MaXoE > GAMES > Tests > PC > Mutant Year Zero – Seed of Evil : Un DLC qui donne de l’Elan !
PC / PS4 / Switch / Xbox One
Mutant Year Zero – Seed of Evil : Un DLC qui donne de l’Elan !
On espère une suite !

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Disponible depuis décembre dernier (2018), le Xcom-like Mutant Year Zero qui nous a bien plu malgré quelques lacunes, revient faire parler de lui à l’occasion de la sortie de son tout premier DLC : Seed of Evil. Cette extension implémente des nouveautés : mode Histoire, Traqueur supplémentaire, environnements différents et combats contre des opposants inédits. Alors cette nouvelle partie sera-t-elle à la hauteur du jeu en lui-même ?

Je vous en avais parlé lors de nos MaXoël en décembre dernier, Mutant Year Zero – Road To Eden a été une belle surprise pour moi. Il était d’ailleurs devenu l’un de mes chouchous de l’année grâce à sa direction artistique inspirée, son ambiance et son univers post-apocalyptique. Bien qu’il ne soit pas exempt de défauts, notamment sur le plan technique, je l’avais beaucoup apprécié. Vous pouvez retrouver mon test sur cette page si vous avez besoin d’un complément.

On attendait donc de voir ce qu’allait donner ce DLC Seed of Evil. Car on le sait bien, si un jeu de base peut parfois être une merveille ou être très bien calibré, les DLCs qui suivent manquent certaines fois de punch et de cohérence ou alors c’est carrément l’inverse.

Une nouvelle menace débarque

Pour ce DLC Seed of Evil c’est plutôt bien parti. Le soft reprend directement à partir de la fin des événements du jeu principal. – ATTENTION SPOILS Si vous n’avez pas encore fini le jeu – Venant d’apprendre les secrets de leurs véritables origines, les Traqueurs (Bormin, Dux, Selma, Farrow et Magnus) retournent à l’Arche afin de régler leur compte avec l’Aîné, sauf que celui-ci a tout bonnement disparu.

Deux mois plus tard, à l’Arche les choses ont bien changé. C’est le chaos total depuis que d’étranges plantes avec leurs racines vivaces sont sorties de terre. Ces plantes contaminent les êtres organiques (Goules, etc..) et les environnements. Par ailleurs à l’Arche, un nouvel Aîné a aussi été élu : Pripp, le barman du village. Après plusieurs recherches dans la Zone, les Traqueurs retrouvent l’ancien Aîné mais malheureusement ce dernier s’enfuit à nouveau. Les Mutants (Bormin, Dux et les autres) retournent alors à l’Arche et se voient confier une mission par Pripp : retrouver l’auteur de ce carnage lié aux plantes, un certain Goran. La chasse à l’homme commence… – FIN DE SPOILS –

Pour ce nouveau chapitre, les équipes de The Bearded Ladies nous livrent un scénario cohérent et bien écrit qui s’inscrit bien dans ce contexte post-apocalyptique. On y retrouve également avec plaisir la dose humoristique que l’on avait déjà côtoyée durant la trame principale.

Un gameplay toujours aussi grisant

Pour sa partie gameplay, on retrouve évidemment les bases établies dans le jeu principal avec ce mélange exploration, infiltration, combat, toujours aussi plaisant. Dans cette partie « Seed of Evil », de tous nouveaux lieux font leur apparition comme le Mausolée. Ces environnements relativement enneigés restent en accord avec le thème proposé et sont propices à la découverte, on peut y dénicher des ressources pour les améliorations d’armes, les capacités, les trouvailles et les achats. Globalement on retrouve les mêmes similarités dans les maps de ce DLC tant sur la patte artistique qu’en matière de grandeur.

Côté action, on reprend facilement nos marques grâce à la très bonne configuration des touches au pad. On jette un coup d’œil à la map, on regarde les mouvements des ennemis, on élabore notre stratégie, les sensations sont là et c’est toujours aussi grisant. Comme d’habitude, on essaye de s’attaquer à un adversaire éloigné de ses congénères pour ne pas rameuter les autres.

Parlant d’ennemis, on retrouve une partie de bestiaire connue mais aussi quelques nouvelles têtes, certaines étant très proches du design initial puisqu’elles ont simplement subi une mutation. Malgré ce léger bémol, certains opposants (une plante en particulier dirons-nous) imposent d’élaborer davantage de stratégie face à eux, notamment à cause de leur pouvoir de « naissance ».

