MaXoE > GAMES > Tests > PS4 > Crash Team Racing Nitro-Fueled : Pas de Kart-ier !
PS4 / Switch / Xbox One /
Crash Team Racing Nitro-Fueled : Pas de Kart-ier !
On attend quelques corrections tout de même

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5
Les jeux de Kart se relancent ! Après Team Sonic Racing, Activision et Beenox se lancent dans la course au trône avec Crash Team Racing Nitro-Fueled. Sauf que contrairement à ce que son nom laisse supposer, il ne s’agit pas d’un épisode inédit mais d’un Remake/Remaster de CTR (Crash Team Racing) paru sur Playstation 1ère génération en 1999.

Comme pour les trois premiers épisodes de Crash Bandicoot, Crash Team Racing (l’original) a initialement été développé par les équipes de Naughty Dog. Studio à l’origine, s’il faut le rappeler, de The Last of Us, Uncharted, Jak & Daxter, etc…

Depuis Crash a subi une passation, les droits du marsupial étant désormais dans les mains d’Activision. Après le retour de Crash Bandicoot sur consoles actuelles via N.Sane Trilogy, l’éditeur tente de faire revenir CTR parmi les grands. Et c’est les développeurs de Beenox (déjà à l’œuvre sur différents portages mais aussi développeurs de jeux Skylanders) qui se sont attelés à la tâche. On peut d’ores et déjà vous le dire, ce Remake/Remaster respecte l’original tout en y ajoutant de nouveaux éléments, dont son relooking graphique.

Le retour du mode Aventure et de son histoire

Logiquement, l’histoire originelle du mode Aventure de ce portage/remake n’a pas changé. L’extraterrestre Nitros Oxide cherche à se mesurer au meilleur pilote de Kart de la planète Terre. S’il gagne lors de ce duel les autres concurrents deviendront ses esclaves et la Terre lui appartiendra (elle deviendra alors un grand terrain vague). Et s’il perd, on n’entendra plus parler de lui puisque Nitros s’en ira. Désormais, Crash, sa sœur Coco et toute la bande (alliés comme ennemis) vont s’affronter dans de multiples courses pour déterminer qui est le/la plus apte à contrecarrer les plans de Nitros Oxide.

S’il n’y a aucune ligne de scénario supplémentaire dans le jeu en lui-même, Activision a tout de même mis à disposition un Comics (en anglais) en ligne. Celui-ci relate les événements se passant avant le scénario de Nitro Fueled, vous pouvez le consulter et/ou le télécharger gratuitement sur cette page.

Comme à l’époque ce mode Aventure se présente sous forme d’un HUB découpé en de multiples zones différentes. Chaque secteur abrite plusieurs courses, dans celles-ci il faut terminer premier pour affronter un boss afin de décrocher une clé permettant d’accéder à la prochaine zone. Une fois réussie, on passe donc à la prochaine région et ainsi de suite. Dans ces zones simplistes par rapport à ce que l’on connaît aujourd’hui, il est toujours possible de refaire les courses en Contre-la-Montre pour tenter d’obtenir des reliques. Et de réaliser les Défis CTR, challenge où il faut chercher les lettres C, T et R sur chaque circuit.

Avec ses épreuves d’origine, Crash Team Racing Nitro Fueled apporte deux ajouts sympathiques. D’une part, on peut choisir un niveau de difficulté allant de facile à difficile. Et d’autre part, l’option Nitro Fueled permet de changer de pilote et de véhicule. Si ces options participent volontiers à moduler la difficulté, chaque pilote ayant des caractéristiques différentes, il est tout à fait envisageable de jouer en Classique pour garder son personnage et son bolide choisi dès le début du mode Aventure.

Précisons tout de même, les trois niveaux de difficulté manquent d’un poil d’équilibrage. En facile c’est trop simple, en moyen c’est déjà plus difficile à cause des gadgets et du dérapage, et en difficile c’est parfois presque impossible. L’IA va donc du « je m’en foutisme » au casse-pied total, celui qui vous vise en permanence lors des courses.

