet de récupérer pas mal de ressources rares nécessaires. Concrètement, c’est grâce à l’hélico de Prosperity et son pilote émérite que l’on va pouvoir visiter différents lieux comme un Parc d’attractions. Une fois sur place, le but est plutôt simple, il faut repérer un colis puis le récupérer et enfin rejoindre un point d’extraction. Bien sûr, le lieu n’est pas exempt de danger et de nombreux adversaires sont sur le chemin.

L’infiltration reste alors le moyen le plus sûr pour récupérer le colis, même s’il est toujours possible de se faire repérer. Une fois en sa possession, et quelques secondes plus tard, le GPS installé sur le colis s’active et tous les ennemis se mettent à nos trousses ; revenir en un seul morceau au point de rendez-vous peut devenir plus difficile. Chacune de ces expéditions est rejouable et comme pour les avant-postes, les ennemis se réorganisent.

Un même moteur pour un aspect « flashy »

Utilisant le même moteur de jeu que Far Cry 5, Ubisoft a même réutilisé des aspects de l’opus précédent tout en apportant un univers lorgnant sur du post-apocalyptique rudement coloré. La nature ayant repris ses droits, les environnements traversés offrent de très beaux panoramas mais aussi beaucoup de couleurs vives, chatoyantes et chaudes. Selon les goûts de chacun, l’omniprésence de la couleur rose peut être sujette à discussion pour un monde post-apocalyptique, mais en tout état de cause, cela n’est pas dérangeant en soi.

Sur Xbox One X, le résultat est encore plus prononcé en 4K, c’est net, propre, sans aucune trace d’aliasing, il y a juste quelques textures en dessous du reste, mais cela n’entache aucunement le plaisir de jeu dans cet univers coloré très agréable. Le tout est sublimé en HDR pour un rendu encore plus chatoyant et contrasté, avec des effets de particules et de lumière bien réalisés. Pour la fluidité, la stabilité est de mise et on dénote beaucoup moins de bugs techniques que sur Far Cry 5.

Testé sur Xbox One X

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

En apportant une suite et des références à Far Cry 5, nul doute que si vous avez mis la main sur ce dernier, vous ressentirez forcément un air de déjà vu. Mais grâce aux changements apportés dans ce monde "flashy" avec l'apparition d'expéditions et surtout l'aspect Light RPG, il en ressort un rafraîchissement relativement bienvenu pour la série. En conclusion, on peut dire que ce nouvel opus New Dawn garde un gameplay déjà bien rodé avec quelques essais pour le futur, tout en gardant les défauts habituels de la franchise.
ON A AIMÉ !
- Une suite à FC5
- Un post-apocalyptique fleuri
- Le Light RPG (amélioration de Prosperity,...)
- Les expéditions
- Toujours fun
ON A MOINS AIMÉ...
- Il manque quelque chose aux Jumelles
- Une IA ennemie à améliorer
- La trame principale convenue
- Microtransaction
Far Cry – New Dawn : La série s’essaie au Light RPG
Far Cry - New Dawn
Editeur : Ubisoft
Développeur : Ubisoft
Genre : FPS, Action, Light RPG
Support(s) : PC, PS4, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 2
Sortie France : 15/02/2019