Un Traqueur Elan et des missions annexes

Pour venir à bout de ces différents adversaires, l’équipe de Traqueurs à plusieurs nouveaux atouts à disposition. Outre l’accès à des flingues inédits, couvre-chefs (peu nombreux) et capacités passives, on peut évoluer certaines compétences à un stade numéro deux, plus pratique dans certains combats. Par exemple Mangemort qui permet de ne plus perdre son tour lorsque Bormin dévore un cadavre pour se soigner. Mais l’atout principal des Mutants vient d’un nouvel Élan avec le nouveau venu : Big Khan, qui est justement un élan. Le lascar débarque avec deux armes qui ne sont malheureusement pas innovantes : un fusil à pompe (Boumeur) et un fusil d’assaut (Rambino).

Il dispose de plusieurs compétences, la plupart sont d’ailleurs les mêmes que pour ses compagnons, la seule véritable nouvelle touche vient de deux « capacités » inédites. L’une des deux nous a particulièrement bien plu, « Bile Ardente » qui permet de cracher du feu tout en restant à couvert, très pratique pour achever un groupe affaibli. Ce personnage apporte donc un peu de sang neuf (également au niveau de l’écriture) sans toutefois révolutionner le gameplay d’origine.

En complément de ce nouvel allié et des lieux à explorer, lorsque l’on découvre petit à petit les nouveaux environnements, l’Aîné Pripp nous donne quelques missions annexes permettant de revisiter des endroits de la campagne principale. En effet, plusieurs opposants connus s’installent sur divers territoires et c’est évidemment au groupe de Traqueurs de s’en débarrasser. Absente du jeu d’origine, cette feature, sympathique pour toute personne aimant les combats à la Xcom-like, est surtout mise en avant pour sa possibilité d’XP et remporter plus de loot, car ces « niveaux » ont été pour ainsi dire réapprovisionnés.

La DA inspirée avec encore quelques soucis techniques

Logiquement ce DLC et les environnements qu’il contient gardent cette direction artistique si particulière que l’on apprécie grandement. Les lieux et personnages ont toujours ce véritable cachet visuel et le petit nouveau (Big Khan) s’intègre parfaitement dans cette DA inspirée. La VO et l’ambiance sonore restent au top.

Toutefois nous en avions déjà parlé lors de notre test original, le soft accuse encore aujourd’hui de plusieurs soucis techniques, et ce même si ce DLC en est déjà à sa troisième mise à jour. Micro-freezes, bugs de collisions, interface avec un élément qui disparaît (bouton de regroupement/séparation), quelques sous-titres non-traduits ou encore bouton A grisé alors qu’il est possible d’effectuer une acquisition de compétences, voilà les petits problèmes rencontrés.

En contrepartie, pour le moment, les soucis de pourcentage en combat ont été réglés ce qui est déjà une bonne chose. Et l’on peut désormais choisir la taille des sous-titres, un confort supplémentaire, même si l’on aurait apprécié un petit encadrement pour ne pas que la couleur de l’écriture se fonde encore dans le décor.

Testé sur Xbox One X

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Alors oui, les fans de la première heure seront ravis avec ce DLC Seed of Evil qui garde toutes les qualités du jeu principal. Bon ses défauts également, ce qui montre que Mutant Year Zero a encore besoin de corrections pour proposer la meilleure expérience possible. Sur une courte aventure (environ une dizaine d’heures en difficulté maximale pour le 100%), ce DLC aurait pu être directement intégré au jeu de base dès sa sortie. Car tout ce qu’il apporte, aussi intéressant et sympathique soit-il, ne révolutionne pas la formule initiale que l’on aurait aimée plus innovante. On espère qu’un Mutant Year Zero 2 ou un DLC va paraître mais avec un contenu beaucoup plus conséquent et des prises de risques. La note réelle est de 7.5/10.
ON A AIMÉ !
- Big Khan…
- …et sa capacité Bile Ardente
- La dose d’humour
- La DA
- Le gameplay toujours aussi grisant
- L’exploration
- Quêtes secondaires
ON A MOINS AIMÉ...
- Encore des soucis techniques
- Un bestiaire trop similaire
- Pas de grandes nouveautés à se mettre sous la dent
Mutant Year Zero – Seed of Evil : Un DLC qui donne de l’Elan !
Mutant Year Zero - Seed of Evil
Editeur : Funcom
Développeur : The Bearded Ladies
Genre : Aventure, Stratégie
Support(s) : PC, PS4, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1
Sortie France : 30/07/2019