Le gameplay d’origine : sympathique et frustrant à la fois

Crash Team Racing Nitro Fueled est un jeu de course proposant une expérience similaire à un Mario Kart. Très arcade dans son gameplay, chaque tracé de circuit est l’occasion de trouver des raccourcis et d’obtenir des objets offensifs/défensifs dans des caisses. On a par exemple les missiles à tête chercheuse (qui nous vise bien mais pas nos concurrents à 100 %), le bouclier, l’invincibilité, les caisses TNT, etc…

Seulement, contrairement à Mario Kart où l’on effectue facilement les dérapages, ici dans CTR Nitro Fueled c’est différent. Pour déraper, il faut plus de minutie et de précision. Concrètement, on utilise l’une des touches associée au dérapage tout en braquant dans un sens, puis une fois une jauge liée presque pleine, on contre-braque et on appuie sur la seconde touche de dérapage. Au début c’est assez difficile à maîtriser car cela demande une très bonne perception du timing si l’on ne veut pas se prendre les murs.

Mal maîtriser cette faculté c’est le risque de recommencer la course toute entière. Et quand, en plus, l’IA nous bombarde d’objets offensifs sans pouvoir les éviter (sans bouclier disons), cela peut devenir vite frustrant. Pour autant même si la maniabilité du Kart reste plaisante, on trouve que cela manque de punch. La fluidité en 30FPS est bien là mais les sensations de vitesse ne sont pas folles bien que cela reste agréable. On se demande vraiment pourquoi le studio ne s’est pas penché sur du 60FPS, bien plus adapté pour les jeux de course, même si dans ce cas la résolution aurait dû être abaissée. On vous rassure quand même CTR Nitro Fueled n’est pas un mauvais jeu de Kart loin de là.

Un bon contenu

Outre son mode Aventure, CTR NT dispose évidemment d’autres modes de jeu classique pour le genre mais qui font le travail. On a donc accès à des courses en Contre-la-Montre qu’on ne présente plus ou encore des Courses de Relique où il faut faire le meilleur chrono dans le temps imparti pour remporter la relique en question.

On a aussi des Défis de Cristaux où l’on doit récupérer tous les cristaux disséminés dans une arène avant la fin du temps imparti et les Défis CTR dont nous vous avons déjà parlé. En plus de ces challenges, on retrouve bien sûr la Course Unique et les Courses de Coupe, autrement dit il s’agit d’un championnat réparti sur quatre circuits distincts.

Mais ce n’est pas tout, il y a aussi le mode Bataille avec les classiques Capture de Drapeau, la Prise de Cristal et Vol de Bacon. Sans oublier des challenges assez similaires : Bataille Limite où l’on doit toucher un maximum de concurrents et le Dernier Kart où comme son nom l’indique il faut être le dernier survivant aux différents assauts.

Tous ces modes ou presque ont quelques choix d’options comme une difficulté de l’IA, un temps limité, etc… Ils sont tous jouables jusqu’à quatre joueurs(euses) en local, ce qui permet de belles parties, surtout quand les stratégies, type acharnement par équipe, s’installent. Mais certains Défis valent également le coup d’œil grâce à une difficulté bien dosée.

Si vous n’avez pas d’ami(e)s sous la main, il reste le mode multijoueur En Ligne, celui-ci propose des courses à huit joueurs(euses) maximum. Mais, disons-le tout de suite même avec les différents patchs installés, les bugs d’origine rencontrés (déconnexion, lags, etc…) sont encore présents aujourd’hui. On espère que Beenox corrigera rapidement le tir de ce côté-là. Car outre son aspect solo, l’essence d’un jeu de course reste aussi son aspect multijoueur.

Pour finir avec les modes disponibles, vous le savez sans doute déjà mais les développeurs ont déployé des mises à jour pour accueillir des Grands Prix temporaires. Cela permet d’ajouter un circuit mais aussi une multitude d’outils de personnalisation, dont l’ajout de pilote. Spyro arrivera d’ailleurs prochainement. Parlant de personnalisation, ici on la retrouve avec la possibilité d’achats de skins pour les bolides et les héros. Pour se parer de nouveaux éléments, deux solutions sont possibles : soit acheter les objets avec de l’argent réel, soit gagner des Jetons CTR (monnaie du soft) en effectuant des courses.

Un relooking graphique très appréciable

En débarquant sur console de dernière génération, Crash Team Racing Nitro Fueled ne se contente pas d’un nouvel habillage graphique. En effet, le soft intègre les éléments de Crash Team Racing et de Crash Nitro Kart. On a donc affaire à plus d’une trentaine de circuits (via les tracés originels) sans compter les miroirs, les temporaires et les arènes. Les personnages sont, quant à eux, au nombre de 25 avec les emblématiques Crash, Cortex ainsi que les divers alliés et ennemis.

Vingt ans après sa parution initiale sur PS1, CTR NF se refait une seconde jeunesse. Comme pour Crash Bandicoot N.Sane Trilogy et Spyro Reignited Trilogy, ce volet se pare d’un habillage beaucoup plus actuel et chatoyant. Remis au goût du jour par Beenox, on ne peut que saluer l’énorme travail réalisé. En plus d’être relativement coloré et chatoyant, le soft se pare d’une optimisation Xbox One X avec du HDR, ce qui est d’autant plus agréable pour la rétine. Par ailleurs, les personnages disposent de très belles animations comme pour les mimiques de Crash par exemple. Autre point, le titre est en version française intégrale et ça fait plaisir !

Malgré ces points positifs, il manque certaines choses à Crash Team Racing Nitro Fueled pour être un concurrent digne de Mario Kart. Tout d’abord, on se répète mais on ne comprend absolument pas le choix des développeurs d’être resté sur du 30FPS surtout pour un jeu de course où les sensations de vitesse se ressentent mieux sur du 60FPS. Mais là où cela peut devenir agaçant, c’est sur les énormes temps de chargement entre chaque course, c’est beaucoup trop long pour un jeu de cette catégorie, qui plus est un remaster/remake.

Testé sur Xbox One X 

Appréciation de MaXoE
7
Appréciation des Lecteurs
1 / 52 / 53 / 54 / 55 / 5

Sur la forme, Beenox nous livre un Remake/Remaster véritablement tape à l’œil, le contenu est également présent (mode Aventure, Multi Local, En Ligne,…). En bref c’est un bel hommage à la licence Crash Bandicoot. Mais sur le fond il manque des choses pour que ce Crash Team Racing Nitro Fueled devienne un incontournable de cette génération. Tout d’abord on ne comprend pas le désir des développeurs d’être resté sur du 30FPS, il y a aussi un manque d’équilibrage entre les difficultés et les sensations de vitesse qui manquent d’un peu de punch. Mais surtout ce que l’on ne peut pas lui pardonner, ce sont ses temps de chargement trop longs alors que l’on attend d’un jeu de Kart de pouvoir s’amuser tout de suite. On sait que Beenox est sur le pont concernant les divers problèmes puisque des corrections ont été faites sur la version Nintendo Switch, on espère donc que la version Xbox One suivra.
ON A AIMÉ !
- Un relooking graphique très appréciable
- Le contenu de Crash Team Racing et Crash Nitro Kart réunis
- Une personnalisation sympathique
- Un suivi gratuit (Grand-Prix)
- Le gameplay d'origine…
ON A MOINS AIMÉ...
- …bien que le dérapage soit difficile à maîtriser au début
- Quelques soucis d’équilibrage et techniques
- Les temps de chargement
Crash Team Racing Nitro-Fueled : Pas de Kart-ier !
Crash Team Racing Nitro-Fueled
Editeur : Activision
Développeur : Beenox
Genre : Course
Support(s) : PS4, Switch, Xbox One
Nombre de Joueur(s) : 1 / 1 à 8
Sortie France : 21/06/2019